>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Peter Speake-Marin dévoile son premier calibre maison
Nouveautés

Peter Speake-Marin dévoile son premier calibre maison

Friday, 26 March 2010
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Après avoir collaboré avec nombre de Maisons, Peter Speake-Marin a décidé de travailler pour lui. Résultat : la Marin 1 dotée du calibre SM2, premier mouvement entièrement conçu et réalisé par l’horloger sous son nom qui va lui permettre de revisiter toutes les complications horlogères.

« Toute la construction, toutes les pièces du mouvement sont à moi, explique Peter Speake-Marin. Il n’y a rien de standard dans ce calibre, du système de remontage au ressort de barillet. En d’autres termes, il s’agit d’un mouvement unique et original, aux antipodes des calibres commerciaux édités en grandes séries, qui a été conçu de grande taille, en référence aux chronomètres de marine et pour un maximum de longévité et de précision, capable en outre d’entraîner n’importe quelle complication. Malgré tout ce que j’ai réalisé jusqu’ici, j’ai vraiment eu l’impression de repartir à zéro. Mais cela m’a permis de faire exactement ce que je voulais. Avant je travaillais pour les autres. Là, j’ai décidé de travailler pour moi. »

Un mouvement « simple » à 211 composants

Si jusqu’ici, l’horloger anglais établi en Suisse depuis 1996 équipait ses garde-temps de calibres existants, modifiés selon ses exigences, plus rien de tel donc avec le SM2, premier mouvement entièrement conçu et réalisé par ses soins qui vient équiper la Marin 1. « Cela faisait longtemps que je voulais créer mon propre calibre, poursuit Peter Speake-Marin. Mais le manque de temps et de moyens m’en ont empêché. Jusqu’en 2007 où j’ai décidé de faire le saut. Développer un mouvement tel que le SM2 est en effet une entreprise colossale, surtout pour un horloger indépendant. J’avais projeté deux ans de développement. Le projet en aura finalement nécessité trois. »

Peter Speake-Marin arrive ainsi avec un mouvement simple, heure, minutes secondes après avoir réalisé une présérie de vingt pièces dotées d’un calendrier perpétuel. « Un client m’a toutefois demandé de créer une montre qui laissait parler le cadran avec uniquement les heures et les minutes, commente l’horloger. Cela a naturellement amené à la création de la Marin 1. J’ai le sentiment que le design de cette montre exprime la simplicité et l’élégance déjà mises en avant dans mes travaux antérieurs mais avec une approche plus contemporaine. » A la simplicité des fonctions répond toutefois la complexité d’une construction comprenant 211 composants, davantage que la plupart des tourbillons.

La Marin 1 © Speake-Marin
La Marin 1 © Speake-Marin
Une planification à cinq ans

La Marin 1 à remontage automatique bidirectionnel, dont le « moteur » bat à 21’600 alternances/heure pour une réserve de marche de 72 heures, est ainsi le premier modèle d’une série qui devrait en comporter cinq. Peter Speake-Marin : « sur la base du SM2, les cinq prochaines années sont déjà planifiées. La Marin 2 sera encore dotée d’un mouvement simple mais après, je vais revisiter les différentes complications. A l’heure actuelle, je mène trois projets en parallèle qui verront le jour selon leur évolution respective. La Marin 3, par exemple, est déjà à l’étage de prototype. Il s’agit maintenant d’en valider les fonctions avant de lancer une présérie. Je tiens à préciser que tous ces modèles ne seront pas des séries limitées. Les seules limitations viennent des capacités de production. Pour ce qui est de la Marin 1, dont les premières seront livrées dans quatre semaines, je prévois une centaine de pièces sur les douze mois à venir. Au total, la réalisation des cinq modèles Marin devraient me prendre une dizaine d’années. Ce qui correspond en tout point à mon envie de me concentrer dorénavant sur mes idées. »

Inutile de dire que les finitions de cette première pièce sont particulièrement soignées, réalisées à la main. « L’avantage d’un mouvement simple tient également au fait que le travail de finition se voit beaucoup mieux, contrairement aux complications pour lesquels ont réserve généralement ce type d’intervention, rapporte Peter Speake-Marin. Les ponts, par exemple, sont fabriqués en argent brossé circulaire de style allemand. Cette matière est plus exigeante à travailler que le laiton plaqué utilisé conventionnellement mais elle est plus rigide et s’oxydera lentement au fil des années. Elle permet de donner un effet patiné qui souligne les surfaces acier polies et les larges pierres. En résumé, de la taille du calibre aux matériaux utilisés en passant par les terminaisons et l’habillage, tout a été pensé pour obtenir une pureté de style. Un style simple mais unique ! »

Haut de page