>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Les montres des héros d’Hollywood (1)
Histoires de montres

Les montres des héros d’Hollywood (1)

Thursday, 03 January 2019
Par Frank Rousseau
fermer
Frank Rousseau

Lire plus

CLOSE
10 min de lecture

Ils incarnent ou ont incarné les hommes forts du cinéma américain. À la ville, ces acteurs affichent volontiers leur prestance par le biais d’actions citoyennes ou d’opinions bien senties. Parfois, aussi, en arborant à leur poignet une montre qui en dit souvent plus que de longs discours… (Re)découvertes !

Arnold Schwarzenegger

« J’aime autant les montres que les voitures. Je les collectionne d’ailleurs avec une passion égale. Dans les films que j’ai tournés, j’ai toujours essayé de mettre en valeur mes propres montres. Comme la Royal Oak créée par Audemars Piguet. J’adore cette montre. Pour Terminator 3, on m’en avait même fabriqué une sur mesure, un modèle antichoc. Je peux vous assurer qu’il fallait qu’elle soit solide, car le Robot que j’incarne lui en fait voir de toutes les couleurs. J’ai grandi en Autriche, c’est-à-dire pas loin de la frontière suisse. Je me suis rendu un nombre de fois incalculable chez mes voisins frontaliers, et dès que j’en avais l’occasion j’allais admirer leurs dernières créations horlogères. Je me disais : “Un de ces quatre, j’en aurai une comme ci ou comme ça.” Ce qui m’épate, c’est que nos amis suisses arrivent à se renouveler constamment. Au niveau tant du design que de la technologie ou des complications. En tant que sportif, je dis souvent qu’il ne faut jamais s’endormir sur ses lauriers. Les horlogers suisses, eux, l’ont compris il y a fort longtemps. Ils aiment les défis, les records et, grâce à leur ingéniosité, ils arrivent parfois à atteindre des sommets jugés inatteignables. »

Robert Downey Jr.

« Comme je le dis souvent, “après avoir jeté un œil à ma collection de montres, vous en saurez plus sur moi que n’importe qui sur terre”. Dans ce domaine, je ne suis pas sectaire, j’aime toutes les montres ! Enfin… celles qui ont un certain cachet et une histoire à raconter. Car toutes les montres ont une histoire à raconter. Dès le moment où vous en achetez une ou qu’on vous en offre une, elle partage chaque instant de votre vie et de votre intimité. Une montre, ce n’est pas qu’un objet, c’est une extension de vous-même. Toutes les montres que je possède ont leur propre destin, leur propre vécu et leur propre devenir. Il ne s’agit pas que d’un cadran, d’un jeu d’aiguilles, d’un boîtier et d’un mécanisme. C’est bien plus que ça. Je suis sûr que les montres ont une âme ! »

Russell Crowe

« Je n’ai pas eu de montres jusqu’en 1992. C’est un film qui a été l’élément déclencheur. À cette époque, j’incarnais un pilote dans For the Moment. Cette production mettait en scène ces aviateurs que l’on formait au Canada, dans la province du Manitoba, pour aller un jour bombarder les lignes ennemies de l’autre côté de l’Atlantique. Je vous parle de la Seconde Guerre mondiale bien évidemment. Pendant le tournage, l’un des techniciens m’a fait remarquer que les pilotes avaient tous une montre au poignet. Pour parfaire mon personnage, je m’en suis donc acheté une à l’aéroport de Minneapolis/St. Paul si je me souviens bien. Ce n’était pas une montre haut de gamme. Il s’agissait d’une Gucci que j’ai payée dans les 400 dollars. Depuis, je suis passé à la vitesse supérieure, car je ne supporte pas l’idée de regarder l’heure autrement que sur une montre. L’heure sur un portable, non merci. Je n’aime pas le mélange des genres. »

John Travolta

« Je ne sais pas combien de montres je possède, car je ne tiens pas ce genre de comptabilité. Mais une chose est sûre, j’en porte une aujourd’hui à mon poignet. Vous savez, les hommes n’ont pas besoin d’en faire trop. Un rien les habille. Un costume et une belle montre leur suffisent ! Maintenant, vous allez me dire : “Pourquoi avoir signé avec Breitling ?” Parce que je suis aussi un pilote d’avion professionnel et parce que cette marque a toujours su entretenir une relation très étroite avec l’aviation. Le mariage avec Breitling était donc naturel, logique. Je dirais même “organique”. J’aime les instruments de précision, les objets fiables, et ces montres ont toujours répondu à ces attentes. J’ajoute qu’un pilote se doit d’être ponctuel. La ponctualité est une qualité qui doit être inscrite dans l’ADN d’un pilote ! Pour moi, le luxe, c’est bien sûr de pouvoir arborer de belles montres, mais c’est aussi d’avoir pu construire une piste d’atterrissage à proximité de ma maison, avec un hangar pour les réparations de mes avions. J’ai aménagé ma propriété comme un aéroport. Il ne me faut que quelques minutes pour rejoindre mon 747 ! Le temps nécessaire pour que mes hommes fassent le plein de kérosène et que je prévienne la tour de contrôle, qui, je le précise, ne m’appartient pas. » (rires)

Dwayne Johnson

« Je ne supporte pas les montres en plastique ou avec des bracelets en tissu ou en cuir. À la longue, ma sueur “bouffe” le cuir. Le latex, c’est mieux. Bref, les “flip flop watches”, pas trop pour moi. Et puis, j’ai passé l’âge ! Ce que je regarde avant toute chose dans une montre, c’est sa fabrication, sa conception et bien sûr son design. Je suis très sensible aux matériaux qui résistent aux temps et surtout à mon mode de vie. Contrairement à des vêtements que vous changez en fonction du climat, de vos activités, de vos sorties, moi, j’aime qu’une montre s’adapte en toutes circonstances. Quand je me rends à une première, je ne me dis pas : “Tiens, il faut que je mette cette montre avec telle chemise ou avec telle veste.” Je perçois la montre davantage comme un outil, un bel outil, qu’un bijou. »

Matt Damon

« La toute première montre que je me suis achetée remonte à l’époque où mon vieux complice Ben Affleck et moi étions vraiment dans la mouise. Pendant des années, nous avons fait partie de cette catégorie de jeunes acteurs qui attendaient à côté du téléphone qu’un producteur daigne leur filer un petit os à ronger. Nous avons aussi eu notre lot de désillusions lorsqu’on nous laissait entendre que nous allions décrocher un rôle, finalement confié à quelqu’un d’autre. Bref, avec Ben, nous devions nous rendre à je ne sais plus trop quelle audition à New York. Sur le chemin, nous sommes tombés sur un type qui vendait à la sauvette des contrefaçons pour 10 dollars ! Je me souviens d’avoir eu cette réflexion : “Oh ! mon Dieu, une montre Gucci à 10 dollars, mais c’est incroyable !” Avec Ben, nous en avons donc acheté quelques-unes en espérant bien faire notre petit effet. Inutile de vous préciser qu’un mois plus tard elles ne fonctionnaient plus ! »

Matthew McConaughey

« Je ne suis pas un type qui adore offrir ou s’offrir de grosses tocantes bien voyantes et bien rutilantes. Ma femme Camilla non plus. Qu’importe que la montre soit en or, en platine, en vermeil, en acier ou en matériau composite. L’important est que le mécanisme à l’intérieur soit fiable, solide et précis. Le look aussi a son importance. Personnellement, j’évite les montres trop design, trop modernes, parce que ce sont celles qui se dévaluent ou qui vous lassent le plus vite. Une montre classique, bien dessinée, bien pensée, restera toujours intemporelle. Maintenant, je peux très bien comprendre la symbolique qui entoure les montres en or. Dans l’inconscient collectif, c’est l’objet même qui symbolise la réussite et fascine les gens. Quand j’étais gamin, cela m’émerveillait aussi. »

Sylvester Stallone

« Une belle montre, c’est quelque chose que je place au même niveau qu’une œuvre d’art. Au fond, une montre, c’est une œuvre d’art miniaturisée ! Cette prouesse technique et esthétique, c’est ce qui nous permet aussi de nous distinguer de l’animal. À ma connaissance, on n’a jamais vu une bête porter une belle tocante à la patte ou demander l’heure. Personnellement, je possède plusieurs Rolex. Cela va de l’Everose Gold Yacht-Master à la Yellow Gold Day-Date ou la Submariner que je me suis offerte au début de ma carrière. J’ai aussi une Rolex Day-Date President en or, plusieurs Rolex GMT-Master. J’aime beaucoup la Deepsea Sea-Dweller, une montre à laquelle vous pouvez mener la vie dure. Une montre qui me ressemble, au fond. Quand je choisis une montre, c’est en fonction de ce que je vais faire dans ma journée mais aussi en fonction de mon humeur. Une montre, c’est un peu comme lorsque vous choisissez une voiture, un costume, une sculpture ou une peinture, vous l’achetez toujours à la suite d’un coup de cœur et à un moment bien précis de votre vie. Quand je regarde mes montres, cela me ramène toujours à une période donnée. Une montre ne fait pas que vous donner l’heure, elle vous évoque certains souvenirs. »

Kirk Douglas

« Mes montres ont évolué en fonction de mes activités et de mes humeurs. Il est clair, par exemple, que sur le tournage de 20’000 lieues sous les mers j’étais souvent amené à jouer au contact de l’eau. Du coup, quand je revenais chez moi, j’étais en mode “aquatique”. J’ai eu pas mal de montres de plongée dans ma vie. Déjà parce qu’elles sont robustes au regard de mes activités sportives mais surtout parce que je suis un insomniaque. Dans la nuit noire, vous saisissez mieux les montres avec lunette crantée. En plus, l’objet est lourd, vous l’avez bien en main. Et les montres de plongée ont des index et des aiguilles phosphorescents, c’est génial ! Dans les années 1970, j’ai bien essayé de succomber aux montres à cristaux liquides. C’était fun et collait à une époque où j’étais dans la mouvance technologique. Mais pas pratique du tout, cette nécessité de presser un bouton pour obtenir l’heure. »

Haut de page