>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2021 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Les 220 ans du tourbillon
Histoire & Pièces d'exception

Les 220 ans du tourbillon

mercredi, 12 mai 2021
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Breguet fêtera le 26 juin de cette année les 220 ans du brevet déposé par l’horloger Abraham-Louis Breguet sur le tourbillon. Cette invention technique, une des rares qui a traversé les siècles sans prendre une ride, est aujourd’hui devenue un passage obligé pour toute Maison qui prétend à l’excellence horlogère.

De nos jours, les tourbillons sont partout. Ou du moins développés par la quasi-totalité des Maisons qui revendiquent la maîtrise des complications horlogères. Un petit détour par Watches and Wonders Geneva suffit pour s’en convaincre. Sur les 40 marques exposantes, 31 d’entre elles proposent des tourbillons dans leurs collections courantes et, parmi elles, 18 en offraient une nouvelle interprétation lors de ce salon virtuel qui s’est tenu début avril. Ce mécanisme s’est d’ailleurs à ce point généralisé que l’on retrouve aujourd’hui des régulateurs à tourbillon dans pratiquement tous les types de pièces qui offrent plusieurs complications parmi les grands classiques horlogers que sont les calendriers perpétuels, les chronographes, les répétitions minutes et les modèles à fuseaux horaires multiples. Sans parler des grandes complications à l’instar de la Reverso Hybris Mechanica Calibre 185 de Jaeger-LeCoultre et des versions plus élaborées comme l’exotourbillon de Montblanc, le double tourbillon mystérieux de Cartier, le tourbillon 24 secondes incliné de Greubel Forsey ou encore le double tourbillon volant squelette de Roger Dubuis et le double tourbillon à 3 axes de Purnell, pour ne parler que des montres présentées lors de ce récent Watches and Wonders.

Star Legacy Suspended ExoTourbillon Limited Edition 18 © Montblanc
Star Legacy Suspended ExoTourbillon Limited Edition 18 © Montblanc

Cette profusion de tourbillons de toutes sortes, qui atteste de la maîtrise technique et de l’innovation dont les Maisons horlogères sont capables, est finalement un phénomène relativement récent. Pendant longtemps, cette invention brevetée par Abraham-Louis Breguet en 1801 a représenté un défi mécanique que peu d’horlogers étaient capables de construire. Le génial Breguet lui-même s’est d’ailleurs heurté à nombre d’obstacles avant de pouvoir démontrer toute la pertinence de son invention. « C’est à force de réflexion et d’observation qu’Abraham-Louis Breguet devait acquérir une parfaite compréhension des éléments pouvant nuire à la précision des garde-temps, spécialement au niveau de l’échappement, rappelle la Maison Breguet. Conscient qu’il ne pouvait à lui tout seul résoudre tous les problèmes de dilatation des métaux et de stabilité des huiles, il optera pour “compenser” les effets des lois physiques qui produisent des déformations sur les organes vitaux de la montre et altèrent la régularité de la marche. Ne pouvant s’attaquer aux lois de la gravité terrestre, il va faire le choix d’en “apprivoiser” les effets. Qui d’autre que Breguet pouvait proposer un tel projet, à la fois solide scientifiquement et tout de même un peu optimiste ? »

Breguet montre Tourbillon, échappement naturel, No 1176 vendu en 1809 au comte Potocki pour 4 600 francs
Breguet montre Tourbillon, échappement naturel, No 1176 vendu en 1809 au comte Potocki pour 4 600 francs

Résultat : le tourbillon était né, soit un mécanisme qui rassemble l’organe régulateur (balancier-spiral) et l’organe de distribution (roue d’échappement-ancre) dans une cage rotative mobile à même de compenser les variations de marche par un brassage des positions prises par le « cœur » de la montre. Géniale invention, certes, mais d’une extrême complexité dans sa réalisation. C’est probablement lors de son séjour en Suisse entre 1793 et 1795 que l’idée du tourbillon a germé dans l’esprit de l’horloger. Il faudra ensuite compter six ans avant l’obtention du brevet et encore six ans avant les premières ventes qui démarrent lentement. « On comprend que Breguet a sûrement sous-estimé les difficultés de mise au point de ce nouveau type de régulateur – encore un effet de son optimisme coutumier – et que les “dépenses considérables” et les “sacrifices” qu’il mentionne dans sa lettre au ministre de l’Intérieur lors de sa demande de brevet ne se sont pas arrêtés en 1801… Plus de dix années sont donc nécessaires à Abraham-Louis Breguet pour développer et fiabiliser cette invention extrêmement complexe. » Au final, Breguet et ses collaborateurs vont réaliser 40 Tourbillon entre 1796 et 1829, auxquels s’ajoutent 9 autres pièces qui ne seront jamais terminées…

Overseas Tourbillon rose gold © Vacheron Constantin
Overseas Tourbillon rose gold © Vacheron Constantin

Ces difficultés, les autres horlogers les ont bien évidemment rencontrées, si bien que le tourbillon est resté une rareté dans l’univers de la montre de poche que seule une poignée de Maisons pouvait proposer, au rang desquelles Girard-Perregaux et Vacheron Constantin, entre autres. Complexe à réaliser, ce mécanisme ne va donc s’imposer que progressivement dans les montres-bracelets. D’une part en raison de son utilité relative dans un garde-temps de poignet lui-même « brassé » dans toutes les positions et de l’autre parce que sa miniaturisation n’était pas sans poser problème. On notera la première montre-bracelet à tourbillon présentée par Omega en 1947 et celle de Patek Philippe l’année suivante. Il faudra ensuite attendre les années 1980 pour de nouvelles tentatives fructueuses, notamment chez Audemars Piguet avec la première montre-bracelet automatique à tourbillon d’une hauteur remarquable d’à peine 2,5 mm. Depuis, les tourbillons ont envahi la planète horlogère pour devenir un véritable sujet de recherche avec des applications aussi variées que novatrices. Et si son utilité est aujourd’hui encore un des sujets horlogers parmi les plus disputés, son ballet mécanique a conquis le cœur des collectionneurs. Plus de deux siècles après son invention, le tourbillon reste une « innovation » majeure. Breguet donne rendez-vous le 26 juin pour s’en convaincre, soit le 7 messidor de l’an IX selon le calendrier républicain de l’époque, le jour même où un certain Abraham-Louis Breguet devenait titulaire de son brevet pour… dix ans.

Haut de page