>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Le Vintage pour les Nuls ! (II)
Regards de connaisseurs

Le Vintage pour les Nuls ! (II)

jeudi, 25 février 2016
Fermer
Editor Image
Pascal O. Ravessoud
Spécialiste horloger et collectionneur

“Le luxe, c’est l’absence de contraintes.”

« Des montres, des montres et encore des montres… L’immersion et la passion sont les mamelles du savoir ! »

Lire plus

CLOSE
9 min de lecture

Deuxième partie de l’article consacré aux (nombreux) pièges de l’achat des montres vintage. Voilà un parcours initiatique, passionnant et enrichissant, qui nécessite une approche méthodique. Après la réflexion, place à l’action !

Le charme particulier des montres vintage a un coût, celui de la pièce elle – même, mais également le coût de la recherche et du bon choix. Faire ses devoirs consciencieusement et avoir du bon sens sont les facteurs clés du succès !

Identifier le modèle souhaité

Vous avez vu cette superbe montre-alarme portée par votre acteur fétiche dans votre film préféré et vous la voulez ? Essayez d’abord d’en trouver une identique dans un point de vente, chez un ami. La meilleure solution est toujours de pouvoir l’essayer au poignet. Une des erreurs fréquentes consiste à croire que le charme d’une montre portée par le voisin opérera de la même manière à son poignet. Et là survient un problème de taille, au propre comme au figuré : les modèles vintage sont plus petits que les montres actuelles ! Comptez 31 à 36 mm pour les garde-temps classiques homme et 34 à 39 mm pour les chronographes des années 1940 à 1970. À partir des années 1970, on commence à trouver également des modèles plus substantiels : une Speedmaster Moonwatch, un boîtier super-compresseur ou une Heuer Autavia automatique par exemple affichent tous à 42 mm de diamètre.

Si vous ne pouvez pas l’essayer, demandez sa taille (diamètre sans couronne) et essayez un modèle récent de même taille, cela vous donnera une idée.

Soyez méthodique. Si vous avez un doute ou qu’il vous manque une information, cherchez à nouveau.

Ensuite, mettez votre lampe frontale et partez à la pêche aux informations, même les plus infimes. Cherchez, cherchez, et cherchez encore. Très souvent, il existe plusieurs variantes d’un même modèle, plusieurs exécutions, un mouvement utilisé en début de production puis changé, des modifications au niveau des aiguilles… Rien d’anormal à cela à une époque où l’horlogerie n’était pas aussi industrialisée qu’aujourd’hui. Mais l’incidence sur les prix de telle ou telle configuration peut être énorme ! Les premières investigations doivent débuter par une recherche générale sur Google concernant le modèle en question. Celles-ci vous amèneront vers une multitude de sources (forums, blogs, sites de vente, site de la marque, etc.) qui vous permettront de recouper les informations. Soyez méthodique. Si vous avez un doute ou qu’il vous manque une information, cherchez à nouveau.

Une fois décidé quel est votre Graal, vous pouvez vous rendre sur des sites comme eBay et Chrono24, qui offrent un bon moyen de se faire une idée quant à l’importance du marché, et les prix pratiqués.

Cette fourchette de prix vous paraît acceptable ? Passez à l’étape suivante.

Trouver le bon modèle au bon prix

Qu’est-ce qui fait le prix d’une montre vintage ? Beaucoup d’éléments entrent en ligne de compte, dont voici une sélection des plus importants :

1) La marque : sa réputation et donc sa valeur de revente.

2) Le modèle : réputé, disputé, adulé, contrefait…

3) La variante du modèle et sa rareté : plus rare, plus recherché, plus beau.

4) L’état : 100 % original, polissage ultérieur, cadran original/refait, patine, aiguilles, aspect général…

5) Le vendeur : maison de vente aux enchères, marque, magasin réputé, sites internet, forums, Instagram, collègues collectionneurs.

6) Garantie : extrait des archives/certificat d’authenticité de la marque, garantie de fonctionnement, disponibilité des pièces de rechange…

Omega Speedmaster
Omega Speedmaster, 1957. © Omega

Pour illustrer ce propos, relevons qu’une montre vintage d’Omega, quel que soit le modèle, coûtera plus cher que n’importe quelle Tissot. Une Omega Speedmaster Professional vintage aura davantage de valeur que n’importe quelle autre Omega Speedmaster. Et une Speedmaster Professional pré-moon (avant juillet 1969) vaudra plus qu’une autre Professional. Une Speed Pro pré-moon 100 % originale et en parfait état (boîtier jamais poli, bracelet d’époque non distendu, cadran et aiguilles originaux, belle patine, mouvement original et en bon état, boîte et papiers originaux) achetée chez Phillips, Sotheby’s ou Christie’s vaudra 3 à 5 voire 10 fois le prix d’une « mauvaise » montre de la même référence et de la même année achetée sur Internet ou chez un vendeur lambda !

Rolex Submariner 1953
Rolex Submariner, 1953. © Rolex

Prenons maintenant le modèle le plus recherché en vintage, la Rolex Submariner. Il y a tellement de demande et tellement de variations que l’on a assisté à une véritable escalade des prix. Si l’on ajoute à cela les contrefaçons et autres « frankenwatches », soit des assemblages de pièces provenant de plusieurs montres avec ou sans composants contrefaits, le marché de la Rolex Submariner est devenu un véritable champ de mine. Avant d’acheter ma première Rolex vintage, j’ai passé plusieurs années la peur au ventre à la recherche d’informations et de conseils pour finalement me lancer en suivant exactement les points ci-dessus. Dans mon cas, le vendeur a été déterminant, car rien ne sert d’avoir enfin acquis son modèle fétiche pour s’apercevoir qu’il est faux ou partiellement refait !

Les principaux pièges et les « best practices » à retenir

1) Vendeur de mauvaise foi, peu sérieux, peu connaisseur, pas fiable. Il est très difficile de savoir si un vendeur dit vrai, surtout quand on n’est pas (encore) spécialiste. Là encore, mieux vaut payer un peu plus cher chez un vendeur réputé, qui vous donne une garantie, chez qui vous pourrez retourner la montre, que de viser l’affaire sur eBay sans garantie.

2) Achat sur internet. Souvent, les photos ne sont pas assez détaillées et les descriptions sont incomplètes. La différence est dans le détail. Le défaut aussi ! N’hésitez pas à demander d’autres photos, plus de détails, notamment l’historique de service. En cas de doute, n’achetez pas !

3) Version modifiée ou frankenwatch. Vous n’avez pas assez fait vos devoirs ? Pas vu la modification des aiguilles, la lunette incorrecte ou le cadran qui n’est pas d’origine ? Souvent, c’est le cadran qui fait le prix de la montre, notamment pour certaines marques en vue. Vous avez raté ce « détail  » ? Une fois la montre achetée, c’est trop tard… Elle fonctionne mais vaut significativement moins cher que le prix payé… Pas grave, quand on aime !

4) Le modèle génial, mais rarissime. S’il est impossible de trouver des pièces de rechange pour l’habillage ou pour le mouvement, la pièce finit dans un tiroir ou sur eBay pour une revente en pièces détachées. Ou alors vous finissez par consulter eBay jour et nuit pendant deux ans pour trouver la lunette ou le bouton-poussoir qui manque !

Pensez à la valeur de revente, à moins que vous n’achetiez toutes vos pièces pour la vie.
En résumé

Un seul article ne suffit malheureusement pas pour éviter tous les pièges et aborder l’ensemble des connaissances à acquérir, mais cela constitue une base de référence. Il faut s’informer, s’informer, et encore s’informer… Google est votre ami ! Vos amis collectionneurs aussi ! Vous n’en avez pas ? Les forums horlogers peuvent vous aider.

1)Pensez à la valeur de revente, à moins que vous n’achetiez toutes vos pièces pour la vie. Achetez le vendeur, surtout pour des montres d’un certain prix !

2)Vous voulez porter votre montre vintage ? Achetez la marque et donc la disponibilité des pièces d’habillage (boîtier, cadran, aiguilles, etc.). Et achetez le mouvement : des montres plus confidentielles mais équipées de mouvements réputés garantissent de trouver au moins un horloger qui peut vous la réparer.

3) La marque, si elle existe encore, peut certainement assurer la réparation de votre pièce, mais les prix de remise en état, technique et/ou esthétique, sont très élevés, tout comme les délais, car il faut parfois refaire des pièces ad hoc. Ce qui veut dire des composants neufs. Votre montre vintage perdra alors pas mal de son charme, et donc de sa valeur… À savoir !

Pour plus d'informations

http://www.chronomania.net/accueil.html

http://forumamontres.forumactif.com/

http://www.horlogerie-suisse.com/

Un guide intéressant chez nos confrères d’Hodinkee (en anglais) pour acheter sur eBay: https://www.hodinkee.com/articles/hodinkee-guide-to-buying-watches-on-ebay

 

Regards de connaisseurs
Le Vintage pour les Nuls ! (I)
mercredi, 10 février 2016
6 min de lecture
4
Regards de connaisseurs
Acheter une montre d’occasion en ligne : itinéraire d’une néophyte
vendredi, 06 novembre 2015
8 min de lecture
3
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Masterpieces
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5