>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Pour l’amour de la mécanique
Economie

Pour l’amour de la mécanique

lundi, 14 avril 2008
Par Florence Noël
fermer
Florence Noël

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

La manufacture Parmigiani Fleurier signe un partenariat avec Pershing, le spécialiste italien des yachts de luxe. L’alliance a donné naissance à une collection de chronographes de sports exclusive.

Chez Parmigiani Fleurier, la langue de bois n’a pas sa place. Discrète, la manufacture ainsi que sa direction – la Fondation Sandoz – n’aime pas parler pour ne rien dire. Aussi, lorsque le délégué de la Fondation Sandoz a convoqué la presse au dernier SIHH, cette dernière n’a pas été déçue : Parmigiani Fleurier signe un partenariat exclusif avec le spécialiste italien des yachts de luxe Pershing. Les deux alliés ont créé une collection de montres de sport aquatiques. Une première pour l’un comme pour l’autre.

«La tendance étant aux montres de plongée sous-marine, nous aurions pu vous annoncer que nous venions de créer la plus incroyable des montres de plongée. Alors qu’en fait, tout le monde sait que les plongeurs n’utilisent pas de montres sous l’eau, mais un ordinateur. C’est pour cela que nous parlerons de montres de sport aquatiques », lance Jean-Marc Jacot, patron de la manufacture.

Qui souligne l’exclusivité de ce partenariat : « Pershing n’avait jusqu’alors jamais souhaité s’allier dans le segment de l’horlogerie.»
Mais le rapprochement entre les deux entreprises n’est pas si surprenant. Chantier naval appartement au groupe Ferretti, Pershing a été fondé par Tili Antonelli, un homme qui partage la même vision de son métier que l’horloger Michel Parmigiani. Portant le nom d’un missile, Pershing ambitionne de pousser tant la mécanique que l’art de la navigation dans ses extrêmes.

Pershing 115' © Pershing
Pershing 115' © Pershing
Le luxe à tout prix

Matériaux nobles, lignes épurées conçues par des designers réputés, fabrication par des artisans mais aussi des ingénieurs passionnés par leur métier, les yachts Pershing s’intègrent parfaitement dans la vision d’excellence propre à l’industrie du luxe. Au total, une centaine de bolides aquatiques exclusifs et toujours plus performants sortent chaque année du chantier naval italien. Avec toujours pour objectif de transmettre, ainsi que se plaît à le dire Tili Antonelli, « une émotion. Une passion ».

Autant de critères que respecte farouchement Michel Parmigiani dans sa conception de garde-temps. « Depuis les débuts de la manufacture en 1996, notre vision est de défendre un savoir faire traditionnel en créant des montres exceptionnelles », note Jean-Marc Jacot. Redonnant à la région du Val-de-Travers sa vitalité économique, Parmigiani Fleurier – l’une des rares manufactures à jouir d’un outil véritablement verticalisé – réalise 5000 garde-temps par an dans la plus pure tradition de haute horlogerie, en leur donnant une allure contemporaine originale.

Cela faisait déjà un certain temps que nous souhaitions créer un modèle sport.
Michel Parmigiani
Intégration des codes

Il n’en fallait pas plus pour réunir les deux entreprises au travers d’une collection de chronographes de sport tant élégante que fuselée. « Cela faisait déjà un certain temps que nous souhaitions créer un modèle sport », relève le patron de Parmigiani.

Intégrant tous les codes de la marque suisse, le garde-temps Pershing joue la carte des volumes massifs et des courbes rondes, à l’image des coques de yachts. Les matériaux de conception appartiennent à la noblesse, tels que l’or rose 18 carats ou le Palladium 950, un matériau futuriste utilisé depuis longtemps par la marque horlogère.

Côté cadran, si les chiffres s’identifient à Pershing, l’allure générale se veut très Parmigiani. Dotée d’une lunette tournante unidirectionnelle ainsi que d’un tachymètre destiné à évaluer la vitesse de nage, la montre possède également une grande date ainsi qu’un chronographe. Disponible en différentes versions dont un bracelet caoutchouc et un acier, le garde-temps possède enfin un fond gravé représentant un modèle de yacht Pershing. Fait rare, le modèle Pershing est disponible à la vente depuis deux semaines déjà. « Chez Parmigiani, nous tenons nos promesses », jette Jean-Marc Jacot. La franchise a parfois du bon.

Haut de page