>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Montres féminines : les reines du bal au SIHH 2019
SIHH

Montres féminines : les reines du bal au SIHH 2019

vendredi, 15 février 2019
fermer
Editor Image
Carol Besler
Journaliste

“Les montres sont un art fonctionnel.”

Carol Besler assure une couverture mondiale de l’horlogerie et la joaillerie.

Lire plus

CLOSE
8 min de lecture

Si le SIHH 2019 a été une excellente édition, elle aura été exceptionnelle pour les montres féminines. Nouvelles complications, mouvements spécifiques, matériaux inédits et sertissages de haut vol les rendent aussi impressionnantes que les montres masculines de l’année au niveau technique et plus impressionnantes que jamais sur le plan esthétique.

Pour mesurer l’importance des collections de l’année, commençons par la base, à savoir les montres à quartz qui signent un retour remarqué dans les maisons de luxe soucieuses de demeurer accessibles au plus grand nombre et d’attirer un public plus jeune. Cette stratégie a été couronnée de succès chez Cartier, d’abord avec la relance de la Panthère puis, l’an dernier, avec le renouveau de la Santos. Cette année, Cartier a mis les bouchées doubles en présentant une nouvelle ligne Santos heures, minutes à quartz, baptisée Santos-Dumont et réduite à l’essentiel par rapport aux autres modèles de la collection. Les chiffres romains sont plus fins et plus allongés, la minuterie chemin de fer est placée en périphérie, non plus sur leur bordure intérieure. En outre, la montre est moins chère et, grâce au quartz, elle bénéficie d’un mouvement à haute performance, doté de six ans d’autonomie. Avec cette nouvelle collection, le design Cartier devient abordable.

Santos Dumont © Cartier
Santos Dumont © Cartier

Autre championne dans le domaine du quartz, la nouvelle collection Galop d’Hermès adopte un boîtier en forme d’étrier conforme à l’inspiration équestre, signature de la maison. Connue par ailleurs pour la création de polices de caractère novatrices et captivantes, Hermès présente un cadran sur lequel les chiffres épousent la forme du boîtier, en taille dégressive avec inclinaison pour les 10, 11, 1 et 2. Quant au 8, il représente un étrier inversé. Avec des versions en or ou en acier, serties ou non de diamants, le choix est très varié et la fourchette de prix étendue (de USD 3’650 à plus de 15’000). À l’autre extrémité dans la gamme Hermès, l’Arceau Oursin, toujours caractérisée par une attache étrier, est richement sertie de diamants : 518 pierres totalisant 1,48 carat réparti sur les boîtier, cadran, attaches et couronne. Entre-deux figure la Cape Cod Chaîne d’Ancre avec motif chaîne caractéristique serti sur le cadran. Les deux versions du modèle sont aussi à quartz.

Mouvements uniques

Excepté les pièces de Haute Joaillerie, les autres montres féminines lancées cette année au SIHH sont dotées de mouvements mécaniques, nouveaux pour certains. Montblanc a présenté un calendrier perpétuel, le calibre MB 29.22, dans des montres masculine et féminine – Heritage Perpetual Calendar Limited Edition 100 pour les hommes, Boheme Manufacture Perpetual Calendar pour les femmes. C’est un mouvement maison qui affiche les heures, les minutes, la date, le jour, le mois, le cycle des années bissextiles et la phase de lune ainsi qu’un second fuseau sur 24 heures avec indication jour/nuit. Sa construction, avec des roues à la place des leviers, permet au propriétaire de régler sa montre par la couronne dans les deux sens, ce qui facilite considérablement son utilisation. Il est logique que le calendrier perpétuel figure dans une montre féminine, car c’est la plus utile de toutes les complications.

On a également pu découvrir des mouvements uniques. La collection unisexe Elégante de F.P.Journe dispose du mouvement électromécanique maison breveté, qui passe en mode veille quand il est immobilisé pour se remettre à l’heure exacte aussitôt repris en main. Une astuce qui permet une réserve de marche de huit ans. Cette année, la montre a été présentée dans un boîtier en titane oxydé, selon un procédé nommé Titalyt qui renforce la dureté du métal et sa résistance à la corrosion. Sertie de diamants, la montre est superbe et, comme elle est proposée en deux tailles de 40 mm et 48 mm, elle s’adresse naturellement tout aussi bien aux hommes.

Elégante by F.P.Journe Titalyt
Elégante by F.P.Journe Titalyt

Version féminisée du tourbillon volant squelette signature de Roger Dubuis, le calibre RD510SQ de l’Excalibur Shooting Star présente des angles adoucis par le sertissage des éléments décoratifs intégrés au pont pour donner l’impression d’une étoile filante et par les étoiles émaillées. En réduisant la taille du mouvement, Roger Dubuis a transformé l’Excalibur en une belle montre pour femme. Les versions rose et bleue sont limitées à 28 exemplaires chacune.

Les plus belles montres serties ne sont pas forcément celles qui sont entièrement pavées.
Des montres serties de bon goût

Si les décors traditionnellement féminins sont de mise, certains sont fonctionnels, en particulier quand ils sont reliés aux mouvements. Par exemple, sur le cadran de la Cat’s Eye Plum Blossom, Girard-Perregaux utilise une fleur qui tourne sur son axe pour indiquer les secondes. Certes, la montre n’est pas un chronomètre – il faudrait qu’elle affiche l’heure de manière très précise, avec la seconde exacte –, et la fonction est plutôt décorative. Les cadrans sont en nacre, en aventurine ou entièrement sertis de diamants, les fleurs de prunier de couleur rose ou or. On trouve une version en or rose avec cadran en aventurine et une version en acier avec cadran en nacre.

Cat's Eye Plum Blossom © Girard-Perregaux
Cat's Eye Plum Blossom © Girard-Perregaux

Les plus belles montres serties ne sont pas forcément celles qui sont entièrement pavées. Sur la lunette de l’éblouissante Rendez-Vous Night & Day Jewellery de Jaeger-LeCoultre, les diamants sont sertis sur deux rangs, avec des pierres assez volumineuses à l’extérieur et de plus petites sur le pourtour intérieur. Un autre rang apparaît sur le cadran, au-dessus du calibre automatique extra-plat 898B/1. Détail génial, le rang de diamants extérieur est serti griffes, ce qui permet à un maximum de lumière de pénétrer par la couronne de la pierre pour un rayonnement maximal à travers la table. Peu de marques horlogères utilisent ce procédé. Chopard l’a fait dans les collections de montres Happy Sport L’Heure du Diamant. Quant à Patek Philippe, elle a recours à une technique qui consiste à tailler l’or en bordure de la lunette pour exposer davantage la couronne des diamants.

Rendez-Vous Night & Day Jewellery © Jaeger-LeCoultre
Rendez-Vous Night & Day Jewellery © Jaeger-LeCoultre

Cette année, la Piaget Polo connaît également un décor de diamants spécifique. La montre lancée en 1979 a été revisitée en 2016 : elle a adopté un boîtier en acier agrandi et une lunette oblongue, en conservant des éléments signature comme les aiguilles « dauphine », les godrons horizontaux et le bracelet intégré. En 2018, Piaget a réintroduit l’or et, cette année, elle passe à un niveau supérieur en ajoutant des diamants – 1,53 carat pour la version à lunette sertie, 3,39 carats pour le modèle entièrement serti. Les deux renferment le calibre automatique maison 1110P lancé avec la nouvelle déclinaison de la montre en 2016.

Des créations merveilleusement débridées

À côté de la Sapphire Orbe d’Audemars Piguet, toutes les autres montres joaillières font pâle figure. La montre ressemble à une construction en miniature de Frank Gehry, surmontée par une boule à facettes et sertie de 12’000 pierres précieuses. Il s’agit plus d’une parure que d’une montre, mais, si on a besoin de connaître l’heure, on fait tourner la mini-boule à facettes pour dévoiler un cadran pavé de saphirs orange. Inspirée par la rivière du Brassus, au bord de laquelle la manufacture Audemars Piguet est installée, la manchette est recouverte de 27,93 carats de diamants et 38,17 carats de saphirs de six teintes de bleu et d’orange. Les pierres sont de 20 formats différents, allant de 0,5 à 1,5 mm de diamètre, et le sertissage a demandé 1’050 heures de travail. Le prix de cette pièce unique munie d’un mouvement à quartz est de CHF 895’000.-.

Sapphire Orbe © Audemars Piguet
Sapphire Orbe © Audemars Piguet

Et il y a toujours les créations merveilleusement débridées de Richard Mille. Les 10 modèles de la collection Bonbon représentent des confiseries, pâtisseries ou fruits réunis en deux lignes baptisées Douceur (Cupcake, Marshmallow, Sucette et Réglisse) et Fruit (Citron, Fraise, Myrtille, Litchi, Kiwi et Cerise). Si les mouvements ajourés (CRMA1, CRMA2, RM16-01) et les matériaux singuliers (céramique TZP colorée, carbone TPT) ne sont pas nouveaux chez Richard Mille, ils sont utilisés d’une manière jamais rencontrée auparavant. L’horloger est également un spécialiste de la couleur : il y a 60 nuances différentes dans cette collection. Timides s’abstenir !

Haut de page