>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2020 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

L’odyssée martienne de Louis Moinet
Nouveautés

L’odyssée martienne de Louis Moinet

lundi, 12 octobre 2020
Par La rédaction
fermer
La rédaction

Lire plus

CLOSE
2 min de lecture

Percival Lowell, né en 1855 et contemporain de Louis Moinet, voyait dans les tâches sombres de Mars des lacs et canaux. Cette vision romantique de l’astronomie, on la découvre avec la nouvelle série limitée Mars de Louis Moinet.

Avec cette création unique, Louis Moinet propose une aventure spatiale extraordinaire. Cette collection (12 pièces en or rose, 60 en acier) enferme dans une capsule à trois heures une authentique météorite de la planète Mars. Elle prend place au cœur d’un cadran qui reproduit fidèlement la surface de Mars et de ses célèbres massifs volcaniques. Les collectionneurs férus d’astronomie reconnaîtront sans peine, au centre, le Mont Olympe, le Mont Ascraeus (entre 1 h et 2 h), le Mont Pavonis (4 h et 5 h) et le Mont Arsia (5 h et 6 h). Pour créer ces reliefs, le cadran en laiton a fait l’objet d’un véritable travail de Métiers d’Art, individuellement frappé de ces reproductions de cratères. La masse oscillante, côté fond, reprend les tons du cadran avec une finition Clou de Paris concentrique couleur cuivre.

Mars © Louis Moinet
Mars © Louis Moinet

« Mars » affiche un triple ajourage – index, cadran, cornes et ponts verticaux – qui lui confère un éclat tridimensionnel unique. C’est également la première création des Ateliers Louis Moinet à être dotée d’index chiffres romains, réalisés en trois pans de géométrie différente. Leur finition est diamantée et satinée. Comme pour reproduire l’apesanteur, ces index sont en suspension au-dessus du vide. Le cadran de « Mars » est ajouré entre 8 h et 12 h. Cette ouverture permet de découvrir chaque battement du calibre exclusif à Louis Moinet. Elle dégage l’échappement, cadencé à 28’800 alt./heure, ainsi que l’aiguille décentrée des secondes, le tout étant agencé pour permettre au regard de ne rien perdre du mouvement de « Mars ». L’ensemble est contenu au sein du boitier Neo de Louis Moinet, construit autour de deux ponts verticaux qui traversent la pièce pour accueillir le bracelet à chaque extrémité de leurs cornes ajourées.

Haut de page