>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Périple en aventurine
Regards de connaisseurs

Périple en aventurine

mardi, 14 mars 2017
Fermer
Editor Image
Yannick Nardin
Rédactrice indépendante

“Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles, mais par manque d’émerveillement.”

Gilbert Keith Chesterton

« Une montre c’est une fenêtre sur le génie humain ! » Et si tout n’avait pas été dit ?

Lire plus

CLOSE
7 min de lecture

Si l’aventurine figure à merveille des cieux étoilés sur les cadrans des montres, qui est-elle vraiment ? Pierre fine ou verre ? Rare ou commune ? Voici quelques vérités étonnantes, ou comment voir double en toute clarté.

Sur le cadran, des paillettes réfractent la lumière, comme en apesanteur dans la matière : un phénomène appelé « aventurescence ». Ces scintillements miroitent sur nombre de montres de luxe : sur fond vert chez Bovet Fleurier pour la Rising Star ou en brun-rouge chez Jaeger-LeCoultre et sa Rendez-Vous Moon Aventurine Ocre. Le plus souvent, les horlogers utilisent une version bleue, voire presque noire, comme Jaquet Droz, Girard-Perregaux, Bulgari ou encore Van Cleef & Arpels et Chanel. Pourtant, cette aventurine est-elle bien la même que celle rouge orangé de la Tonda 1950 Poppy Aventurine de Parmigiani Fleurier ?

En effet, si toutes les « aventurines » partagent cette même magie visuelle pailletée, celle-ci peut provenir de la nature ou de la main de l’homme ! Le plus souvent, en horlogerie, elle se présente sous la forme artificielle de verre aventuriné, sans toutefois que cela soit toujours très clair. Un quiproquo qui a pourtant ses raisons.

Parmigiani Fleurier Tonda 1950 Rose Gold Set Poppy Aventurine
Parmigiani Fleurier Tonda 1950 Rose Gold Set Poppy Aventurine
Les facettes de l’aventurine

Il existe trois voire quatre types d’« aventurine ». D’abord l’aventurine feldspar et le quartz aventurine, tous deux des pierres fines. Le verre aventuriné, ensuite. Et, enfin, une imitation laquée. Pour compliquer encore ces distinctions, l’aventurine feldspar se surnomme sunstone, alors que le verre aventuriné porte le petit nom de goldstone. Vous suivez ou vous êtes déjà stone ? Car l’imbroglio ne s’arrête pas là : le quartz aventurine vert peut aussi passer – parfois un peu trafiqué en toute illégalité – pour du jade indien !

Pourtant, la terminologie officielle à utiliser est aussi limpide que le verre. « S’il s’agit d’une imitation en “verre” du quartz aventurine ou de l’aventurine feldspar, la description du produit doit être “imitation d’aventurine” ou “simulation d’aventurine”. Le terme “verre” peut aussi être utilisé. Le mot “aventurine” ne doit pas s’utiliser dans le cas d’une imitation », tranche Roland Naftule, Président du secteur chargé de la gemmologie au CIBJO (World Jewellery Confederation).

Jaeger-LeCoultre Rendez-vous Moon Aventurine Ocre
Jaeger-LeCoultre Rendez-vous Moon Aventurine Ocre
Baptême à rebours

À l’origine de cet imbroglio, un fait historique unique ! En effet, le terme « aventurine » s’est d’abord appliqué au verre « aventuriné », mot créé par les verriers de Murano au XVIIIe siècle. En effet, il se dit souvent qu’un verrier vénitien aurait découvert la « recette » de l’aventurine en déversant par mégarde des particules de cuivre dans du verre en fusion. Il aurait baptisé sa découverte « aventurine », terme dérivé de « par aventure» ou « par hasard ». En réalité, les Égyptiens, experts en verre dès l’Antiquité, maîtrisaient déjà le procédé du verre aventuriné, comme on peut le lire dans The Oxford Companion to the Decorative Arts ! Puis la technique s’est perdue pour être redécouverte plusieurs fois au fil des siècles. La fable des copeaux de cuivre déversés par accident dans le verre en fusion aurait même servi à masquer le véritable secret de fabrication (Max Bauer, Precious Stones ; Robert Webster, « Aventurine » in Gems and Gemology). Une autre explication attribue la paternité du nom au verrier de Murano Salviati. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, ce dernier aurait réussi une véritable première, très délicate et ainsi attribuable au hasard : le soufflage du verre aventuriné.

Chanel Mademoiselle Privé Lune et Comète
Chanel Mademoiselle Privé Lune et Comète

Au XIXe siècle, le mot « aventurine » s’est ensuite appliqué à une variété de quartz aux éclats dorés, découverte alors. « Il s’agit probablement du seul exemple pour lequel les joailliers ont attribué le nom d’un produit bon marché et artificiel à une pierre naturelle de meilleure qualité », décrit le Jewelers’ Dictionary (3e édition, Donald S. McNeil). Ainsi, le terme « aventurine » est resté courant pour parler du verre comme de la pierre et ce, jusque chez les horlogers d’aujourd’hui.

Pourtant, la distinction de vocabulaire reste capitale dans la description d’un produit : « Les coûts de la matière de base sont plus élevés pour la version naturelle », explique Catherine de Vincenti, fondatrice de CdV Consulting et membre fondateur du Swiss Gemmological Group. Dona Dirlam, Directrice de la bibliothèque du GIA (Gemological Institute of America), précise également que « le quartz aventurine et l’aventurine feldspar sont plus résistants que le verre aventuriné ».

Bulgari Giardino notturno
Bulgari Giardino notturno

D’un point de vue esthétique, les horlogers préfèrent cependant le verre aventuriné, plus transparent et uniforme. D’un point de vue technique, le verre autant que la pierre se révèlent très difficiles à préparer et assembler. En cause, la finesse requise pour prendre place sur un cadran de montre, et parfois la forme des éléments. Bulgari cadrans explique par exemple que l’assemblage de la montre « Giardino notturno » s’apparente à un vrai tour de « délicatesse » avec des coûts de main-d’œuvre conséquents.

La production du verre aventuriné a quasi cessé. Très délicate et laborieuse, celle-ci implique en effet l’utilisation de substances nocives désormais interdites.
Miroir (de verre), qui est la plus rare ?

La véritable pierre aventurine reste ainsi bien peu utilisée en horlogerie. La Tonda 1950 Rose Gold Set Poppy Aventurine de Parmigiani Fleurier offre une occasion exceptionnelle d’admirer ses scintillements naturels. Pour renforcer la teinte rouge orangé du quartz, une laque couleur coquelicot a été appliquée en dessous.

Jaquet Droz Lady 8 Aventurine
Jaquet Droz Lady 8 Aventurine

Et si le verre aventuriné utilisé en horlogerie venait aussi à se raréfier ? Car sa production, concentrée à Murano, a quasi cessé. Très délicate et laborieuse, celle-ci implique en effet l’utilisation de substances nocives désormais interdites. Un verre aventuriné de moindre qualité est produit en Chine et en Inde, sans toutefois convenir à une utilisation haut de gamme. Ainsi, les fournisseurs tels que Daniel Haas en Suisse ou Groh & Ripp en Allemagne exploitent des stocks constitués par le passé. Pour couronner le tout, les portions de verre réellement utilisables résultent d’une sélection sévère, avec beaucoup de déchets, pour obtenir une teinte et des paillettes uniformes, sans bulles d’air. Heureusement, les stocks de verre aventuriné de Murano sont encore considérables pour représenter plusieurs tonnes ! Largement de quoi créer de nombreux cadrans merveilleux. Avant que les horlogers s’intéressent peut-être davantage au potentiel de la véritable aventurine ?

Avis de l'expert
Temps et durée ne partagent pas le même cadran
mardi, 25 avril 2017
Luc Debraine
6 min de lecture
Ulysse Nardin Diver Le Locle
Nouveautés
Ulysse Nardin – Plongée dans l’histoire
mardi, 25 avril 2017
La rédaction
2 min de lecture
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Masterpieces
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5