>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2020 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Prévisions 2015
Points de vue

Prévisions 2015

mercredi, 18 février 2015
fermer
Editor Image
Franco Cologni
Président du Comité Culturel de la FHH

“Le talent nécessite toujours de l’effort, de l’engagement, des heures passées à perfectionner un geste qui devient, jour après jour, un don.”

Entrepreneur dans l’âme, Franco Cologni, pourtant homme de lettres, s’est rapidement lancé dans les affaires pour devenir un personnage clé du groupe Richemont.

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture

Tous les mois, la Fédération de l’Industrie Horlogère Suisse (FH) produit et diffuse largement un état des lieux des exportations horlogères suisses. Outre ce rapport public, elle met à la disposition de ses membres un outil qui permet d’affiner ces analyses en fonction de plusieurs critères. Ces statistiques sont mises en forme par la FH, mais les données brutes proviennent de l’Administration fédérale des douanes. Il ne saurait donc être question de remettre en cause le sérieux ou la provenance de ces chiffres.

Ces données présentent néanmoins deux inconvénients majeurs. D’une part il s’agit des chiffres à l’exportation et donc pas de statistiques de ventes aux clients finaux, ce qui donne une photo imparfaite et un peu floue de l’activité du secteur. D’autre part, comme leur nom l’indique, ces statistiques n’incluent pas la Suisse. On estime pourtant le poids de la Confédération à environ 5 % du marché mondial, ce qui n’est pas négligeable, notamment au vu du tsunami CHF/EUR de ces dernières semaines.

On se prend parfois à envisager que l’industrie horlogère prenne l’industrie automobile comme modèle et mette à disposition des sources statistiques fiables concernant les ventes au détail, y compris en Suisse, de manière à offrir une image conforme à la réalité des marchés. Utopie ou réalité ?

Une croissance finalement assez proche du taux d’inflation au niveau mondial.

Mieux vaut ne pas se laisser bercer de douces illusions, revenons plutôt à une réalité plus terre à terre. En fin d’année dernière, je me suis risqué à quelques prévisions qui se sont révélées assez proches de la réalité en ce qui concernait l’année 2014 dans son ensemble, année qui s’est finalement soldée par une hausse des exportations de montres-bracelets de 1,7 % tant en quantité qu’en valeur. Cultivons donc ces bonnes dispositions et continuons de jouer les devins. Pour l’année 2015, je m’attends ainsi à une consolidation autour des CHF 21 milliards, ce qui veut dire une croissance finalement assez proche du taux d’inflation au niveau mondial.

Tirésias, le fameux devin aveugle de l’Antiquité, nous a même glissé quelques indications que  je vais partager avec vous. Le très haut de gamme (prix à l’export supérieurs à CHF 6’000) pourrait connaître une progression de l’ordre 5 %, alors que celle du haut de gamme (CHF 3’000-6’000) devrait se situer aux alentours de 2 %. Une évolution susceptible de compenser le recul probablement inévitable que devraient enregistrer les montres-bracelets aux prix inférieurs à CHF 3’000. La hausse des prix pratiquée par la majorité des marques dans la zone euro pour parer à l’envolée du franc ne représentera certainement pas un handicap pour des montres vendues au détail au-dessus de CHF 20’000. Le segment des montres en dessous de CHF 5’000 devrait en revanche être plus durement affecté.

L’aveugle Tirésias ne peut toutefois que sentir d’où vient le vent. Quant à moi, qui garde les pieds sur terre, outre ces prévisions d’ordre général, je ne peux que m’attendre à des évolutions différenciées selon les marchés et les zones géographiques. Je laisse le soin aux analystes d’apporter toutes les précisions voulues.

Haut de page