>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Les montres pilote, de l’instrument à l’accessoire
Regards de connaisseurs

Les montres pilote, de l’instrument à l’accessoire

mardi, 09 octobre 2018
fermer
Editor Image
William McNish
Planneur stratégique chez RE-UP

“Il n’y a rien d’aussi beau que l’étincelle qui brille dans les yeux d’une personne à l’énoncé d’un sujet qui la passionne !”

Une étincelle novatrice doublée d’un esprit analytique : le duo gagnant !

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture

Les montres outils accompagnent depuis longtemps militaires, plongeurs, pilotes et explorateurs. Ces garde-temps leur étaient indispensables, sinon vitales, pour exercer leurs métiers. Dans cette série d’interviews, nous interrogeons ces professionnels sur leurs montres et la relation qu’ils entretiennent avec elles aujourd’hui.

Karim Nafatni est un pilote d’avion très expérimenté (plus de 18 ans d’expérience) et un véritable admirateur de montres de luxe. Décollage immédiat autour de la relation particulière que les aviateurs entretiennent avec leurs garde-temps.

Comment et pourquoi êtes-vous devenu pilote ?

Je m’appelle Karim Nafatni, je suis franco-tunisien et j’ai 36 ans. Je suis entré dans l’industrie de l’aviation à 17 ans et je suis pilote professionnel depuis plus d’une dizaine d’années. Devenir pilote a toujours été mon seul et unique rêve. Mon père travaille dans cette industrie depuis plus de 25 ans si bien que je baigne dedans depuis mon enfance. J’ai suivi ma formation de pilote aux États-Unis et, après avoir obtenu mon diplôme, j’ai eu la chance d’être recruté par une compagnie aérienne basée en Tunisie, où j’ai travaillé pendant près de sept ans. J’ai ensuite rejoint la compagnie aérienne Air Arabia, basée aux Émirats arabes unis, où je travaille toujours en tant que capitaine de formation sur les Airbus A320.

Depuis combien de temps êtes-vous passionné de montres ?

J’ai toujours aimé les belles montres. Ce que j’admire le plus, c’est le savoir-faire qui est derrière. Je les considère vraiment comme des œuvres d’art plutôt que comme des outils pour lire l’heure. Je suis une personne très professionnelle et dévouée à son travail, je cherche donc la perfection et la précision. Je pense que les montres reflètent cet état d’esprit, car sans précision et sans dévouement il n’y a pas de belles montres.

X1 Hyperstellar space © Bell & Ross
X1 Hyperstellar space © Bell & Ross
Vous êtes un ami de la marque Bell & Ross. Pourquoi cette marque ?

Je suis fier d’être un ami de la Maison depuis près d’un an maintenant. J’ai été approché par Bell & Ross via mon compte Instagram et je n’ai pas hésité une seule seconde à m’embarquer dans cette aventure avec eux. Je suis devenu un véritable fan de cette marque qui reflète tout à fait mon univers de pilote et qui correspond à mes préférences horlogères. Bell & Ross s’inspire de l’industrie aéronautique pour créer certaines de ses pièces les plus emblématiques. Pouvoir y participer d’une quelconque manière est pour moi un honneur.

Si vous pouviez posséder une seule montre pour le reste de votre vie, laquelle choisiriez-vous ?

Si tel devait être le cas, je choisirais sans aucun doute la BR-X1 Hyperstellar. J’adore la forme carrée de cette pièce signée Bell & Ross, une œuvre d’art qui représente tout ce qui me passionne.

Les montres d’aviation ont longtemps été de vrais outils. Est-ce que vous utilisez toujours votre montre comme un instrument nécessaire à votre métier ?

Comme les avions commerciaux sont aujourd’hui équipés de technologies de pointe, les montres ne sont pas un équipement obligatoire ou nécessaire pour nos tâches quotidiennes.

Haut de page