>SHOP

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Liberté, j’écris ton nom : Diagono Magnesium
BaselWorld

Liberté, j’écris ton nom : Diagono Magnesium

vendredi, 18 mars 2016
Fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Effectuer ses paiements avec sa montre tout en laissant son téléphone au vestiaire : c’est le pari relevé par la montre connectée Bulgari de deuxième génération. Une petite révolution, étanche et mécanique, qui s’accompagne d’un nouveau record dans l’extraplat avec la montre à répétition minutes la plus plate du marché.

Qui dit Bulgari pense immanquablement aux perles joaillières sorties de ses ateliers depuis plus d’un siècle, des parures devenues les meilleures amies de la femme. Dans ce contexte, la montre intelligente n’est a priori pas un concept qui lui colle à la peau. Et pourtant, c’est un Jean-Christophe Babin des plus enthousiastes qui évoquait les derniers développements de la Maison en la matière. Rencontré en cette première journée de Baselworld, le CEO de Bulgari parle en effet de la nouvelle Diagono connectée comme d’une « clé de la liberté ». « Il s’agit de la première montre qui permet de s’affranchir de son téléphone pour répondre à la nouvelle fonctionnalité pour laquelle elle a été créée : le paiement sans contact », expliquait-il. On se souvient que la Maison italienne avait présenté l’an dernier une Diagono Magnesium qui, couplée à l’application Bulgari Vault, représente un passeport électronique permettant de sécuriser toutes les données confidentielles du porteur. Commercialisée depuis l’automne dernier, cette montre intelligente dispose désormais de sa petite sœur.

Pour marquer ce pas de géant dans la montre connectée, Bulgari annonce un partenariat avec Mastercard.

Toujours développée en collaboration avec WiseKey, société suisse à la pointe dans le domaine de la sécurité numérique et de la cryptographie, cette montre Diagono, équipée du mouvement manufacture Solotempo et dotée d’une micro-puce NFC, permet donc de régler la note sans autre accessoire que la montre elle-même. Et pour bien marquer ce pas de géant réalisé dans l’univers des smartwatches, Bulgari annonce un autre partenariat d’envergure, puisque Mastercard est d’ores et déjà associé à l’aventure. « Nous demeurons fidèles à notre approche horlogère dans la mesure où ce garde-temps reste une montre mécanique, étanche à 50 mètres, amagnétique vu les matériaux utilisés notamment pour l’habillage et donc étrangère aux problèmes d’obsolescence des appareils électroniques, précise encore Jean-Christophe Babin. De plus, il s’agit d’un système totalement sécurisé, contrairement aux produits de la concurrence. Qui plus est, extrêmement pratique puisqu’il suffit d’activer, ou de désactiver si besoin, cette application via son téléphone. Téléphone qui, ensuite, n’est plus nécessaire à son fonctionnement. »

La Maison avait déjà frappé un grand coup en 2014 avec son tourbillon le plus fin du marché.
La zen attitude

Bulgari ne s’est toutefois pas contenté de secouer le marché de la montre connectée. Dans l’univers mécanique, la Maison n’a pas davantage été avare de nouvelles à sensation. Au sein de la gamme Octo d’abord, nouveau fer de lance de la marque auprès de la gent masculine avec sa boîte très architecturée, Bulgari présentait une Octo Finissimo Répétition Minutes qui peut se targuer d’être la plus fine de sa catégorie. Que l’on en juge : le calibre BVL 362 développé et produit à l’interne affiche une hauteur de 3,12 mm pour une épaisseur totale de boîtier de 6,85 mm. Pour compenser le régime minceur de la boîte en titane mat microbillé, le cadran, en titane également, a été ajouré au niveau des index et du cercle de la petite seconde pour une meilleure propagation du son. Après un premier galop d’essai réalisé avec le calibre Finissimo à remontage manuel de 2,23 mm, Bulgari avait déjà frappé un grand coup en 2014 avec son Octo Finissimo Tourbillon, un record avec une hauteur de calibre de 1,95 mm. La Maison réitère donc aujourd’hui avec cette série limitée de 50 pièces, série complétée par une Octo Finissimo Squelette « spectaculaire » et par une ligne Octo Ultranero jouant sur les teintes de noir et d’or. On ne pouvait rêver meilleur hommage rendu à cette Octo, qui, avec la collection Serpenti relancée en 2010 et les Lucea dévoilées en 2014, représente le nouveau visage de Bulgari.

Serpenti Spiga Bulgari
Serpenti Spiga Bulgari

Un visage qui séduit si l’on en croit la croissance de 10 % enregistrée ces derniers trimestres qui devrait se poursuivre sur l’année 2015 à taux de change constant. La recette du succès ? « En 2014, au moment où les marchés commençaient à s’essouffler, nous avons lancé la Lucea, une nouvelle montre joaillière très complémentaire aux gammes existantes et très Bulgari, commente Jean-Christophe Babin. Dans la foulée, nous avons présenté la Diva, également très joaillière et déclinée dans des versions plus accessibles avec les Diva’s Dream. En d’autres termes, Bulgari s’est affirmé sur un marché où sa légitimité de joaillier joue pleinement. Et cela s’est traduit par une forte progression. En parallèle, nous avons élargi notre offre masculine avec la montre Octo, un modèle idéal puisqu’il se prête admirablement à des interprétations aussi bien classiques que sportives, extraplates ou à complication, soit autant de modèles déclinés avec de nouveaux calibres maison. Là aussi, nous sommes arrivés au bon moment et avec des produits qui ont su séduire. Je pourrais presque dire que nous avons la chance de ne pas avoir l’horlogerie comme métier de base. Les montres représentent en effet quelque 20 % des ventes de Bulgari. Cela rend la prise de risque moins dangereuse. Autrement dit, nous pouvons considérer l’innovation horlogère avec plus de décontraction. » Une zen attitude qui fait mouche.

Haut de page
RM 07-01 © Richard Mille
Nouveautés
Richard Mille – La RM 07-01 ose le sertissage sur céramique
mercredi, 13 décembre 2017
La rédaction
2 min de lecture
Evénements
Les meilleurs outils digitaux ne fonctionnent qu’avec une bonne stratégie
mercredi, 13 décembre 2017
Fanny Nicolet
6 min de lecture
4
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Histoire & Pièces d'exception
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5