>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Les enchères d’automne débutent en fanfare
Culture

Les enchères d’automne débutent en fanfare

mardi, 20 octobre 2009
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
7 min de lecture

Deux records du monde atteints à New York chez Antiquorum, une troisième édition Only Watch menée par Patrizzi & Co à Monaco couronnée de succès, la saison des enchères automnales de montres de collection débute sous les meilleurs auspices.

Le calendrier n’en est qu’à ses débuts mais les prémisses sont des plus encourageantes en ce qui concerne les ventes aux enchères automnales de montres de collection. Si l’euphorie de ces dernières années est quelque peu retombée, le pouls de cet univers du luxe n’en continue pas moins de battre à un rythme fort enviable pour un patient que d’aucuns voyaient déjà condamné à court terme, crise des subprimes oblige. Les ventes de printemps l’avaient déjà clairement démontré, les aficionados de pièces d’exception savent encore faire la différence entre le garde-temps coup de cœur et la montre placement.

Patek Philippe tient la dragée haute

Pour preuve : la saison genevoise tenue à mi mai s’est close pour Antiquorum, Christie’s, Phillips de Pury & Cie et Sotheby’s sur un résultat de CHF 90 millions, soit à peu près l’équivalent des ventes de novembre 2008. On est certes loin des CHF 175 millions réalisés au printemps de l’année dernière mais l’engouement reste palpable. « Dans un marché très sélectif, la réponse apportée à notre offre de garde-temps datant du XVIe siècle à nos jours démontre que les pièces rares et en bonnes conditions sont toujours très demandées », commentait Alexander Barter, responsable du département montres auprès de Sotheby’s International.

Une assertion qui semble bien se confirmer quelque cinq mois plus tard. C’est en effet Antiquorum qui a ouvert les feux à New York le 17 septembre dernier avec la mise aux enchères de 414 pièces rares pour un total de $ 9,2 millions. Au programme et clou de la vente : la collection Matsuda de montres-bracelets Patek Philippe. Trois d’entre elles ont ainsi atteint des sommets dont deux records mondiaux. Un modèle de montre-bracelet astronomique en platine (réf. 5016P) vendu en 2000 et doté d’une répétition à minutes, d’un calendrier perpétuel rétrograde, d’un tourbillon une minute et phases de lune est ainsi parti pour $ 780’000.-. Non loin derrière, sa petite sœur (réf. 3939) sans calendrier rétrograde et phase de lune, a trouvé preneur pour $ 684’000.-, suivie par la réf. 5013P « arrachée » pour $ 564’000.-.

La récession, une parenthèse ?

« Les résultats spectaculaires obtenus sur la collection Matsuda montrent bien que les amateurs sont aujourd’hui prêts à payer une prime pour des garde-temps qui ont été répertoriés et choisis par des collectionneurs renommés, explique Evan Zimmermann, patron d’Antiquorum. Cela les conforte dans l’idée que leur propre collection sera un jour tout aussi recherchée. » Patek Philippe n’est d’ailleurs pas la seule marque à avoir tenu la dragée haute lors de la vente. Une Pendule Sympathique No 2 de Breguet, une Grande Complication Blancpain « 1735 », une Gyrotourbillon 1 de Jaeger-LeCoultre, une Jules Audemars Grande Complication titane d’Audemars Piguet, tout comme une Cartier Tortue Tourbillon Chronographe Monopoussoir en platine ont également tenu la vedette lors de cette vente de septembre. Même Seiko avec sa GMT Spring Drive Spacewalk, une édition limitée à 6 pièces pour la Mission Soyuz TMA-13, a connu un engouement sans précédant.

« Cette vente aux enchères de septembre est une indication claire selon laquelle le marché des montres rares et de collections est loin de se tarir, expliquait Robert Maron, président d’Antiquorum. A mesure que l’économie mondiale montre des signes de reprise, la demande pour des garde-temps d’exception se traduit par des prix de ventes que nous avons connus avant la récession. »

Vente aux enchères Antiquorum de septembre 2009 : montre-bracelet Blancpain Grande Complication 1735 © Antiquorum
Vente aux enchères Antiquorum de septembre 2009 : montre-bracelet Blancpain Grande Complication 1735 © Antiquorum
Succès pour Only Watch

Pour Osvaldo Patrizzi, président de Patrizzi & Co, société organisatrice de la récente vente aux enchères Only Watch tenue à Monaco, le constat n’est guère différent. « Après ces mois de crise économique, je craignais que les acheteurs se montrent frileux, expliquait-il à l’issue de la soirée. Excellente surprise, ça n’a pas été le cas. Les montants atteints par certaines pièces et la somme totale récoltée m’ont prouvé le contraire et j’en suis très heureux. » Les 34 montres uniques créées pour l’événement par les Maisons horlogères et dont le produit de la vente est entièrement dédié à la recherche contre la myopathie de Duchenne, ont ainsi rapporté € 2,285 millions. Un résultat à peine 20% inférieur à celui de la vente de 2007 qui représente assurément une belle réussite.

Si certaines pièces ne présentaient que peu d’originalité pour avoir été simplement déclinée sur des modèles existants avec quelques particularités au niveau de l’habillage, certaines autres, véritable pièces uniques, ont enflammé l’assemblée, à l’image de la Cabestan Tourbillon (€ 220’000.-), de la Clé du Temps de la Confrérie Horlogère (€ 280’000.-), de la De Bethune Convertible (€ 90’000.-) ou de la HM2 Sage Vaughn présentée par MB&F (€ 55’000.-). Clou de la soirée : la Patek Philippe réf. 5106 Celestial annoncée à € 210’000.- et emportée finalement pour € 535’000.- par Jean-Claude Biver, patron de Hublot. Un geste d’une rare générosité… Comme le démontre ces deux premières ventes de la saison d’automne, le marché de la montre de collection reste plus animé que jamais.

Vente aux enchère Only Watch 2009 organisée par Patrizzi & Co : Patek Philippe Celestial (réf. 5106) © Patrizzi & Co
Vente aux enchère Only Watch 2009 organisée par Patrizzi & Co : Patek Philippe Celestial (réf. 5106) © Patrizzi & Co
Confirmation d’octobre

Ces prémisses ont été confirmées au mois d’octobre par deux nouvelles ventes d’Antiquorum et de Patrizzi & Co. La première tenue à Genève, qui a vu 78% des lots vendus représentant 115% de leur valeur d’estimation, a ainsi totalisé CHF 4,3 millions, tandis que la seconde ayant pris place à New York a rapporté $ 3,2 millions. Lors de cette dernière, une Patek Philippe Sky Moon Tourbillon réf. 5002 a trouvé preneur pour $ 1,2 million, le prix le plus élevé atteint par une montre-bracelet depuis la crise économique, selon la Maison de ventes aux enchères. « Dans cette période de récession que nous la connaissons aujourd’hui, ce 1,2 million est un résultat extraordinaire », déclarait Osvaldo Patrizzi. Même son de cloche du côté d’Antiquorum dont le président Robert Maron déclarait : « cette dernière vente vient confirmer nos attentes sur un marché où les collectionneurs sont à nouveau désireux d’enchérir sur des pièces rares. » Moment for de cette soirée, un nouveau record pour une Patek Philippe réf. 5059P en platine Quantième perpétuel, Date rétrograde vendue pour CHF 114’000.-. Le prix le plus élevé est encore revenu à une Patek Philippe réf. 1463 de 1946 avec un cadran asthmométrique qui a trouvé preneur pour CHF 372’000.- !

Haut de page