>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Les femmes de l’univers horloger
Points de vue

Les femmes de l’univers horloger

Wednesday, 17 February 2016
fermer
Editor Image
Franco Cologni
Président du Comité Culturel de la FHH

“Le talent nécessite toujours de l’effort, de l’engagement, des heures passées à perfectionner un geste qui devient, jour après jour, un don.”

Entrepreneur dans l’âme, Franco Cologni, pourtant homme de lettres, s’est rapidement lancé dans les affaires pour devenir un personnage clé du groupe Richemont.

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture

Le monde de la Haute Horlogerie est souvent accusé de ne guère laisser d’espace aux femmes. Quand bien même l’autre moitié du ciel – pour recourir à une célèbre métaphore chinoise – constitue une interlocutrice essentielle pour tous les acteurs du système : les femmes sont toujours plus attentives aux montres, non seulement belles mais aussi précieuses et compliquées. Et lorsqu’elles occupent des positions de direction, elles savent donner les orientations importantes et décisives.

Je pense à l’amie Jasmine Audemars ou à Fabienne Lupo : des femmes à la vision vaste, au caractère marqué, à la discrétion proverbiale et à la ténacité admirable, qui ont su creuser un sillon décisif dans un univers tellement masculin par tradition. On n’attribue pas de prix Nobel dans la Haute Horlogerie, mais si les Suédois devaient décider un jour d’ajouter une telle catégorie à leur palmarès, les candidates ne manqueraient pas. Utopie ?

Lorsque l’on parcourt la liste des femmes lauréates d’un prix Nobel – elles ne sont pas rares mais représentent quand même une petite minorité par rapport aux hommes –, cela donne à réfléchir à au moins deux aspects. Le premier est l’énorme effort que ces scientifiques, écrivaines et chercheuses ont dû consentir pour s’affirmer dans un monde extrêmement machiste, exactement comme dans l’univers de la Haute Horlogerie. Le second tient à la passion et la ténacité dont elles ont toutes fait preuve, pour atteindre des sommets d’expérience grâce à une abnégation qui a valorisé leur talent.

La curiosité est le moteur du monde.
Rita Levi Montalcini

À l’approche du 8 mars, au lieu de brandir des mimosas, il serait peut-être plus sage et instructif de réfléchir aux exemples que les lauréates du prix Nobel ont su et savent encore proposer. Pensons à la stature de personnalités comme Grazia Deledda, la première Italienne, ou Pearl Buck, qui, par ses livres, a éduqué des générations entières. Pensons à Gerty Cori, Nobel de médecine en 1947, ou à la poétesse Gabriela Mistral. Pensons à Mère Teresa de Calcutta (Nobel de la Paix en 1979) ou à Elinor Ostrom (Nobel d’Économie en 2009). De l’histoire de chacune d’elles émerge la capacité de dompter l’adversité et de s’extraire d’un environnement parfois suffocant pour affirmer sa vocation. Et en même temps transparaît une détermination chevillée au corps d’améliorer la condition humaine, avec une curiosité sincère du monde, de la nature et des relations humaines.

Comme le disait Rita Levi Montalcini, prix Nobel de Médecine en 1986, la curiosité est le moteur du monde. Un moteur que les lauréates du prix Nobel ont su chercher et trouver en surmontant les préjugés, la désapprobation et des obstacles encore plus odieux tels que le racisme ; une motivation qu’elles ont su exprimer par des découvertes qui ont changé pour toujours le cours de l’histoire. Comme l’a si bien dit Ellen Johnson Sirleaf, prix Nobel de la Paix en 2011, si tes rêves ne te font pas un peu peur, cela veut dire qu’ils ne sont pas assez grands. Toutes les histoires de ces femmes parlent de rêves couronnés de succès grâce à ce talent si féminin d’allier la ténacité à la curiosité, la force à l’espoir, la détermination à la douceur.

L’aptitude analytique méticuleuse de ces femmes libres de tout préjugé a alimenté tous les secteurs de la science et des lettres ; ses fruits sont magnifiques. Faisons le vœu qu’on pourra bientôt en dire autant de la Haute Horlogerie.

Haut de page