>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Pininfarina, sur la voie du design horloger
Histoire & Pièces d'exception

Pininfarina, sur la voie du design horloger

lundi, 30 mai 2016
Fermer
Editor Image
Marie Le Berre
Rédactrice indépendante

“Comment le temps fait-il pour tourner rond dans des horloges carrées ? ”

Quino

« Porter à la connaissance du plus grand nombre des informations qui relèvent d’un secteur par trop méconnu. Vulgariser, au sens propre du terme. »

Lire plus

CLOSE
8 min de lecture

Dans la collection Bovet by Pininfarina, les capacités techniques de l’horloger suisse sont soumises au regard du célèbre studio de design italien. Depuis 2010, l’implication du studio est allée croissante pour aboutir, aujourd’hui, à l’OttantaSei, une pièce à maturité.

La collection Bovet by Pininfarina comprend essentiellement les montres à tourbillon Ottanta, dotées de mouvements de manufacture signés Bovet. Le premier a vu le jour à l’occasion des 80 ans (80 = ottanta en italien) du studio créé en 1930 par Gian-Battista Farina, dit « Pinin », d’où le nom de Pininfarina officialisé en 1961. Depuis, on ajoute à Ottanta non pas le numéro dans la série mais le chiffre unitaire de l’année de sortie : à ce jour, Due pour 2012, Tre pour 2013 et Sei pour 2016. Parallèlement, la collection intègre une ligne de chronographes porteurs d’autres noms incarnés pour l’instant par les Cambiano (2011) et Sergio (2014) qui font référence aux concept-cars éponymes.

Bovet Tourbillon Ottanta
Bovet Tourbillon Ottanta
Nulle préméditation

Pascal Raffy, propriétaire de Bovet, a rencontré Paolo Pininfarina en 2007, à l’occasion du Barnyard Annual Ferrari Event de Carmel en Californie. Le premier, invité en tant que collectionneur de Ferrari, s’est retrouvé au dîner à côté du second. Pour lui, « c’était le destin, comme souvent chez Bovet ». Pascal Raffy n’a-t-il pas eu l’occasion en 2006 de racheter la manufacture de Tramelan et le château de Môtiers à quelques mois d’intervalle, entraînant « sa » marque dans l’univers de la Haute Horlogerie authentique bien plus rapidement qu’il ne l’aurait imaginé ?

Nous avons construit une vraie belle relation.
Pascal Raffy

Au cours de ce dîner californien, les deux convives se sont si bien entendus qu’au bout d’une heure à peine Paolo Pininfarina émettait déjà le souhait d’exprimer sa vision du temps sur une montre Bovet. Pascal Raffy explique aujourd’hui s’être retrouvé en face d’un homme qui partageait les mêmes valeurs sur « la famille, la tradition, la culture, le luxe véritable ou l’esprit du collectionneur », attaché tout comme lui au monde de l’artisanat et à la défense du patrimoine. Cette communauté d’esprit devait immanquablement transparaître au niveau de leurs entreprises respectives, toutes deux basées sur « des fondamentaux immuables où la modernité s’inscrit dans la continuité », et sur leurs produits incarnant « la pureté des lignes et l’excellence extrême », des produits « de substance aux antipodes de l’éphémère ».

Bovet Ottanta Due
Bovet OttantaDue

À la fin de la conversation, il restait cependant un point d’interrogation : les équipes allaient-elles s’accorder ? Pascal Raffy : « Ce n’était pas évident, surtout avec le problème de la distance. Chez Bovet, il y a déjà trois sites, alors en ajouter un quatrième, en Italie et avec des secteurs d’activité différents de surcroît ! » Mais il faut croire que les deux entreprises étaient faites pour s’entendre. « Au final, nous avons construit une vraie belle relation. Dans un premier temps, nous nous sommes rendus à neuf personnes à Turin et nous en avons rencontré autant chez Pininfarina, les uns ou les autres se joignant à la réunion en fonction des points abordés. L’ambiance était décontractée mais l’intérêt très perceptible, de la part de tout le monde. Depuis, nous avons donné naissance à six montres Bovet by Pininfarina et la collaboration est au beau fixe. Je n’ai jamais eu besoin de ressortir le contrat qui nous lie pour régler un quelconque différend. »

La collaboration pousse chaque partie prenante dans ses derniers retranchements.
OttantaSei, un symbole de transparence

Concrètement, le chef de projet et le directeur technique de la manufacture de mouvements se rendent au moins dix fois par an en Italie. Quant à Pascal Raffy et Paolo Pininfarina, ils se rencontrent au gré de leurs déplacements respectifs à travers le monde, trois à quatre fois l’an. D’une manière générale, les montres associent les compétences techniques de Bovet à la vision esthétique de Pininfarina. Une collaboration qui pousse chaque partie plus avant dans ses retranchements à mesure que les projets se concrétisent. « Nous nous mettons réciproquement au défi, précise-t-on chez Bovet. En abordant l’horlogerie, les designers de Pininfarina ont essentiellement dû assimiler une méthode de travail contraire à leurs habitudes. Les dessins sont plus grands que la réalité, et non plus petits comme pour une voiture, par exemple. C’est un exercice mental plus exigeant qu’il n’y paraît, car il faut bien se rendre compte que ce que l’on dessine aura une visibilité réduite. Créer des effets percutants devient une gageure. Quant à nous, nous avons surtout appris à travailler sur les volumes comme jamais auparavant. Ainsi, pour valoriser un effet de profondeur, il faut aller progressivement du plus sombre au plus clair, en partant de la surface. C’est un procédé qui, à notre connaissance, n’avait pas encore été appliqué à l’horlogerie. »

Côté mouvement, l’OttantaSei est un exemple probant de la culture horlogère acquise par les designers de Pininfarina.

Pininfarina est en outre à l’origine de quelques défis technico-esthétiques relevés par Bovet au fil des années. L’Ottanta Sei de 2016 est exemplaire en la matière. Selon Pascal Raffy, elle représente la maturité de la collection Bovet by Pininfarina. La collaboration a naturellement commencé par le design du boîtier. Le bureau italien a redessiné le modèle Fleurier dans un style élégamment sportif en adoptant des lignes droites pour la bélière, une surface plane pour les lunettes recto et verso, un style Javeline contemporain pour les aiguilles et du caoutchouc doublé de veau « toucher alcantara » pour le bracelet. Si les premiers modèles conservaient le système de convertibilité breveté Amadeo, l’Ottanta Sei s’en passe au profit d’une transparence exceptionnelle. Elle est obtenue grâce à des glaces saphir particulièrement difficiles à usiner au recto, au verso et sur la carrure, où elles épousent le profil, de part et d’autre, sur une remarquable longueur.

Bovet OttantaSei
OttantaSei, la dernière-née de la collection Bovet by Pininfarina
Architecture horlogère

Côté mouvement, l’OttantaSei est un exemple probant de la culture horlogère acquise par les designers de Pininfarina. On leur doit un concept architectural librement défini, avec bien plus d’autonomie qu’auparavant. Pour respecter l’équilibre et la transparence voulus, les techniciens de Bovet ont dû développer une platine sur mesure, largement ajourée et néanmoins rigide. Il faut une demi-journée d’usinage et d’électroérosion pour en fabriquer une seule, avant la journée nécessaire aux superbes finitions artisanales nécessairement pratiquées de toutes parts, compte tenu de la visibilité offerte par les ouvertures du boîtier.

Ottanta Sei, Bovet
OttantaSei, décor exclusif Clous de Paris bipolaires circulaires sur le pont de barillet

Bien entendu, les décors raffinés se répandent sur l’ensemble du mouvement. Nec plus ultra, les nuances du noir au blanc utilisées pour accentuer la profondeur, selon la méthode en dégradé apportée par Pininfarina, sont au nombre impressionnant de 34. En outre, on retrouve les Clous de Paris bipolaires circulaires présents sur tous les tourbillons Ottanta, ici sur deux plaquettes vissées au pont de barillet. Au début de la collaboration, Bovet a soumis à l’appréciation du bureau de design une multiplicité de décors réalisables par ses artisans. Parmi eux, des Clous de Paris que les designers ont voulu rendre exclusifs en traçant des lignes courbes et non plus droites entre les pyramides. Un véritable défi relevé avec brio au sein de la manufacture horlogère : les pyramides subissent une légère déformation qu’il a fallu rendre imperceptible !

Haut de page
HYT H1 Colorblock
Regards de connaisseurs
HYT, quid du temps liquide
lundi, 26 juin 2017
Luc Debraine
7 min de lecture
4
Economie
Les exportations horlogères en nette hausse
vendredi, 23 juin 2017
La rédaction
2 min de lecture
3
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Histoire & Pièces d'exception
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5