>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2021 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Les enchères horlogères genevoises d’automne :...
Culture

Les enchères horlogères genevoises d’automne : Antiquorum

mardi, 20 novembre 2012
Par Danièle Chambas
fermer
Danièle Chambas

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Lors de chaque session, c’est Antiquorum qui donne le départ. Un long dimanche ce 11 novembre, la vente aux enchères des 611 lots ayant duré plus de 7 heures. Le grand salon du Mandarin Oriental Hôtel du Rhône n’a quasiment pas désempli, sauf durant la dernière demi-heure. Dommage pour les pendulettes et montres Cartier qui n’ont pas trouvé preneurs ! Total de la vente : CHF 8,8 millions pour 494 lots adjugés et 19% d’invendus.

Le catalogue, bien illustré et documenté, proposait environ 50% de pièces vintage et 50% de pièces modernes. En tête des marques présentes : Rolex (87), suivie par Patek Philippe (58), Cartier (38), Vacheron Constantin (34), Audemars Piguet (34), Jaeger-LeCoultre (22), Omega (19), Breguet (15)… Une sélection équilibrée comprenant une brochette de stars mais aussi des pièces particulièrement originales. A commencer par cet étonnant éventail musical et horloger (lot 189) dont il n’existe que trois exemplaires dans le monde ou encore des montres de poche en ivoire, des affiches anciennes, des horloges de carrosse, des horloges de table Art déco ainsi que des boîtes à musique très raffinées.

Attribué à la maison genevoise Piguet & Capt (vers 1810), l’éventail tout en or, émail et perles illustre la couverture du catalogue. Cet objet délicat et précieux, qui renferme une montre avec les secondes, a été offert au Vicomte de Morais par le Prince Ferdinand de Saxe-Cobourg. Adjugé très vite pour CHF 386’500 (USD 492’000 / EUR 321’000) sur la base d’une estimation de CHF 300-500’000, il reste en Europe.

La star : une Rolex Single Red Sea-Dweller

Une Rolex réf. 1665 (lot 126) « Sea-Dweller » 500m/1650ft en acier de 1967 cumule les superlatifs. Jamais présentée aux enchères, elle est l’un des six exemplaires connus de « Single Red », peut-être le premier prototype Sea-Dweller avec valve à hélium, sans oublier la gravure « Patrick Raude », du nom du recordman de plongée à qui elle appartenait. Elle part très vite pour CHF 490’900 (USD 625’000 / EUR 407’754) sous les applaudissements, quadruplant son estimation la plus haute de CHF 120’000. Autre pièce jamais présentée sur le marché : un chrono Patek Philippe réf. 2499/100 (lot 511) en or jaune de 1984 avec calendrier perpétuel et phases de lune, l’un des derniers exemplaires de la référence. Il change de mains pour CHF 290’500 (USD 369’865 / EUR 241’304) sur la base d’une estimation de CHF 200’000-300’000.

Le lot 273, une très belle Audemars Piguet en platine « Jules Audemars Echappement Chronomètre » de 2010, un modèle primé au Grand Prix d’Horlogerie de Genève l’année précédente, est adjugée en line pour CHF 224’500 (USD 285’867 / EUR 186’481) sur la base d’une estimation de CHF 60’000-80’000. Quant à la Patek Philippe en acier réf. 1463 (lot 581), il s’agit d’un modèle particulièrement original puisqu’il est équipé d’un cadran permettant de mesurer la respiration. Mis au point dans les années 1940-50 par Jacques Golay, régleur réputé de la manufacture genevoise, il est adjugé dans le public pour CHF 182’500 (USD 232’386 / EUR 151’552) sur la base d’une estimation de CHF 150’000-200’000.

 

Lot 581 : Patek Philippe en acier réf. 1463. équipé d’un cadran permettant de mesurer la respiration. Mis au point dans les années 1940-50 par Jacques Golay © Antiquorum

Le dernier lot No 613 enfin, une magnifique pendulette à dôme en émail cloisonné réf. 703 répondant au doux nom de « Déesse du soleil et de la lune », a été offerte en 1956 au vainqueur de la Dragon Gold Cup. Cette pièce unique décorée par Michel Deville est l’un des tous premiers modèles de pendules solaires en émail cloisonné fabriqué par Patek Philippe. Sa précision est d’une seconde par jour. Estimée CHF 60’000-80’000, elle change de mains pour CHF 100’900 (USD 106’712 / EUR 83’789).

« Sur un marché de plus en plus sélectif et solide, il n’y a pas de place pour les petits lots, explique Julien Schaerer qui a dirigé ces enchères Antiquorum avec beaucoup d’efficacité. Nous sommes très satisfaits de cette vente qui a attiré de nombreux collectionneurs, en particulier dans la salle. A relever que 45% des lots ont pris le chemin de l’Asie ».

Haut de page