>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2021 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

« Lesson One » ou la mise en orbite de Rolex
Culture

« Lesson One » ou la mise en orbite de Rolex

jeudi, 21 novembre 2013
fermer
Editor Image
Fabrice Eschmann
Journaliste indépendant

“Il faut se méfier des citations sur Internet !”

« Une grande histoire aux multiples auteurs : ainsi en est-il de la vie. Ainsi en va-t-il aussi de l’horlogerie. Sans rencontres, point d’histoire. »

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Plus de 12 millions de francs en deux heures. Tel est l’un des records réalisé par Christie’s au terme de sa vente aux enchères thématique qui réunissait cinquante Rolex Daytona. La foule des grands jours s’est pressée en ce 10 novembre dernier à Genève.

Il n’a pas fallu longtemps à l’assemblée pour se rendre compte du caractère totalement fou de la vente. Après la première adjudication déjà, une rumeur d’excitation et d’étonnement mêlés jaillissait des quelque 400 personnes qui s’étaient pressées dans la Salle des Nations du Four Seasons Hôtel des Bergues à Genève. Mille autres passionnés étaient au bout du fil ou sur Internet. Le premier lot de la vente thématique de Christie’s intitulée « Rolex Daytona Lesson One » venait d’être vendu pour CHF 220’000 prix marteau, soit CHF 140’000 de plus que l’estimation haute ! Toute la vente allait être à cette image : une succession de surenchères et de records culminant à CHF 989’000 (CHF 820’000 sans les frais, est. CHF 200’000-400’000) pour un modèle Paul Newman de 1969. Le total de cette session hors du commun, qui comptait 50 pièces, s’est monté à CHF 12’032’850. Du jamais vu en deux heures d’encan horloger.

Très recherchée

Thématique, cette vente aux enchères l’était doublement : organisée par le charismatique Aurel Bacs, avec le concours de l’expert italien Pucci Papaleo, elle célébrait non seulement une marque, mais surtout un modèle, la Rolex Daytona, qui fête cette année son 50e anniversaire. Montre mythique au panthéon de l’horlogerie, reconnaissable entre toutes avec son échelle tachymétrique sur la lunette, son histoire commence en 1963, lorsque la filiale américaine de Rolex suggère de donner à ce chronographe le nom du circuit automobile de Daytona. Popularisée par Paul Newman, qui la portait lorsqu’il pilotait, cette pièce « increvable » est devenue l’une des plus recherchées des collectionneurs.

La preuve, s’il en fallait encore une, a été faite ce 10 novembre au soir. Dans une ambiance survoltée, parfois surréaliste, poussant les riches passionnés à surenchérir par paliers de CHF 100’000 sous les encouragements théâtraux du crieur et les applaudissements frénétiques de la foule, les 50 montres mises à l’encan ont toutes surperformé. La meilleure vente, on l’a vu, est allée à la référence 6263/6239 Paul Newman, ne parvenant cependant pas à dépasser le record de prix pour une Rolex, soit CHF 1’107’750 pour un chronographe à rattrapante réf. 4113 de 1942 réalisé à Genève par Christie’s en mai 2013. Deuxième et troisième meilleures ventes : CHF 785’000 (CHF 650’000 sans les frais, est. CHF 300’000-600’000) pour l’« Arabian Night » manufacturée en 1974 pour le sultan d’Oman Qaboos bin Saïd Al Saïd et CHF 761’000 (CHF 630’000 sans les frais, est. CHF 120’000-240’000) pour la référence 6239 avec pulsomètre de 1967. La Rolex Daytona réf. 6263 que portait Jean-Paul Belmondo dans Peur sur la ville a quant à elle été adjugée pour CHF 203’000 (CHF 165’000 sans les frais, est. CHF 60’000-120’000).

Lettres de noblesse

Dans l’histoire des enchères, cette vente risque bien de ne pas rester unique. Vu son incroyable succès, on voit mal pourquoi Christie’s se priverait d’une « Lesson Two », quand bien même Aurel Bacs a annoncé son départ pour la fin de l’année. Cette vacation promet surtout de donner définitivement ses lettres de noblesse à une marque qui talonne toujours plus Patek Philippe dans les salles d’enchères à travers le monde. Pour mémoire, la maison à la Croix de Calatrava avait gagné les siennes le 14 novembre 1989, lorsqu’Antiquorum avait organisé sa première vente thématique. Ce jour-là, les 231 montres-bracelets Patek Philippe, dont celle que Fernandel s’était offerte en 1945, ont atteint des sommets.

Haut de page