>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

L’heure en mouvement
Atelier technique

L’heure en mouvement

mardi, 15 mars 2016
Fermer
Editor Image
Vincent Daveau
Journaliste, horloger constructeur et historien diplômé

“Une heure de retard d’une jolie femme, c’est son quart d’heure d’avance. ”

Sacha Guitry

« La passion est le sel de la vie ! »

Lire plus

CLOSE
8 min de lecture

De tout temps, l’envie de lire l’heure autrement a incité les horlogers à oser des développements parfois étonnants en matière d’affichage. Le but : ressourcer le mode de lecture. Déchiffrage !

Au XIe siècle, lors des premiers balbutiements de l’heure mécanique, le temps était une donnée évolutive. Le jour croissait avec la lumière et sa durée était scandée au son des cloches des églises ou annoncée par les appels à la prière. Au début, l’heure était un son avant d’être une fraction de cercle. Elle était un chant plus qu’une ombre dans le sable. Puis vinrent les premiers instruments de mesure du temps en fer. Sans doute étaient-ils destinés à réguler les machineries des cloches enclenchées par des flotteurs dans les bassins de clepsydres sophistiquées. Ensuite améliorés, ces assemblages élaborés ont animé de complexes structures où ne gravitaient pas encore des aiguilles mais des représentations du cosmos vues à travers les yeux des scientifiques du Moyen Âge. L’heure se disait alors en image, en musique, en paroles… Mais bientôt devait venir le temps d’une heure animée. C’est l’époque où sont apparus les premiers jacquemarts, des personnages en mouvement destinés à humaniser une donnée encore trop abstraite pour ne pas faire peur : l’heure normée, répétitive, régulière et invariable.

Si l’heure est aujourd’hui une donnée accessible à tous, pouvoir l’exprimer de façon originale relève du luxe.
Nobile in mobile

Bientôt segmenté en minutes puis en secondes, au fil des percées scientifiques, le temps a lentement perdu sa dimension émotionnelle pour devenir une donnée froidement quantitative. Des artistes mécaniciens se sont alors mis en tête de lui rendre toute sa poésie en retournant aux racines de son expression pour jouer l’heure en musique. Certaines maisons comme Ulysse Nardin ou Bulgari entretiennent cette double dimension en créant des montres à sonnerie et jacquemarts. Si l’heure est aujourd’hui une donnée universelle accessible à tous, pouvoir l’exprimer de façon originale relève du luxe. Le retour aux jacquemarts, aux sons et aux mobiles pour l’exprimer permet ainsi de matérialiser l’indicible. Ulysse Nardin a su anticiper cette tendance à travers la vision de Ludwig Oechslin, l’auteur de l’Astrolabium Galileo Galilei (1985), du Planetarium Copernicus (1988) et du Tellerium Johannes Kepler (1992). Les Freak, dont les mobiles centraux servent à donner l’heure, perpétuent cette tradition. Dans cet univers fait de science, de passion et de rêve, la maison Van Cleef & Arpels a fait une percée magistrale avec la Complication Poétique Midnight Planétarium : une référence qui donne vie au système solaire dans à peine 5 cm3 et transforme son porteur en démiurge…

Chopard Happy Diamonds
Chopard Happy Diamonds

Il faut bien en convenir, le propos de ces petits éléments gravitant sur un cadran de montre est de divertir, de faire oublier combien la vie est éphémère. Très tôt, en 1976, Ronald Kurowski puis, à sa suite l’actuelle coprésidente de Chopard Caroline Scheufele posait, avec la Happy Diamonds, les bases du mobile ludique au cœur même d’une montre.  Il y a 40 ans maintenant, l’approche était encore hasardeuse en matière de mobiles, mais l’attractivité telle pour ces petits éléments en mouvements qu’elle devait inciter de nombreuses marques à s’essayer au jeu. Il n’est toutefois pas simple d’animer un cadran sans venir recouper un brevet existant. Aussi bien des idées saugrenues ont-elles vu le jour, sans guère de résultats probants. Seules quelques expériences visuelles ont finalement émergé. Parmi celles-ci, on retiendra la présence de rotors mobiles sur le cadran des montres Perrelet ou sur celui des collections Dior VIII animées par un mouvement inversé. Ces créations sont la preuve qu’il est difficile d’échapper à la redondance stylistique, tout comme la montre Sextant de Juvenia rappelle aux plus anciens que le détournement d’objets utilisés comme aiguilles sur un cadran a été largement exploité par la mode, en particulier par la petite marque Akteo.

Perrelet Turbine Erotic
Perrelet Turbine Erotic
Des mouvements non linéaires

Finalement, avec ces petits artifices faits pour attirer l’œil, on en revient toujours aux mêmes stratagèmes déclinés de façons différentes. Pour séduire durablement un public devenu difficile, il en faut plus. Toujours plus ! Une des réponses les plus abouties de ces dernières années a été apportée par Felix Baumgartner, fondateur d’Urwerk. Sa vision horaire, exprimée depuis la fin des années 1990 à travers une sorte de carrousel tridimensionnel ultra-complexe, a su séduire les extrémistes du « lire l’heure autrement ». En matière de carrousel, la maison Cartier en propose également une version originale avec la montre Rotonde Astromystérieuse dont le mouvement complet, qui semble suspendu dans le vide du boîtier, agit comme unique mobile destiné à afficher les minutes. L’Astronomia Tourbillon de Jacob & Co va dans le même sens et transforme le calibre en un objet gravitationnel, captivant l’œil en raison d’une cinématique inattendue.

Jacob & Co Astronomia Tourbillon
Jacob & Co Astronomia Tourbillon

De nombreux horlogers, notamment chez Vacheron Constantin pour les modèles Mercator et Christophe Colomb, voire ceux que l’on appelle les « maîtres de la nouvelle horlogerie », qui travaillent les cônes rotatifs en translation non linéaire, par exemple, ont posé les bases d’une grammaire stylistique originale de la lecture horaire. Spatiales et souvent tridimensionnelles, leurs visions s’adressent à un public fortuné en quête d’objets qui donnent l’heure. Cette nouvelle réceptivité a donné le signal du départ au sein de la profession pour une fragmentation des données horaires et de leur représentation. On pense à la manufacture MCT et à ses blocs prismatiques évolutifs, aux propositions faites par Louis Vuitton avec la collection Spin Time, aux créations de Frédéric Jouvenot ou encore aux œuvres baptisées Upside Down de Ludovic Ballouard.

Louis Vuitton Tambour Spin Time Régate
Le jeu comme mobile

Mais la grande tendance du moment est de toute évidence celle qui fait appel à des mobiles pour le simple plaisir de les animer ou pour enrichir encore le mode de lecture des montres mécaniques. Il y a quelques années, la montre Jackpot Tourbillon développée par Girard-Perregaux avait fait sensation en donnant un caractère ludique aux garde-temps de Haute Horlogerie tout en élargissant le spectre des complications possibles. L’un des grands spécialistes en la matière est sans conteste Christophe Claret. Son modèle X-Trem-1, dont le cadran affiche l’heure grâce à des billes en lévitation dans des tubes de saphir, a requalifié la problématique de l’affichage.

Christophe Claret Poker
Christophe Claret Poker

En grand amateur du jeu, il a également élaboré des garde-temps qui intègrent des complications faisant appel à des mobiles destinés aux jeux de hasard. Après la 21 Blackjack et la Poker, il présentait en 2015 la Margot, un modèle qui évolue cette année pour à nouveau faire sensation. Maître du genre, il a pour challengers des artistes comme Jean-Marc Wiederrecht, le fondateur d’Agenhor, dont les créations ont su séduire des Maisons comme Van Cleef & Arpels, Hermès ou Fabergé. Portées par l’envie de se démarquer dans l’univers horloger, ces marques éminemment joaillières ont été séduites par sa vision d’une certaine déstructuration de l’heure qui prend la forme de mécanismes originaux destinés essentiellement aux femmes. Mais pas seulement…

Van Cleef & Arpels Ronde des Papillons
Van Cleef & Arpels Ronde des Papillons

Pour preuve, si la Chaumet Hortensia Complication créative, la nouvelle Van Cleef & Arpels Lady Arpels Ronde des Papillons ou la Cartier Panthères et Colibri sont dédiées aux femmes, la toute dernière Opus 14 d’Harry Winston, réalisée avec la société Télos Watch SA, ose pour les hommes un développement très intéressant inspiré des juke-boxes des années 1950, qui permet d’afficher l’heure, les fuseaux ou la date à l’aide de mobiles interchangeables comme le sont les disques de cette mythique machine.

Harry Winston Opus 14
Harry Winston Opus 14
Avis de l'expert
Temps et durée ne partagent pas le même cadran
mardi, 25 avril 2017
Luc Debraine
6 min de lecture
Ulysse Nardin Diver Le Locle
Nouveautés
Ulysse Nardin – Plongée dans l’histoire
mardi, 25 avril 2017
La rédaction
2 min de lecture
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Masterpieces
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5