>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Les horloges fabriquées en Chine sous la dynastie des Qing
Histoire & Pièces d'exception

Les horloges fabriquées en Chine sous la dynastie des Qing

mardi, 20 mai 2008
Par David Chang
fermer
David Chang

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Après avoir lu l’article de Fernando Correia de Oliveira (HH Journal 13) sur la manière dont les horloges mécaniques ont été introduites en Chine, j’ai voulu continuer l’histoire et expliquer comment, après ce moment historique, les Chinois ont commencé à fabriquer leurs propres horloges.

Les premières horloges chinoises étaient tout d’abord des reproductions des horloges mécaniques occidentales puis la transition de la dynastie Ming vers la dynastie Qing marqua la période de prospérité de l’horlogerie chinoise. L’usine manufacturière du Palais impérial de la dynastie des Qing, Guangzhou et Jiangsu étaient les trois centres de production d’importance.

Le site était spécialisé dans la production d'horloges carillons et musicales.
Les horloges fabriquées à l’usine manufacturière du Palais impérial de la dynastie des Qing

L’usine manufacturière du Palais impérial de la dynastie des Qing fut fondée en 1732 sous le règne de l’empereur Yongzheng. Le site était spécialisé dans la production d’horloges carillons et musicales. De nombreux ateliers du palais experts en émaillage, en travail du bois, de l’or, de l’ivoire ou du jade participèrent à la production. Les ressorts moteurs et les cadrans importés via Guangzhou garantissaient la qualité mécanique des horloges. La fabrication d’une grande horloge pouvait prendre plusieurs années.

Les horloges musicales peuvent jouer de la musique à une heure spécifique ou à tout moment en actionnant une commande. L’horloge aux fleurs (1) est un exemple d’horloge fabriquée à l’usine manufacturière du Palais impérial de la dynastie des Qing et elle utilise un mécanisme musical provenant de la France. Le cadran de l’horloge est incrusté dans un vase de laiton qui contient un bouquet de fleurs de lotus. Lorsque l’horloge est remontée, trois des boutons de lotus s’entrouvrent pour laisser apparaître la silhouette sculptée d’un singe, d’un jeune garçon et de la Déesse des cieux.

Les horloges fabriquées à Guangzhou

Le terme « horloges de Guangzhou » fait référence aux horloges carillons fabriquées à Guangzhou sous la dynastie des Qing jusque sous la République populaire de Chine. La qualité des horloges de Guangzhou à la fin du 18e siècle était équivalente à celle des horloges anglaises et coûtaient un tiers moins cher. Toutefois, leur prix était bien trop élevé pour qu’un citoyen ordinaire puisse se permettre d’en acheter une. La plupart des horloges fabriquées dans l’usine de Guangzhou étaient des présents honorifiques destinés à être offerts à de hauts fonctionnaires ou à de riches marchands, ce qui a considérablement limité leur développement.

Les horloges de Guangzhou disposent d’attributs nationaux et régionaux d’une extrême richesse. Certaines ont été conçues pour ressembler à des bâtiments tels que des maisons, des kiosques, des théâtres ou des pagodes. D’autres ont pris la forme d’une gourde, d’un vase précieux ou d’un pot de fleurs. Leurs boîtes resplendissantes étaient parées de cuivre doré, parfois ornées d’émaux brillants caractéristiques de Guangzhou dans des tons transparents de jaune, de vert, de bleu et d’autres couleurs. Les artisans de la ville ont inventé un artisanat associant les techniques d’émaillage occidentales et les caractéristiques de l’art chinois. Les décorations formelles avaient pour thème la tranquillité et les grandes occasions et étaient destinées à montrer une image apaisante. Chaque horloge n’indiquait pas seulement l’heure, elle prenait vie. L’horloge en forme de gourde (2) renferme une boîte à musique au premier niveau avec des bandeaux et une multitude de silhouettes offrant des trésors. Lorsque la musique commence à jouer, le bandeau se déroule pour révéler les mots « heureux pour toujours » en caractères chinois et les silhouettes s’animent.

Son ouvrage fut le premier livre de l'histoire de Chine à être entièrement consacré à la fabrication mécanique des horloges.
Les horloges fabriquées dans la province du Jiangsu

Le développement de l’agriculture et de l’artisanat lors de la dynastie des Qing, sous les règnes des empereurs Kangxi, Yongzheng Qianlong, a non seulement engendré une prospérité commerciale mais a également posé les fondements de l’industrie de l’horlogerie située en aval du fleuve Yangtzé. Dans son traité de 1809 The Illustrated Explanation of Chiming Clocks (L’explication illustrée des horloges carillons) à Songjiang (ville maintenant appelée Shanghai), Xu Chaojun détaille la structure, les fonctions, l’entretien ainsi que la réparation d’une horloge. Son ouvrage fut le premier livre de l’histoire de Chine à être entièrement consacré à la fabrication mécanique des horloges. En 1816, la confrérie de l’horlogerie a élaboré une inscription dans un parc du souvenir, à huit kilomètres de Suzhou. Elle témoigne de la longue histoire de l’horlogerie à Suzhou.

Les horloges de Jiangsu sont généralement connues sous le nom d’horloges Su. À la fin de la dynastie des Qing, les horloges Su se sont inspirées de la culture orientale traditionnelle pour leur conception, ce qui a mis en valeur leur élégante simplicité et leur valeur ornementale. La province du Jiangsu s’est forgée une belle réputation pour ses horloges à écran dont les pièces internes sont fabriquées entièrement à la main, notamment les gravures naturelles des feuilles de cuivre doré. Elles témoignent de l’intelligence et de la sagesse de l’artiste, ainsi que d’une parfaite maîtrise de la technique. Les horloges peuvent être divisées en trois parties : la base, l’écran et la boîte. La plupart sont faites de bois rouge gravé (3) tandis que d’autres sont ornées de perles de culture pour leur donner davantage de valeur. D’autres encore s’inspirent du mobilier Ming ou affichent des gravures de squelette selon la période.

Haut de page