>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

L’heure décimale ou l’impossible rêve...
Histoire & Pièces d'exception

L’heure décimale ou l’impossible rêve « révolutionnaire »

lundi, 13 septembre 2010
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

L’exposition temporaire du Musée International d’Horlogerie de la Chaux-de-Fonds, intitulée Chercher midi à 5 heures, est consacrée à l’heure décimale. Une idée née de la Révolution française qui aura fait long feu. Non pas tellement par son caractère iconoclaste mais parce que le système sexagésimal hérité des Babyloniens a rythmé la vie quotidienne depuis ” la nuit des temps “.

Pourquoi compte-t-on les heures, minutes et secondes sur la base d’un système sexagésimal, tout comme les mois de l’année, alors que le calcul des poids et mesures, du moins en Europe, est depuis toujours décimalisé ? Cette simple constatation qui, soit dit en passant, ne pose de problème à personne vu le poids de la tradition, n’est toutefois pas sans pertinence. C’est du moins ce que pensaient les Français au lendemain de la Révolution de 1789. Selon eux, l’héritage des Babyloniens puis des Egyptiens consistant à diviser le temps en périodes basées sur le chiffre six ne se justifiait plus. D’autant que le monde scientifique abondait largement en leur sens. Calcul des angles, coordonnées géographiques, mesure du temps, la rupture était annoncée. C’est précisément ce que relate l’exposition temporaire du Musée International d’Horlogerie de La Chaux-de-Fonds, exposition intitulée Chercher midi à 5 heures.

L'année commence dorénavant à minuit, jour de l'équinoxe vrai d'automne pour l'Observatoire de Paris.
Une journée de 10 heures

” La Révolution est pensée par ses protagonistes comme le point zéro de l’histoire et marque ainsi une cassure entre le temps ancien et le temps nouveau, expose le Journal de l’exposition. Cette représentation se retrouve au travers d’un système de symboles : promesse d’un nouvel avenir, évocation d’un temps nouveau, d’un peuple régénéré, d’une cité nouvelle… Ils proclament alors une rupture qui oppose le temps passé, auquel ils mettent fin, à l’avenir qu’ils proposent. De cette idéologie découlent le calendrier révolutionnaire et l’introduction de l’heure décimale. Le 1er Vendémiaire de l’An II (22 septembre 1793, équinoxe d’automne) marque l’arrêt du calendrier grégorien. L’année commence dorénavant à minuit, jour de l’équinoxe vrai d’automne pour l’Observatoire de Paris. Le nouveau calendrier repose sur deux principes : faire accorder l’année républicaine avec les mouvements célestes et mesurer le temps par des calculs plus exacts et plus symétriques en appliquant le plus largement possible le système décimal. Laïc, il s’inspire d’une volonté de rationalité et valorise le cycle de la nature et les travaux agricoles. ”

Ainsi, l’année sera dorénavant composée de douze mois égaux de trente jours, aux noms inspirés du climat et de saisons, auxquels s’ajoutent 5 jours consacrés aux fêtes républicaines, les ” sans-culottides “. Après un cycle de quatre ans, soit une franciade, une sixième sans-cullotide s’ajoute à la fin de l’année afin que le calendrier républicain s’accorde avec les mouvements célestes. Chaque mois est divisé selon le système décimal en 3 parties de 10 jours. De plus, soucieux de décimaliser le système complet des poids et mesures, les réformateurs suppriment la division du jour en 24 heures et ses subdivisions sexagésimales. Ils décrètent que, de minuit à minuit, le jour se divise en 10 heures, fractionnées chacune en 100 minutes décimales, celles-ci contenant 100 secondes. L’heure décimale était née, soit 2 heures et 24 minutes, le midi devenant désormais 5 heures.

Les horlogers pris au piège

Inutile de dire que les horlogers ont dû se conformer à ces nouvelles directives, dotant leurs montres et pendules de cadrans indiquant les noms des jours de la décade, les quantièmes et les noms des mois républicains. ” Entre 1793 et 1796, les cadrans des montres et des horloges se transforment : aux heures duodécimales et leurs divisions sexagésimales s’ajoutent les divisions décimales du temps, poursuit le Journal de l’exposition. La double numérotation permet au public de mieux se familiariser avec la nouvelle heure. Une grande variété d’indications apparaît ainsi sur les cadrans des montres décimales “. Quelques exemples : sur des cercles concentriques, les mêmes aiguilles indiquent soit les 5 heures correspondant aux 12 heures d’un demi-jour, soit les 10 heures correspondant aux 24 heures (2 x 12 heures) d’un jour, soit les 10 heures, disposées sur deux tours (jour et nuit), au dessus des heures duodécimales (I à XII). Seuls quelques horlogers comme Louis Berthoud, Robert Robin, Pierre- Basile Lepaute ou Antide Janvier parviendront à construire des chronomètres ou des pendules entièrement décimaux, destinés à des mesures et des observations scientifiques.

Régulateur squelette à calendriers grégorien et républicain, Robert Robin, Paris, 1796/1799. Collection MIH © MIH
Régulateur squelette à calendriers grégorien et républicain, Robert Robin, Paris, 1796/1799. Collection MIH © MIH

Les exigences de la vie quotidienne, l’importance du commerce extérieur et l’impossibilité de modifier les montres existantes auront toutefois raison de cette initiative. Le 7 avril 1795, soit 500 jours après son application, la Convention promulgue une loi qui suspend définitivement la division décimale de jour et de l’heure. A la fin du 20e siècle, le projet sera une nouvelle fois mis sur le tapis par les scientifiques lors de grandes conférences telles que la Conférence générale de l’Association géodésique internationale en 1883 à Rome, la Conférence internationale sur l’uniformisation des longitudes et de l’heure de 1884 à Washington ou encore lors du Congrès international de chronométrie tenu à l’Observatoire de Paris en 1900. La préoccupation principale de tous les promoteurs de l’heure décimale est de mettre en concordance directe les divisions du temps et de la circonférence de la Terre. Un concours international d’appareils d’horlogerie gradués selon le système décimal sera même organisé en 1898 auquel participent plus de vingt horlogers. Vu l’ampleur des changements requis, l’heure décimale va toutefois vivre sa seconde mort, non sans avoir laissé de traces. Les subdivisions de la seconde sont en effet en unité décimales… Quant au Groupe Swatch, son Heure Internet bat au rythme de 1000 beats par jour !

Haut de page