>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

L’horlogerie suisse gomme la hausse de ses effectifs de 2008
Economie

L’horlogerie suisse gomme la hausse de ses effectifs de 2008

Tuesday, 13 July 2010
Par La rédaction
fermer
La rédaction

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture
L

Selon le recensement de la Convention patronale de l’industrie horlogère suisse, le secteur a perdu 4’200 emplois en 2009 à 49’100 travailleurs, soit des niveaux connus il y a deux ans. Globalement, le syndicat patronal souligne que ces pertes sont moins importantes que prévu et que les qualifications du personnel sont en hausse.

Le chiffre était dans l’air depuis quelques temps déjà. La Convention patronale de l’industrie horlogère suisse (CP) est venue le confirmer avec les résultats de son dernier recensement : « l’industrie horlogère a perdu 4’200 travailleurs au 30 septembre 2009 passant de 53’300 à 49’097 unités, soit une baisse de 7,9% par rapport aux chiffres 2008 pour atteindre un niveau semblable à celui de 2007 (48’835), avant l’excellente augmentation connue en 2008 (+4’465). Ce résultat est moins mauvais que ce qui avait été pronostiqué. Quant au nombre d’entreprises, il a baissé de 20 unités (-3.2%). Deuxième chiffre le plus élevé depuis 30 ans. »

La CP note également que le niveau d’emploi dans l’horlogerie helvétique en 2009, même orienté à la baisse, est le deuxième plus élevé depuis trois décennie, l’année 1987 marquant le seuil le plus bas jamais atteint avec 29’809 travailleurs. Depuis, les effectifs de la branche n’ont cessé d’augmenter pour atteindre près de 40’000 personnes en 2004 et plus de 53’000 en 2008. Malgré la baisse enregistrée en 2009, le gain net sur les cinq dernières années se chiffre à plus de 9’000 travailleurs (+22,7%). Sans surprise, c’est le personnel de production qui a subi en premier lieu les effets de la mauvaise conjoncture, passant de 40’224 à 36’275 travailleurs (-9,8%).

Places d’apprentissage préservées

Dans cet environnement morose, la CP se réjouit toutefois de l’excellent niveau de qualification des travailleurs de l’industrie horlogère et microtechnique. « La proportion des formations supérieures a augmenté de 0,8 point (16% des effectifs totaux contre 15,2% en 2008), note-elle, et celle des diplômes de métier de 43,5% à 45%, alors que le personnel non qualifié a baissé de 2,5 points, de 39,4% en 2008 à 36,9% en 2009. La branche a ainsi augmenté globalement la proportion de personnel qualifié alors que ses effectifs baissaient. Cela s’inscrit d’ailleurs dans l’effort permanent, accompli par la branche pour favoriser la formation des collaborateurs. » Le fait d’avoir recouru durant l’année 2009 à des mesures de réduction du temps de travail (chômage partiel) a également contribué à sauvegarder la main d’œuvre qualifiée, « porteuse du savoir-faire horloger au sein des entreprises ».

Même constat réjouissant du côté des places d’apprentissage, seule catégorie en hausse l’an dernier en termes d’effectifs. « Après la très forte augmentation constatée en 2007 et 2008 (+25% en 2 ans), le nombre d’apprentis a encore augmenté de 3,7% en 2009, précise la CP. En chiffres absolus, la branche offre 36 places d’apprentissages en plus par rapport à l’exercice précédent. La proportion des apprentis sur les effectifs totaux a quant à elle augmenté de 0,3 point à 2,2% par rapport au 1,9% de 2008. Ce résultat réjouissant démontre que les entreprises ont choisi d’assurer la relève à moyen et long terme. »

Haut de page