>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Le sacre de la nacre
Regards de connaisseurs

Le sacre de la nacre

vendredi, 15 septembre 2017
fermer
Editor Image
Yannick Nardin
Rédactrice indépendante

“Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles, mais par manque d’émerveillement.”

Gilbert Keith Chesterton

« Une montre c’est une fenêtre sur le génie humain ! » Et si tout n’avait pas été dit ?

Lire plus

CLOSE
7 min de lecture

Babioles vendues dans les stations balnéaires, artisanat ancien et montres de luxe, la nacre est omniprésente ! Mais qui est-elle vraiment? Pour vous, nous avons piqué une tête dans le monde des mollusques, à la pêche aux perles.

« Un trésor ! » Un coquillage nacré scintille au fond de la mer. Un vrai défi d’apnée que petits (et grands) vacanciers adorent relever. Son éclat opalescent, également qualifié d’iridescent, fascine tout type de créateurs, haut de gamme ou fabricants de bijoux fantaisie et ce, depuis l’Antiquité. Boutons, dominos, mobilier, éventails, porte-plume, jumelles, boucles de ceinture ou encore coupe-papier : aucun doute, la nacre est fort appréciée dans l’artisanat, comme l’atteste la collection du Musée de la nacre et de la tabletterie à Méru, ville française autrefois spécialisée en la matière.

Si l’alternative précieuse à la nacre est l’opale, une version artificielle se réalise à partir de corne ou d’écailles de poissons. La technique vient des maîtres verriers vénitiens du Moyen Âge, perfectionnée au début du XVIIe par un Français (Dictionnaire encyclopédique Quillet, 1975). Aujourd’hui, des pigments à base de nacre artificielle s’utilisent dans certaines peintures d’automobile haut de gamme, dans les vernis ou gels pour ongles ainsi que dans les lotions et autres shampoings onctueux et opaques ! Mais ce n’est pas tout, car cet effet irisé se retrouve aussi chez les insectes, comme les papillons aux ailes iridescentes.

Du blanc au noir, tout le spectre de teintes existe – avec en vedette la très spécifique nacre noire de Tahiti.

Naturelle ou de culture, provenant aujourd’hui principalement d’Asie, d’Australie et de Polynésie, il s’agit d’une substance organique, sécrétée par certains mollusques. Celle-ci est formée de conchyoline organique ainsi que de microscopiques cristaux d’aragonites ou de calcite, déposés en fines couches selon une structure dite conchoïdale – qui a d’ailleurs inspiré un nouveau type de céramique particulièrement résistante (CRNS, 2014). La matière se dépose sur l’intérieur de la coquille, mais aussi sur tout corps étranger, comme un grain de sable introduit volontairement ou accidentellement. Ceci produit une perle ! Les horlogers utilisent d’ailleurs souvent la nacre des coquillages de l’industrie perlière de culture. Plus ou moins rare, de teintes et de qualités différentes, la nacre se classifie à l’instar de sa consœur. Le grade A, celui généralement employé en l’horlogerie de luxe, représente la meilleure qualité. La surface est alors qualifiée de « parfaite », le lustre d’« éclatant », et la nacre d’« épaisse ».

Graff Purple Floral Tourbillon
Graff Purple Floral Tourbillon
Les couleurs de la nacre

Du blanc au noir, tout le spectre de teintes existe – avec en vedette la très spécifique nacre noire de Tahiti. Cependant, « les nacres de couleurs naturelles (non teintées) sont très peu utilisées dans l’horlogerie, car la couleur n’est pas homogène, la qualité de la structure ni très bonne ni très marquée, explique Nicolas Sestito, CEO de Graff qui a présenté cette année le modèle Floral Tourbillon avec de la nacre. La nacre perlée est rare, mais elle a un effet très particulier du fait de sa structure, perlée et très irisée. Graff utilise la qualité Premium, avec un effet irisé ‘léger/moyen’. Nos cadrans de couleurs sont en nacres blanches teintées dessous, avec uniquement un polissage miroir pour révéler l’éclat et les structures naturelles. » Un exercice délicat cependant : « Une nacre doit avoir au minimum une épaisseur de 0,40 mm afin de garder toutes les propriétés et de garantir une tenue. Au-dessous de cette dimension, le risque de casse est très élevé », poursuit Nicolas Sestito. Chez Carl F. Bucherer, le modèle Manero Peripheral arbore un cadran marron réalisé grâce à de la peinture appliquée sous une nacre blanche transparente. Sur les modèles Open Heart, Rado affine la nacre jusqu’à 0,2 mm, pour la coller ensuite sur une plaque de laiton de 0,4 mm. Également transparente, la nacre est peinte de couleurs différentes selon les modèles.

Rado Open Heart
Rado Open Heart
La perle des métiers d’art

« La surface de la nacre peut bien sûr se graver, afin de créer des reliefs ou des effets de texture, mais aussi se peindre pour modeler encore davantage les motifs, explique Olivier Vaucher, graveur et fondateur de l’atelier genevois du même nom. La nacre et les coquillages offrent une grande variété de couleurs. Par exemple une coquille brune en surface peut se révéler violette en profondeur. Il est possible d’influencer la couleur par jeux de transparence. Chaque pièce obtenue est unique en raison du caractère organique de la matière. » Ce travail de gravure sur les coquillages – pourvus de nacre iridescente ou non – est surtout connu du public à travers la technique du camée. Les graveurs jouent alors avec les teintes naturelles des différentes couches de la coquille – ou de pierres telles que l’onyx – pour créer des tableaux, tels que des profils ivoire sur fond orangé.

Jaquet Droz Petite Heure Minute Thousand Year Lights
Jaquet Droz Petite Heure Minute Thousand Year Lights

Avec la Petite Heure Minute Lumières de Mille Ans, Jaquet Droz présente une technique inspirée des boîtes à bijoux asiatiques, de laque noire et incrustations de nacre. Pour obtenir ce cadran, la nacre blanche est d’abord rabaissée autour du motif floral. Toute la surface est ensuite laquée de noir puis polie. Ceci révèle à nouveau la nacre ainsi que le motif. Enfin, chaque fleur est gravée à la main et rehaussée de touches de couleurs.

Les « haliotis » - ormeaux ou oreilles-de-mer - figurent sur la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature.
Le cri du mollusque ?

Quid d’une réglementation concernant l’utilisation de la nacre ? Au niveau de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), Stefan Kunfermann, porte-parole de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires suisses, précise que « l’industrie horlogère n’utilise que de la nacre d’espèces non-protégées. Nous n’avons pas de données concernant celles qui ne sont pas soumises à autorisation. Il n’existe d’ailleurs aucune espèce de nacre protégée. Les seules règles CITES concernent les coquilles de Strombus Gigas, utilisées pour leur chair et leurs perles seules, ainsi que les Bénitiers, dépourvus de nacre brillante et importés à titre de décoration. »

Pourtant, parmi les coquillages naturels aux nacres exceptionnelles, les « haliotis » – ormeaux ou oreilles-de-mer – figurent sur la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature. S’ils ne sont apparemment pas utilisés en horlogerie, ils se trouvent malgré tout à profusion dans les bazars de citations balnéaires, en provenance d’Asie.

Haut de page