>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Les horlogers à la conquête de l’univers
Histoires de montres

Les horlogers à la conquête de l’univers

vendredi, 28 avril 2017
Par Victoria Townsend
fermer
Victoria Townsend

Lire plus

CLOSE
8 min de lecture

De l’infiniment grand à l’infiniment petit, le cosmos et ses mystères continuent d’exercer leur pouvoir de fascination sur les horlogers. Billet aller – sans retour – à travers l’espace et le temps offert par Louis Moinet, Graham et MB&F.

« Emmène-moi jusqu’à la lune,
Laisse-moi jouer parmi les étoiles
Laisse-moi voir à quoi ressemble le printemps
Sur Jupiter et Mars… »

Cette chanson a été écrite il y a bien des lunes, en 1954, et quand Frank Sinatra l’enregistre dix ans plus tard, il nous faudra encore attendre cinq ans avant de nous propulser vers la lune et d’y faire nos premiers pas. Depuis, nous sommes allés bien plus loin : nous avons survolé la planète Mars, nous y avons envoyé des sondes orbitales, des atterrisseurs et des robots mobiles, et il est fort à parier que très bientôt nous explorerons Jupiter, Uranus et Neptune… L’envoi d’une première capsule habitée vers Mars est d’ailleurs programmé dès les années 2030. C’est dire notre insatiable curiosité des confins de l’univers et de son origine.
S’ajoutent à nos missions et à nos sondes spatiales les milliers de météorites qui tombent du ciel chaque année et nous renseignent davantage sur la genèse de notre univers. Des chasseurs de météorites traquent sans relâche les rares fragments de celles-ci, aux quatre coins de la planète afin de nous fournir de nouvelles sources d’informations scientifiques. Mais il arrive aussi que certains fragments soient utilisés à des fins purement esthétiques, pour ajouter au mystère de belles créations, dont les montres. Avec ou sans fragments, voici trois nouvelles montres qui visent les étoiles.

Après des fragments de lune ou de Mars, voici pour la première fois… d’authentiques fragments de météorite « chondrite carbonée de type CM ».
Mystérieuse origine

Louis Moinet invente le chronographe en 1816. Horloger, il est aussi peintre, sculpteur, et cet héritage se retrouve dans les montres Louis Moinet aujourd’hui, héritage dont la philosophie visant à créer un « art mécanique en édition limitée » est à l’honneur dans ce nouveau garde-temps baptisé Space Mystery. Un des codes identitaires de la marque est l’utilisation de matériaux d’une grande rareté, et avec la Space Mystery, après des fragments de lune ou de Mars, voici pour la première fois… d’authentiques fragments de  ». Cette météorite contient des acides aminés et, dans la mesure où la provenance de cette météorite demeure mystérieuse, la présence de ces acides aminés extraterrestres pourrait indiquer que son origine se situe au-delà de notre système solaire et dépasse les 4,5 milliards d’années. Seraient-ils alors les tout premiers signes de vie dans l’univers ?

Louis Moinet Space Mystery
Ateliers Louis Moinet Space Mystery

Mais l’éblouissement ne s’arrête pas là puisque, avec la Space Mystery, Louis Moinet présente le premier « tourbillon satellite® » au monde ! Ce tourbillon satellitaire ne tourne pas seulement sur lui-même, il se satellise autour d’un axe, entraînant également en 60 secondes une planète située en sa périphérie. Cette réalisation exclusive à Louis Moinet apparaît à midi sur un cadran « Magic Blue » (sa composition secrète est exclusive elle aussi à Louis Moinet), dans une cage de tourbillon d’un diamètre exceptionnel de 13,59 mm, suspendue dans le vide, surplombant le cadran de 1,8 mm. Une grande ouverture, située à 6 h sur le cadran, permet la lecture des heures et des minutes. Enfin, à 9 h, le cadran de la Space Mystery est percé d’une ouverture dans laquelle est placé un authentique fragment de cette mystérieuse météorite, tandis que deux autres fragments planétaires, l’un de Mars, l’autre de lune, décorent la carrure de la boîte, de part et d’autre de la couronne. Équipée du calibre à remontage manuel LM48 disposant d’une réserve de marche de 72 heures, développée par Louis Moinet puis produite et assemblée par l’équipe d’Impulsion en partenariat avec TEC Ébauches, la Space Mystery s’habille d’une boîte ronde en or 18 carats de 46 mm de diamètre et sera éditée en 4 éditions de 8 exemplaires : or blanc ou rose, polie ou magnifiquement gravée à la main.

Geo.Graham Tourbillon Orrery
Geo.Graham Tourbillon Orrery
Un calendrier de 300 ans

La « contemplation des étoiles » prend une tout autre signification chez Graham, avec le Geo.Graham Tourbillon Orrery. Ce planétarium, à porter au poignet, tire son nom du quatrième comte d’Orrery, Charles Boyle, qui reçut le premier système solaire mécanique conçu par George Graham, géophysicien et horloger, en 1713. Pour célébrer le 300e anniversaire de cette invention en 2013, la Manufacture présente une première montre anniversaire qui représente le soleil, la planète Mars, la Terre et la lune avec des pierres et métaux précieux (saphir, rubis, rhodium et or rose 18 carats). Pour la version 2017, le soleil est représenté par un superbe diamant taille cabochon surmontant en son centre le pont du tourbillon en or rose gravé main ; la Terre, la lune et la planète Mars sont composées de fragments provenant respectivement de… la Terre, la lune et la planète Mars. La Terre, un morceau de turquoise provenant de la mine Kingman (Arizona), la lune et la planète Mars, des fragments de météorite, suivent leur trajectoire sur fond de cadran laqué bleu. Sur le cadran, trois graduations : les heures et les minutes, le calendrier grégorien et enfin la graduation des signes du Zodiaque, au sein d’un boîtier en or rose de 48 mm de diamètre et de 17,6 mm d’épaisseur. Des aiguilles squelettées excentrées en or rose, luminescentes, permettent la lecture des heures et des minutes.

Comme en 2013, le calibre G1800 du Graham Tourbillon Orrery à remontage manuel a été spécialement conçu pour Graham par Christophe Claret et dispose d’une réserve de marche de 72 heures. Un compteur d’années gravé sur un disque au dos de la boîte permet également d’identifier la correction des planètes, pour le siècle à venir, au cas où vous oublieriez : 7,5 ans pour la lune, 25 ans pour Mars, et 1 156 ans pour… la Terre. À l’intérieur du coffret de présentation, on trouve en complément deux graduations supplémentaires de 100 ans, pour un calendrier de 300 ans au total. Cette pièce est proposée en édition limitée : huit exemplaires seulement dont le numéro de série sera gravé main.

MB&F - Destination Moon
MB&F - Destination Moon
Bon voyage

Chez MB&F, l’astronaute Neil n’a pas de fragments de météorite. Mais il semble tout prêt à s’élancer vers l’espace à bord de sa propre navette, pour aller en chercher et nous emmener avec lui pour ce voyage imaginaire dans l’espace.

Destination Moon est une horloge de table inspirée du design des fusées de science-fiction des années 1960, conçue par MB&F et réalisée par L’Épée 1839. L’espace prend une tout autre dimension ici puisque la structure de la fusée/horloge a été largement squelettée pour laisser de grands espaces vides dans une volonté délibérée de créer un objet tout à la fois éthéré et remarquablement présent. Haute de 41,4 cm et large de 23,3 cm, dotée d’une armature en acier inoxydable satiné et de trois pieds d’atterrissage étincelants, l’horloge Destination Moon est éblouissante ! Elle pèse 4 kg et comprend 237 composants dont 164 pour le mouvement, qui dispose d’une réserve de marche de 8 jours sur barillet simple.

MB&F - Destination Moon

Avec son architecture verticale similaire à celle d’une fusée, Destination Moon est alimentée par une couronne surdimensionnée placée à sa base. L’énergie ainsi produite est transmise au barillet via l’échelle d’embarquement. Le régulateur, placé à la verticale et protégé derrière une paroi de verre minéral, se trouve sous l’affichage des heures et des minutes, dont les chiffres sont décalqués en blanc sur deux disques en acier inoxydable. On règle l’heure par un bouton centré au sommet du mouvement. Quant à Neil, l’astronaute, sa petite figurine est composée d’argent massif et d’acier pour le casque. Aimanté, Neil peut être placé n’importe où sur l’échelle d’embarquement et n’attend plus que votre imagination pour se préparer à sa prochaine mission. Destination Moon est disponible en 4 éditions de 50 pièces par couleur : PVD noir, bleu ou vert, ou palladium (argenté). Bon voyage !

Haut de page