>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2020 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Mortelle, la Skull Bad Boy !
Nouveautés

Mortelle, la Skull Bad Boy !

vendredi, 26 février 2016
Par La rédaction
fermer
La rédaction

Lire plus

CLOSE
2 min de lecture

Pour mieux dompter la mort, HYT l’accroche au poignet. Dans ses veines coule un liquide noir… Opaque, puissant, rebelle. Dangereux ?

On pourrait croire que le point de départ de la Skull Bad Boy est ce crâne central, dévoilé par HYT en 2015. Il n’en est rien : l’élan créatif est parti du nouveau liquide noir qui l’entoure. Il ne s’agit pas d’une simple variation esthétique. Ce noir opaque, si simple en apparence, a exigé près de 12 mois de développement. Comme les quatre autres couleurs développées par HYT, le colorant noir possède des propriétés chimiques qui lui sont propres. Elles ont un effet sur sa viscosité, son coefficient de dilatation, sa résistance aux UV, etc.

Pour le créer, il a donc fallu repartir de zéro. Objectif : composer un fluide qui puisse s’adapter aux contraintes d’un mouvement HYT, qui n’adhère pas à la paroi du capillaire, ne migre pas au delà du ménisque, n’offre aucune interaction moléculaire avec les éléments en contact avec lui. Le résultat a été obtenu à l’automne 2015 puis soumis à plusieurs semaines de tests pour valider sa stabilité chimique. Pour aller avec l’introduction du liquide noir, HYT a imaginé un crâne dans l’esprit de l’acier de Damas, utilisé pour les couteaux et les sabres de samouraï. Le cadran est composé de deux demi lunes ornées de Clous de Paris. Ses index sont réalisés suivent une fonte gothique qui confère un look très « rock » à la Skull Bad Boy. Sa boite de 51 mm noir mat en titane DLC entièrement microbillée est tenue par un bracelet inédit en alligator poncé aux reflets d’ardoise. Ce dernier est fermé par scratch, « pour pouvoir être ajusté sur un blouson de cuir à moto », sourit Vincent Perriard.

Le Skull s’habille d’un nouveau matériau composite, réalisé dans l’esprit de l’acier de Damas. C’est un forgeron de la région de Neuchâtel qui en réalise la matière première : des multiples couches d’acier et de carbone, pliées et repliées sur elles-mêmes un total de 256 fois ! Une coulée permet en général d’obtenir cinq skulls et il n’y en aura jamais deux identiques.

La Skull Bad Boy est une édition limitée de 50 pièces.

Haut de page