>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2020 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Quelques très belles pièces pour les enchères de printemps
Culture

Quelques très belles pièces pour les enchères de printemps

mercredi, 7 mai 2014
fermer
Editor Image
Fabrice Eschmann
Journaliste indépendant

“Il faut se méfier des citations sur Internet !”

« Une grande histoire aux multiples auteurs : ainsi en est-il de la vie. Ainsi en va-t-il aussi de l’horlogerie. Sans rencontres, point d’histoire. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Un chronomètre de marine de « qualité musée », une répétition minutes Patek Philippe de 1927 commandée spécialement par Henry Graves et deux Rolex équipées du mouvement Beta 21 à quartz constitueront les plus beaux moments des quatre ventes aux enchères. Coup d’envoi le 10 mai.

1700 ! C’est le nombre de montres et objets horlogers qui vont être proposés aux enchères ce week-end et en début de semaine prochaine à Genève et à Francfort. Traditionnelle au mois de mai, cette grande session mobilise les principaux acteurs du secteur : au bout du lac, c’est Antiquorum qui officiera la première dès dimanche 11 mai avec 293 lots ; puis ce sera le tour de Christie’s, le lendemain, de céder aux plus offrants 440 objets ; enfin, le 14 mai, ce sont 342 pièces que Sotheby’s compte adjuger. Mais c’est la maison allemande Auctioneers Dr. Crott qui ouvrira les festivités le 10 mai à Francfort, proposant pas moins de 625 lots.
 

Auctioneers Dr. Crott en première ligne

Pour les amateurs de pièces anciennes, c’est sans aucun doute par Francfort qu’il faudra faire un crochet ce samedi, avant de venir à Genève. Auctioneers Dr. Crott y tient la 89e enchère de son existence avec, notamment, une impressionnante série de montres de poche et de montres-pendentifs historiques. Comme cette répétition des quarts avec mouvement musical des années 1820 attribuée à Piguet & Meylan : en or rose, le boîtier accueille au dos la miniature en émail d’une femme veillant sur un bébé endormi. Une représentation complétée d’émail translucide rouge sur fond guilloché, d’émail champlevé et de demi-perles serties. Très fin, le travail est typique de la région genevoise pour le marché chinois. Philippe-Samuel Meylan fut le premier à munir ses montres de lames sonores et du mécanisme propre à les faire vibrer, comme sur cette pièce (lot 175, est. EUR 150’000-200’000). Après avoir créé son propre atelier au Brassus en 1811, il repartit aussitôt à Genève, où il avait fait son apprentissage, pour s’associer à Isaac Piguet. La maison Piguet & Meylan fut, jusqu’en 1828, l’une des plus importantes de la place, spécialisée dans la montre automate et la montre musicale.

Auctioneers Dr. Crott : Chronomètre de marine de « qualité musée », signé Paul Philip Barraud, Londres, circa 1802. Lot 317, est. EUR 200’000-250'0

Le véritable clou de cette vente est toutefois un exceptionnel chronomètre de marine de « qualité musée », signé Paul Philip Barraud, Londres. Réalisé vers 1802, son boîtier en laiton est recouvert sur le flanc de galuchat vert. Protégé par un cristal convexe, le cadran arbore quatre compteurs en émail blanc : heures à 2h, petite seconde à 6h, minutes à 10h et indication de réserve de marche de 50 heures à 12h. À l’intérieur figure un incroyable mouvement à force constante doté d’un système fusée-chaîne réalisé selon les plans de Thomas Mudge (1715-1794). Discontinu, le balancier est équilibré par deux vis et deux poids (lot 317, est. EUR 200’000-250’000). Non content d’avoir inventé l’échappement libre à ancre ainsi que la répétition minutes, Thomas Mudge conçut en 1774 un chronomètre à force constante avec lequel il tenta de remporter le « Longitude Act », du nom de cette loi britannique qui récompensait de £ 20’000 quiconque parviendrait à mettre au point une méthode simple et sûre pour déterminer la longitude d’un bateau en pleine mer. Il produisit plus tard deux autres modèles du même type, mais aucun ne fut reconnu ni récompensé.

Antiquorum très sage

Chez Antiquorum, à l’extrême opposé de la maison Auctioneers Dr. Crott, la majorité des pièces n’a que quelques années. Parmi les trois plus importantes estimations figurent deux Patek Philippe et une Greubel Forsey. Cette dernière, le modèle Invention Piece No. 3 réalisé en 2007 dans une édition limitée à 11 exemplaires, est estimée entre CHF 200’000.- et 300’000.- (lot 264). Quant aux premières, il s’agit de la référence 5959 en platine, un chronographe à rattrapante vendu en 2009 (lot 289, est. CHF 180’000-250’000), et de la fameuse référence 2499, un chronographe calendrier perpétuel et phases de Lune en or jaune de 1967, étrangement estimé de manière très prudente (lot 293, est. CHF 150’000-250’000). En novembre dernier, deux de ces mêmes références, mais en or rose de 1957 et en or jaune cosignées Cartier, avaient été adjugées chez Christie’s, respectivement CHF 1’985’000 et 941’000.

Une pièce unique réapparue il y a quelques années seulement.

Christie’s, justement, parvient à réunir un très impressionnant trio de tête pour sa vacation du 12 mai avec deux Patek Philippe et une Rolex. La première Patek Philippe, une répétition minutes en platine de forme coussin, est très probablement une pièce unique réapparue il y a quelques années seulement. Réalisée en 1927, cette montre fut spécialement commandée par le grand industriel américain Henry Graves Jr. Ce collectionneur acharné acheta plus de 30 montres à la manufacture genevoise, toutes des pièces uniques ou presque, dont la fameuse Graves en 1933, le garde-temps le plus compliqué de l’époque. En 1927, encore habitués aux montres de poche, les horlogers rechignaient souvent à équiper des montres-bracelets de mouvements compliqués. Très rare donc, cette répétition minutes l’est d’autant plus qu’elle est gravée de la devise des Graves – esse quam videri (être plutôt que paraître) – et qu’elle possède une signature peu commune, destinée aux régions anglophones : « Patek Philippe & Co, Geneva, Switzerland » et non pas « Patek Philippe & Co, Genève » (lot 101, est. CHF 1’200’000-1’800’000).

Une Rolex peu ordinaire

Sur la seconde marche des estimations hautes chez Christie’s, une Patek Philippe encore, la fameuse Sky Moon Tourbillon référence 5002. Réalisée en 2001 et vendue en 2002, cette pièce exceptionnelle est la montre-bracelet la plus complexe jamais produite par Patek Philippe. Avec un mouvement de 686 composants, elle compte 12 complications : heures, minutes, secondes, quantième perpétuel avec date rétrograde, jour, mois, cycle des années bissextiles, âge de la Lune, répétition minutes, tourbillon, carte céleste, heure sidérale, mouvement angulaire de la Lune et phases de Lune (lot 48, est. CHF 750’000-1’200’000). Une très rare opportunité pour les collectionneurs.
Troisième enfin, une Rolex Oyster Perpetual référence 5029/5028 de 1949 dont on n’a plus vraiment l’habitude : son cadran en émail cloisonné est certainement l’un des premiers réalisé par Rolex, selon Christie’s. De même, ses index découpés à la main en forme d’étoile en feraient la pièce de collection la plus importante de la marque. Chaque aspect de cette montre est en fait exceptionnel, comme son diamètre de 36 mm ou encore le logo « couronne » monté à 6h. Et Christie’s de s’extasier : « la qualité spectaculaire de cette montre est difficile à exprimer avec des mots » (lot 207, est. CHF 500’000-1’000’000).

Sotheby’s : Rolex réf. 5100 de 1978 en or blanc équipée du mouvement à quartz Beta 21. Lot 220, est. CHF 30’000-50'000.

Sotheby’s, enfin, attendra le mardi 14 pour mettre à l’encan ses 342 objets. Parmi les plus remarquables, une tabatière de 1801-1804 avec montre cachée et automate dans une boite en or émaillée, signée Piguet & Capt à Genève (lot 334, est. CHF 600’000-800’000). Mais ce sont encore des Rolex qui risquent d’attirer les regards et les envies : les deux références 5100 de 1976 et 1978, respectivement en or jaune (lot 219, est. CHF 20’000-30’000) et en or blanc (lot 220, est. CHF 30’000-50’000). Ces pièces, somme toute assez ordinaires, sont en fait équipées d’un mouvement à quartz Beta 21, premier calibre électronique produit industriellement en Suisse. Cette montre connut à l’époque un important succès, considérée comme très avant-gardiste.

Auctioneers Dr. Crott
Hôtel Sheraton – Francfort Aéroport
Samedi 10 mai 2014
Antiquorum
Hôtel Mandarin Oriental – Genève
Dimanche 11 mai 2014
Christie’s
Four Seasons Hôtel des Bergues – Genève
Lundi 12 mai 2014
Sotheby’s
Hôtel Beau-Rivage – Genève
Mercredi 14 mai 2014

Haut de page