>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Le tourbillon extra-plat signé Breguet
Histoire & Pièces d'exception

Le tourbillon extra-plat signé Breguet

mercredi, 30 octobre 2019
fermer
Editor Image
Marie de Pimodan-Bugnon
Journaliste indépendante

“Il faut absolument être moderne.”

Arthur Rimbaud

De la passion, beaucoup de curiosité et une bonne dose d’émerveillement ! La recette essentielle pour raconter les mille et une facettes de l’horlogerie…

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

De son vivant, Abraham-Louis Breguet n’a vendu que 35 montres à tourbillon. C’est dire l’extrême complexité de ce mécanisme dont Breguet célèbre l’héritage avec la Classique Tourbillon Exta-Plat Automatique 5377 lancée en 2013 et revisitée dans une version squelette en 2019.

Le 26 juin 1801, Abraham-Louis Breguet changeait la face de la recherche chronométrique en inventant un nouveau type de régulateur baptisé « tourbillon ». Le principe ? Un mécanisme intégrant l’ensemble de l’échappement dans une cage mobile qui effectue une rotation complète en une minute. Son objectif ? Compenser les effets néfastes de la gravité sur la précision du mouvement. Plus de deux décennies plus tard, cette révolution technique n’en finit pas de faire tourner les têtes des amateurs de belle horlogerie. Le tourbillon fascine, le tourbillon exalte, sans cesse réinterprété et amélioré dans de multiples variations. Mais comment, quand on s’appelle Breguet et qu’on est porteur d’un tel héritage, continuer à lui rendre hommage sans répéter l’histoire indéfiniment ? Du mythique tourbillon inventé par son fondateur, Breguet en a fait l’un de ses sujets de prédilection, dévoilant en 2013 une innovation appelée à occuper une place à part dans les multiples déclinaisons de cette « complication ». Son nom : Classique Tourbillon Exta-Plat Automatique 5377. Son signe distinctif : une fantastique finesse. Avec son calibre d’une épaisseur de seulement 3 mm logé dans un élégant boîtier affichant une silhouette de tout juste 7 mm, ce modèle s’est imposé à l’époque comme le tourbillon automatique le plus fin au monde.

Classique Tourbillon Exta-Plat Automatique 5377 © Breguet
Classique Tourbillon Exta-Plat Automatique 5377 © Breguet
Gageure technique

Ce record de finesse a depuis été battu. Reste que la référence 5377 aura posé de nouveaux jalons horlogers. D’un point de vue technique, Breguet a fait le choix de placer la complication à 4 h plutôt qu’à 6 h, comme cela est traditionnellement d’usage. Ce parti pris a nécessité de revoir intégralement la conception du calibre 581DR dont elle est équipée. À cette originalité, Breguet a ajouté une conception innovante de la cage de tourbillon. Taillée dans le titane pour une légèreté hors pair, cette dernière ne se contente pas d’indiquer la petite seconde mais transporte également un balancier à spiral en silicium couplé à un échappement spécialement développé pour cette pièce. Cette conception singulière permet au calibre d’atteindre la fréquence élevée de 4 Hz. Et ce, sans sacrifier l’autonomie de la Classique Tourbillon Extra-Plat Automatique 5377 puisque son barillet à « haute énergie » breveté lui offre une généreuse réserve de marche de 80 heures. Le tout en conservant une finesse exceptionnelle du mouvement dont le remontage est assuré par une masse oscillante en platine située en périphérie du calibre et tournant dans les deux sens.

Héritage esthétique

L’ostentation ne faisant pas partie du vocabulaire privilégié de Breguet, la Classique Tourbillon Extra-Plat Automatique 5377 s’enveloppe d’une esthétique traditionnelle qui rappelle qu’une spectaculaire technicité se passe parfaitement d’esbroufe. L’ensemble est épuré, mais Breguet fait comme toujours la part belle aux détails travaillés manuellement par des artisans soucieux de faire honneur à l’héritage esthétique de la Maison. Ainsi, ce sont quatre décors guillochés à la main – clous de Paris, grain d’orge, chevrons droits et liseré – qui ornent le cadran en or argenté. Au revers du boîtier, le fond ouvert laisse libre cours au regard pour apprécier pleinement les décorations florales du mouvement auxquelles l’exécution classique du boîtier n’a rien à envier. La fine carrure façonnée en or rose, en or blanc ou en platine dans un diamètre de 42 mm est quant à elle soulignée par des flancs cannelés pour un raffinement qui se laisse apprécier sous tous ses angles.

Le guillochage “clous de Paris” réalisé au diamant sur les rares surfaces restantes de la platine confère une brillance particulière à l’ensemble.
Le spectacle continue

Il eut été dommage de ne pas donner une descendance à ce modèle d’exception. En 2018, la référence 5377 a ainsi présidé à la création du modèle Classique Tourbillon Extra-Plat Automatique 5367. Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre, cette référence repose elle aussi sur le calibre 581DR, mais sa fine silhouette taillée dans l’or rose accueille cette fois un cadran en émail Grand Feu. Un visage plus épuré que jamais pour cette montre d’une grande complexité que Breguet métamorphose à nouveau en 2019. Cette fois, le calibre 581, entièrement squeletté, dévoile son anatomie mécanique au cœur de la Classique Tourbillon Extra-Plat Squelette 5395. La platine et les ponts en or évidés ne laissent pas seulement entrevoir les arcanes du mouvement, ils attirent également le regard par la finesse des finitions dont ils sont décorés. Le guillochage « clous de Paris » réalisé au diamant sur les rares surfaces restantes de la platine confère une brillance particulière à l’ensemble. Les arêtes sont anglées tandis qu’un remarquable travail de gravure est réalisé manuellement pour les différentes inscriptions. Des détails à observer à la surface du mouvement gris contrastant avec l’or rose du boîtier de 41 mm, ou sur le mouvement en or rose contenu dans un écrin de platine. Une belle scénographie qui, près de 220 ans après le brevet du tourbillon déposé par Abraham-Louis Breguet, réunit les meilleurs arguments pour continuer de captiver les amateurs de belle horlogerie.

Haut de page