>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2021 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Omega fait le grand plongeon dans l’année 2021
Nouveautés

Omega fait le grand plongeon dans l’année 2021

vendredi, 2 avril 2021
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

Les montres de plongée sont à l’honneur cette année chez Omega, qui propose également des aménagements de gamme dans ses collections « citadines » Constellation pour dame et De Ville Trésor pour homme. La Seamaster Aqua Terra se fait joaillière.

Chez Omega, les nouveautés de l’année 2021 font la part belle aux montres de plongée, à commencer par l’incontournable Seamaster 300, une montre née en 1957 en même temps que la « Trilogie professionnelle » d’Omega, aux côtés de la Speedmaster et de la Railmaster. À l’époque déjà, la Maison revendiquait son lot d’innovations : « Outre un ingénieux système d’étanchéité haute pression, la montre présentait la première lunette de plongée Omega intégrant une fonctionnalité de sécurité spéciale empêchant les maniements accidentels. » La nouvelle Seamaster reste parfaitement fidèle à l’esprit du modèle d’origine avec son boîtier en acier de 41 mm. L’ouverture du cadran a toutefois été légèrement agrandie au détriment de la lunette, et l’affichage des secondes se fait désormais via la célèbre aiguille « Lollipop » à la pointe luminescente. Principal changement : le cadran adopte une structure sandwich avec une base revêtue du Super-LumiNova® sur laquelle se positionne une deuxième plaque percée des index et des chiffres. Ces derniers sont dessinés dans un style arabe vintage apparu dans les années 1960.

Seamaster 300 or bronze © Omega
Seamaster 300 or bronze © Omega

Présentée sur un bracelet acier intégré ou cuir, cette Seamaster 300 arrive également dans une version façonnée dans un nouvel alliage breveté or-bronze. À noter que le bronze fait partie de l’histoire de l’exploration sous-marine avec la particularité de se couvrir de vert-de-gris, soit une patine de protection verte qui se forme en surface en raison du cuivre intégré dans les différents alliages. Pour éviter ce phénomène, Omega a enrichi son propre alliage de bronze avec 37,5 % d’or mais également avec du palladium et de l’argent pour obtenir une teinte rose clair ainsi qu’une meilleure résistance à la corrosion et à l’oxydation. La lunette est en céramique brune et le cadran paré d’un alliage de bronze commun, de couleur brun foncé. La motorisation, comme pour les modèles en acier, est assurée par le calibre Co-Axial Master Chronometer 8912 certifié par l’Institut fédéral de métrologie (METAS).

Seamster Diver 300M Black Black © Omega
Seamster Diver 300M Black Black © Omega

Toujours dans l’univers sous-marin, Omega propose également une saisissante Seamaster Diver 300M Black Black qui passe du « côté obscur de la force ». Comme l’explique la Maison, les horlogers d’Omega ont profité de la polyvalence de la céramique pour créer une montre offrant différentes nuances contrastées d’un même coloris, sans concession à la lisibilité de la pièce, même dans le noir. Le boîtier de 43,5 mm de diamètre est ainsi façonné en céramique noire polie et satinée sur un bracelet en caoutchouc noir intégré, fermé par une boucle de la même matière que le boîtier. Couronne et valve à hélium ne dérogent pas à la teinte générale de la montre, tout comme le revêtement Super-LumiNova®, qui adopte une couleur anthracite sur l’échelle de plongée, les index et les aiguilles squelettées. Dans la nuit, ces indications essentielles affichent toutes des teintes différentes. Pour le cadran, c’est encore de la céramique noire que l’on retrouve, gravée au laser en relief positif. Cette décoration accentue les contrastes, comme c’est également le cas sur la lunette dont l’échelle de plongée est gravée en relief positif. Le fond saphir, doté du dispositif « Naïad Lock » d’Omega pour un positionnement inamovible du fond de boîte, laisse voir le calibre Co-Axial Master Chronometer 8806 certifié METAS.

Constellation Small Second © Omega
Constellation Small Second © Omega

Omega propose également cette année des aménagements dans ses deux collections « citadines », à commencer par la gamme Constellation née en 1952, caractérisée depuis 1982 par ses « griffes » sur la lunette et ses facettes en demi-lune. Les modèles 2021, proposés dans un nouveau format de 34 mm de diamètre, restent fidèles au look de la Constellation de 5e génération lancée en 2018. Ces versions avec petite seconde et quantième à 6 h sont proposées en acier, en or Sedna™ ou bicolore, avec ou sans sertissage sur le cadran et la lunette. La collection masculine De Ville Trésor connaît également son lot de déclinaisons avec un nouveau style de compteur et une large gamme de couleurs et matières. Tous les modèles sont proposés avec petite seconde à 6 h, tandis que certains affichent également l’indication de la réserve de marche en parfaite symétrie à 12 h. Ce sont des mouvements à remontage manuel, les calibres Omega Co-Axial Master Chronometer 8927 (petite seconde) et 8935 (petite seconde et réserve de marche), tous deux certifiés METAS, qui animent ces nouveaux modèles.

Seamaster Aqua Terra © Omega
Seamaster Aqua Terra © Omega

Dans la gamme joaillière, Omega propose enfin une Seamaster Aqua Terra 34 mm sertie de diamants ou de rubis sur le cadran et de diamants sur la lunette. Les nouveaux cadrans sont frappés d’un motif vagues tandis que le boîtier est décliné en acier inoxydable et or Sedna™. La montre se porte sur un bracelet cuir ou bicolore.

Haut de page