>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Première enchère de l’année en demi-teinte à Genève
Culture

Première enchère de l’année en demi-teinte à Genève

jeudi, 20 mars 2014
fermer
Editor Image
Fabrice Eschmann
Journaliste indépendant

“Il faut se méfier des citations sur Internet !”

« Une grande histoire aux multiples auteurs : ainsi en est-il de la vie. Ainsi en va-t-il aussi de l’horlogerie. Sans rencontres, point d’histoire. »

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture

Deux Rolex se sont hissées sur les trois premières places du podium. Les pièces historiques n’ont pas soulevé l’enthousiasme. Seuls 69% des lots ont trouvé preneurs.

Session en demi-teinte pour Antiquorum qui lançait dimanche 16 mars, et avant tout le monde, une nouvelle année de ventes aux enchères à Genève. Seuls 264 lots sur les 383 proposés ont en effet trouvé preneurs, soit 69%, pour un montant total de CHF 3,38 millions. Quelques belles passes d’arme entre enchérisseurs ont tout de même fait grimper les prix de cinq pièces, dont deux Rolex, au-delà des CHF 100’000. « Le marché est bon pour les pièces exceptionnelles mais pour le reste, il faut proposer le juste prix », souligne Julien Schaerer, directeur général de la Maison à Genève.

Et ce sont deux Rolex qui se sont attribué les deux premières places de cette vente qui a attiré 477 amateurs sur Internet, en plus des collectionneurs présents dans la salle et au téléphone. La première, une rare Submariner en acier de 1954, réf. 6200, équipée d’un cadran de type « explorateur » a été adjugée CHF 183’750, soit plus du double de son estimation haute (lot 187, est. CHF 50’000-70’000). La seconde, une Day-Date en platine de 1977, réf. 1831/1850, parée d’une lunette et d’index sertis, vraisemblablement commandée par le Shah d’Iran pour ses dignitaires et encore jamais sortie au grand jour, s’en envolée à CHF 165’750 pour une estimation compris entre CHF 25’000 et 45’000 (lot 189).

Patek Philippe référence 96 produite en 1903 avec un cadran luminescent de type « observatoire », adjugée CHF 111'750 (lot 382, est. CHF 20’000-40'000)
Vacheron Constantin sur le podium

Troisième en termes de prix d’adjudication, la répétition minutes Vacheron Constantin réf. 4261 en or jaune de 1945 est parti pour CHF 123’750, en-dessous de l’estimation basse (lot 383, est. CHF 130’000-180’000). Bien que ce modèle sans seconde centrale n’existe qu’à dix exemplaires, le résultat apparait plutôt décevant. « La raison est difficile à trouver, explique Julien Schaerer. Est-ce parce que c’est la première vente à Genève ou peut-être en raison de la conjoncture ? Reste que pour enthousiasmer les collectionneurs, les estimations se doivent d’être très conservatrices. »

Deux Patek Philippe, enfin, pour terminer ce quinté de tête. La référence 96 produite en 1903 avec un cadran luminescent de type « observatoire », l’une des cinq connues sur le marché selon Julien Schaerer, a atteint la somme de CHF 111’750.-, bien au-dessus de l’estimation haute de CHF 40’000 (lot 382). Quant à la Pendulette Dôme « Poissons de Caraïbes », une horloge de table à énergie solaire entièrement décorée de représentations aquatiques en émail cloisonné polychrome, elle a été vendue dans la cible pour CHF 105’75 (lot 347, est. CHF 90’000-130’000).

L’objet d’une lutte acharnée.
Surprise et déceptions

A noter encore cette boite à oiseau chanteur de 1910, dont les peintures faites à la main représentent des scènes paysannes, qui a fait l’objet d’une lutte acharnée. Le vainqueur l’a emporté pour CHF 35’000, cinq fois l’estimation haute (lot 114, est. CHF 4000-6000). A l’inverse, au chapitre des relatives déceptions, une paire de bronzes réalisés en Chine vers la fin du XVIIIe siècle représentant des éléphants en miroir surmontés de deux horloges de facture anglaise a terminé à CHF 37’500 (30’000 prix marteau), soit à la limite inférieur du montant fixé (lot 127, est. CHF 30’000-50’000). « Il n’y a plus guère que les Chinois pour s’intéresser à ce genre de pièce », regrette Julien Schaerer. De même, l’horloge d’audience conçue en 1801 par Antide Janvier (lire Antiquorum ouvre les enchères à Genève ) n’a pas soulevé les ardeurs espérées, trouvant un acquéreur pour CHF 65’000 seulement (52’000 prix marteau, lot 312, est. CHF 55’000-75’000). « Cela reflète assez bien l’état du marché actuel, conclut Julien Schaerer. La nouvelle génération ne s’intéressant plus à ce genre de pendule. »

Haut de page