>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Optimisme à la Fédération horlogère
Economie

Optimisme à la Fédération horlogère

jeudi, 27 novembre 2008
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
2 min de lecture
O

Si pour les uns le verre est à moitié vide, pour les autres, il reste visiblement à moitié plein. A n’en pas douter la Fédération de l’industrie horlogère suisse fait partie de cette dernière catégorie.

« Nous n’avons certes pas encore de visibilité sur les statistiques du dernier trimestre mais il faudrait qu’une catastrophe interviennent ces prochains mois pour que l’année tourne au vinaigre, explique son président Jean-Daniel Pasche. Mon impression personnelle suite aux récents contacts que j’ai pu avoir au sein de la profession est que les Maisons horlogères sont actuellement partagées entre un optimisme mesuré et une certaine incertitude dans la mesure où personne ne peut dire actuellement de quoi l’avenir proche sera fait. »

Il n’en demeure pas moins que la FHS reste confiante quant aux résultats de l’exercice en cours et table également sur une croissance de l’ensemble de la branche en 2009. Selon elle, même si la hausse prévue l’an prochain n’atteindra pas les niveaux connus depuis 2004, après l’essor ininterrompu des cinq derniers exercices, il s’agirait déjà là d’une réelle performance compte tenu d’un effet de base largement négatif. En d’autres termes, après des taux de croissance de 10% et plus réalisés par les Maisons horlogères durant ce laps de temps, il devient de plus en plus difficile de réitérer pareille prouesse au fil des exercices.

Si Jean-Daniel Pasche affiche sa confiance sur la bonne tenue du secteur, cela tient également à son fort positionnement sur des marchés encore en croissance, notamment en Asie et dans les pays du Golfe, et aux efforts consentis dans l’innovation, la recherche et le développement qui vont continuer à porter leurs fruits. « L’horlogerie est ainsi mieux à même de s’en sortir que d’autres branches économiques », conclut Jean- Daniel Pasche.

Haut de page