>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Le Luxe Frugal, ou la revanche de l’espace sur le...
Points de vue

Le Luxe Frugal, ou la revanche de l’espace sur le temps

mercredi, 28 avril 2010
Par Cyrille Vigneron
fermer
Cyrille Vigneron

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Karl l’avait annoncé haut et fort: la modestie est de retour. Des marques prestigieuses lui ont fait écho, et ont changé de ton.

L’ami Louis, qui exhibait naguère une Madonna conquérante, guépière et cuisses écartées, lui a substitué une madonne véritable posant délicatement dans un clair obscur flamand. Fille naturelle de Vermeer et de Bellini, cette Beauté aux doigts de fée plie soigneusement un portefeuille, parce que le plus dur à faire dans un portefeuille, c’est les plis. Et pour faire de jolis plis, il faut de jolis doigts. Et un regard modeste. Et il y a énormémént de plis à faire. On essaye de calculer le nombre de plis, le nombre de doigts, le nombre de Madonnes Modestes qui courageusement, patiemment, fabriquent les petits plis de ces petits portefeuilles qui passent des petits doigts de Madonnes Modestes aux petits doigts de clients chinois qui arrivent par milliers, par millions, encore bien plus nombreux que les Japonais d’avant. C’est vertigineux! On se prend à rêver, comme Fellini, d’une mythique Cita delle Donne, d’une Ville des Madonnes Modestes, qui par milliers plient les portefeuilles avec une grâce divine et une éternelle beauté. Si elle ne servait qu’à cela, il faudrait remercier la crise d’avoir fait surgir du néant ce mirage doré!

Il n’ y a pas que la modestie qui soit de retour: le jeûne aussi. Il a changé de nom et s’appelle maintenant “detox”, pour faire moderne. Une cure “detox” est un séjour dans un lieu de rêve en Autriche ( si on aime les montagnes ) ou en Thailande ( si on préfère la chaleur ), où l’on paye une fortune pour être privé de tout, sans pouvoir se plaindre de rien. Les people se passent le mot pour être certains de se retrouver entre soi. La sélection est sévère. La toxine perdue y coûte plus cher que le caviar. Ceux qui en reviennent sont extatiques: “Au début, c’est très dur, tu crois devenir fou, ton corps souffre, tu as mal à la tête, mal au ventre, mal partout! mais après, quel bonheur!!!”. A dire vrai, ce purgatoire et cette mortification ne donnent pas vraiment envie. La mode se répand à une vitesse inquiétante. Espérons qu’elle cesse avant de nous avoir rattrappés!

L'opulence est devenue la norme et l'obésité son outrance.
L'excès ne fait plus rêver

Autrefois, l’opulence était l’aspiration universelle, le luxe ultime. Le club Med l’avait bien compris, avec des formules “tout à volonté” où il y avait trop de tout pour être sûr que personne ne manque de rien, sans se douter que les GM embourgeoisés rêveraient bientôt de séjours où ils n’auraient plus droit à rien. Avec la révolution énergétique, technologique et médicale, la communauté des humains des pays dits développés a mis la main sur des ressources qui semblaient inépuisables. La prospérité est arrivée à portée de tous, ou presque. L’opulence est devenue la norme et l’obésité son outrance. L’excès ne fait plus rêver. La terre s’épuise. L’espace retrouve sa finitude. La matière prend sa revanche, il faut la protéger, la consommer avec modération. On réalise que les péchés mortels individuels, notamment la gourmandise ( et sa variante la cupidité ), sont tout aussi mortels à l’échelle de l’Humanité. Inversement, après tant de gains de productivité, le temps n’est plus vraiment un luxe. on en a à revendre. L’idéal productiviste vacille. Au lieu de s’efforcer de produire le plus possible dans le temps le plus court, nous devons réapprendre à consommer moins de matière, et consacrer plus de temps. Retrouver la richesse du sens dans l’économie des moyens. Redécouvrir les vertus cardinales de la Patience et de la Tempérance.

Le Luxe Frugal ressemble à un paradoxe, tant nous associons luxe et opulence, tant nous sommes consumés par l’envie de consommer vite. Mais ce luxe tempéré permet la réconciliation du Temps et de l’Espace en un nouvel équilibre, une nouvelle respiration. Sans renoncer à l’exigence du Beau, ni aux bonheurs de la Vie.

Haut de page