>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Pour les braves, des montres à foison
Nouveautés

Pour les braves, des montres à foison

jeudi, 17 janvier 2019
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Que vous soyez nageur de combat, aviateur en zone de conflit, chasseur alpin ou, plus pacifiquement, explorateur des cimes, si ce n’est pilote de supercar, ne vous en faites pas, les horlogers du SIHH ont pensé à vous.

C’est dans l’adversité que l’on reconnaît les âmes bien nées. C’est aussi dans l’adversité que l’on distingue les garde-temps les plus aguerris. Par « adversité », il est ici question de conditions extrêmes auxquelles ces montres sont soumises, car il n’est surtout pas question de laisser les aventuriers contemporains tenter quoi que ce soit le poignet dénudé. Et ces aventuriers, ils sont (potentiellement) de plus en plus nombreux. De fait, faute de tutoyer l’exploit au quotidien, qui ne s’est jamais rêvé explorateur au long cours, sportif taillé pour les records, homme de défis jamais assouvi. Or cette population croissante d’intrépides, les horlogers du Salon International de la Haute Horlogerie se sont mis dans l’idée de la réveiller. Illico ! C’est du moins la conclusion qui s’impose lorsqu’il s’agit de découvrir les nouveautés de l’année, dont bon nombre s’adressent aux audacieux, passionnés de sensations fortes. À leur intention, les Maisons exposantes font largement la démonstration que leurs petites merveilles sont prêtes à tout endurer, dans l’esprit comme dans la forme. Et tant pis si l’aventure reste une expérience de salon, un jour, peut-être, l’essai sera transformé avec le bon « instrument » au poignet.

Aux côtés des commandos italiens

Panerai est un excellent exemple de cette démarche voulant que pour être bien conçue une montre doit répondre à des critères « professionnels », comme c’est le cas avec les montres de plongée, les seules à devoir respecter un cahier des charges contraignant pour mériter l’appellation. Rien d’étonnant dans ces conditions à ce que la Maison d’origine italienne ne présente cette année que des Submersible, sa montre de plongée par excellence qui a Mike Horn et le célèbre apnéiste Guillaume Néry pour nouveaux ambassadeurs. Sans oublier le récent partenariat conclu avec Luna Rossa, l’équipe italienne engagée dans la prochaine Coupe de l’America dont le skipper Max Sirena était présent au SIHH pour parler de cette formidable aventure, une première montre Panerai dédiée à la clé. Mais ce n’est pas tout. Comme les horlogers ne jurent plus que par les nouvelles « expériences » à même de séduire une clientèle de plus en plus endurcie, Panerai a pris cette idée au pied de la lettre. Tout acheteur d’une des 33 Submersible Marina Militare Carbotec – 47 mm présentée au SIHH aura ainsi le droit de participer à une session d’entraînement avec le COMSUBIN, le groupe de plongeurs et commandos de la Marine militaire italienne. Pompes et abdos préalables recommandés ! Et là ne s’arrête pas la démarche puisque les acheteurs des éditions limitées Guillaume Néry et Mike Horn pourront rejoindre ces deux héros des temps modernes aux antipodes pour participer à la grande aventure.

Comme les horlogers ne jurent plus que par les nouvelles « expériences », Panerai a pris cette idée au pied de la lettre.

Jean-Marc Pontroué, aujourd’hui à la tête de Panerai, avait déjà initié cette quête de sens et de sensation lorsqu’il dirigeait Roger Dubuis. La Maison a ainsi tissé des liens fusionnels avec ses deux partenaires italiens Pirelli et Lamborghini, comme en témoignent les deux nouveautés du Salon, les Excalibur One-Off et Huracan, qui véhiculent cet esprit frondeur encouragé par une marque qui invite désormais ses clients à piloter des Lamborghini sur circuit, question de voir ce que tout et tous ont dans le ventre. Pour ce qui est de pilotage, IWC en connaît également un rayon pour avoir produit des montres d’aviateurs militaires depuis 1936. C’est précisément ce type de modèle exclusivement qui est à l’honneur cette année au sein d’une marque qui expose un vrai Spitfire sur son stand. Un modèle de 1942 que deux pilotes britanniques totalement « habités » vont s’ingénier à faire voler autour du globe lors d’une aventure baptisée « The Longest Fly », qui a naturellement trouvé les faveurs d’IWC. Ces deux « braves », Steve Boultbee Brooks et Matt Jones, étaient d’ailleurs au SIHH pour faire partager leur passion tout à la fois pour « leur » Spitfire, l’avion « ultime » selon leurs propos, et pour la belle horlogerie d’aviateur, celle concoctée par IWC, qui se veut la meilleure compagne du pilote en toutes circonstances et sans jamais faillir, même en pleines manœuvres dans le désert du Mojave.

Cette "force tranquille" au poignet, on la retrouve encore chez Audemars Piguet.
De la montre à l’instrument de survie

Cette « force tranquille » au poignet, en d’autres termes ces montres capables de tout subir sans coup férir, volontiers considérées comme des instruments de survie, on la retrouve encore chez Audemars Piguet, dont la Royal Oak Offshore, proposée cette année en version chrono camouflage sur boîtier en acier de 44 mm étanche à 100 m, saura séduire l’homme d’action. Tout ce qui compte, c’est d’y voir du lourd, du solide, du résistant. Tout comme avec la nouvelle Laureato Absolute de Girard-Perregaux, dont le diamètre a été poussé à 44 mm avec boîtier titane traité PVD noir et l’étanchéité portée à 300 m. De son côté, Montblanc joue davantage la carte vintage avec sa collection 1858, qui s’inspire des montres militaires développées au début du siècle dernier par Minerva, sa manufacture d’horlogerie. Mais là également, il est question de mettre au point des modèles prévus pour tout endurer, notamment l’environnement contraignant de toute excursion en haute montagne. Un univers extrême où la gestion du temps peut très vite devenir une question de vie ou de mort. Mais que l’on se rassure, les horlogers veillent au grain !

Haut de page