>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

L’inversion de la courbe n’a pas eu lieu
Economie

L’inversion de la courbe n’a pas eu lieu

Wednesday, 24 August 2016
Par La rédaction
fermer
La rédaction

Lire plus

CLOSE
2 min de lecture

Pas de pause estivale pour la chute des exportations horlogères ! Le mois de juillet a confirmé la baisse de ces derniers mois. Les chiffres révélés par la Fédération Horlogère parlent d’eux-mêmes.

Le mois de juillet n’a pas été très favorable aux exportations horlogères suisses. Les deux jours ouvrables de moins qu’il a compté cette année l’ont certainement pénalisé en partie, mais n’ont pas été déterminants puisque parallèlement les exportations suisses globales se sont malgré tout inscrites en hausse. La branche a vu la valeur de ses exportations perdre 14,2% par rapport à juillet 2015, à 1,6 milliard de francs.

© Re Up

Les montres en métaux précieux ont affiché leur cinquième mois consécutif de forte baisse, jouant un rôle considérable sur le résultat total. Du côté du nombre de pièces, la baisse s’est répartie sur plusieurs matières, dont les principales que sont l’acier, Autres matières et Autres métaux, qui ont chacune perdu plus de 100’000 unités en un mois.
Les montres entre 200 et 3’000 francs (prix export) ont vu leur valeur reculer de 9,9% par rapport à juillet 2015. Les garde-temps de moins de 200 francs et de plus de 3’000 francs ont diminué plus fortement, de l’ordre de -16%. Les volumes ont été particulièrement affectés au-dessous de 200 francs.

© Re Up

Avec leur baisse deux fois moins marquée qu’a Hong Kong, les Etats-Unis ont pris la première place en juillet. Ils ont tout de même affiché un repli important, dans la moyenne mondiale. Hong Kong a connu un recul supérieur à 30%, après une année et demie de variations fortement négatives. Deux marchés européens ont affiché une croissance sensible: l’Italie et le Royaume-Uni. Dans les deux cas, elle fait suite à une baisse importante le mois précédent et s’explique en partie par un effet de base favorable. La France n’a pas connu le même sort et a accéléré le repli entamé en février. La situation de l’Allemagne, huitième débouché, s’est aussi brutalement dégradée à partir du mois d’avril. La croissance des exportations horlogères vers le Japon ont commencé de ralentir, suite à cinq mois de variations négatives, dont le mois de juillet en recul à deux chiffres.

Haut de page