>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Record chez Sotheby’s, ratage chez Antiquorum
Culture

Record chez Sotheby’s, ratage chez Antiquorum

mercredi, 16 avril 2014
fermer
Editor Image
Fabrice Eschmann
Journaliste indépendant

“Il faut se méfier des citations sur Internet !”

« Une grande histoire aux multiples auteurs : ainsi en est-il de la vie. Ainsi en va-t-il aussi de l’horlogerie. Sans rencontres, point d’histoire. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Avec des fortunes diverses, Sotheby’s et Antiquorum ont tenu session à Hong Kong pour l’une, à New York pour l’autre. Si la première peut se réjouir du résultat enregistré, la seconde ne gardera pas très longtemps cette vente en mémoire. On peut même parler d’un « flop » tant les invendus sont nombreux.

Un record du monde pour une Patek Philippe à Hong Kong et un flop à New York : tel est ce que l’on retient des deux ventes aux enchères qui se sont déroulées les 8 et 9 avril derniers, organisées par respectivement Sotheby’s et Antiquorum. La première Maison, dont c’était la vente horlogère inaugurale de l’année 2014, a terminé sur un joli total de USD 16,7 millions (CHF 14,6 mio) avec 12 % d’invendus sur 473 objets proposés. Pour mémoire, lors de la même session en 2013, Sotheby’s avait enregistré un résultat record pour l’Asie de USD 58,8 millions (CHF 51,5 mio). Antiquorum, de son côté, est reparti avec un tiers de ses lots. La Maison, qui officiait dans son quartier général de Madison Avenue, n’a en effet réussi à adjuger que 200 objets sur 302 (33 % d’invendus) pour un petit total de USD 2,7 millions (CHF 2,35 mio).

Sotheby’s lot 2296 : Patek Philippe référence 5207P-001 a été adjugé CHF 763'858 (est. CHF 587’583-700'580)
Des valeurs sûres

C’est une pluie de Patek Philippe qui s’est abattue sur le Convention and Exhibition Center de Hong Kong le 8 avril. Pas moins de 100 montres de la manufacture genevoise avaient en effet été sélectionnées par Sotheby’s pour un marché asiatique friand de la marque. Pas étonnant, dès lors, que le podium des meilleurs résultats de cette vente lui soit entièrement dédié. Avec même un record du monde à la clé : la référence 5207P-001, troisième montre-bracelet la plus compliquée de la marque, a été adjugée CHF 763’858 (lot 2296, est. CHF 587’583-700’580), le prix le plus élevé jamais réalisé par ce modèle. Présentée pour la première fois à Baselworld en 2008 et extrêmement rare, cette répétition minutes, tourbillon et quantième perpétuel instantané en platine n’est que le troisième exemplaire de cette référence à apparaître sur le marché des enchères.

À la deuxième place, le chronographe monopoussoir à rattrapante et quantième perpétuel en platine, référence 5951P, n’est pas parvenu à dépasser son estimation haute. Il n’en a pas moins trouvé preneur pour CHF 479’106 (lot 2186, est. CHF 395’489-508’485). Sur la troisième marche du podium enfin, la répétition minutes et quantième annuel référence 5033/100P-001 a atteint CHF 465’547 (lot 2046, est. CHF 384’189-508’485). À noter qu’en quatrième position c’est une Richard Mille, le modèle limité à 30 exemplaires RM 012 en platine avec microstructures tubulaires, qui a trouvé preneur pour CHF 438’427 (lot 2180, est. CHF 271’192-361’590). Une bonne affaire tout de même pour le nouvel acquéreur, le prix neuf se situant toujours autour de CHF 530’000.

Cet engouement pour les pièces modernes.
À peine sorties des vitrines

Et c’est peut-être la chose qui frappe le plus dans cette session asiatique : la grande proportion de montres récentes, voire très récentes, certaines ayant encore leurs places en vitrine ! Les trois Patek Philippe du podium ont toutes été réalisées en… 2013. Rares sont celles, cependant, à dépasser leur prix neuf, à l’instar de cette Panerai PAM00507, de 2013 également : en bronze et titane, proposant les fonctions heures, minutes, petite seconde, date et indication de la réserve de marche, cette Luminor Submersible 1950 3 Days équipée du calibre automatique maison P9002 a été adjugée CHF 27’184 (lot 2442, est. CHF 13’735-20’602), plus de deux fois sa valeur à neuf de CHF 12’000.

Corollaire de cet engouement pour les pièces modernes, la quasi-absence de modèles anciens, à plus forte raison de montres de poche intéressantes. Seule exception notable, cette répétition minutes à quantième perpétuel et phase de Lune en or jaune (lot 2318, est. CHF 27’470-45’783). Certainement réalisée par un horloger des Montagnes neuchâteloises vers 1880-1900 pour le marché indien, cette pièce a été offerte par Mir Osman Ali Khan (1886-1967), septième Nizâm d’Hyderabad, à un fidèle sujet. Les Nizâm étaient la famille régnante de l’État princier d’Hyderabad, au centre de l’Inde. Au pouvoir depuis 1719, elle avait accumulé d’énormes richesses au fil des siècles. Le septième Nizâm, dont la fortune fut estimée à quelque USD 2 milliards en 1940, était un collectionneur invétéré : plus de 200 Rolls Royce et une liste interminable de diamants – dont le fameux Jacob Diamond de 184,5 ct – figuraient à son tableau de chasse. Déjà présentée et vendue par Sotheby’s à New York en avril 2011 pour USD 43’750, cette montre unique, gravée au dos, est cette fois partie pour « seulement » USD 38’685 (CHF 34’337).

Antiquorum lot 289 : Rolex Paul Newman  référence 6263 a été adjugé USD 231'750 (est. USD 50’000-70'000)
Beaucoup d’invendus

Antiquorum, pour sa part, n’a pas aussi bien réussi sa session de New York. Sur les 302 objets proposés, une bonne centaine n’a pas trouvé preneurs ! C’est beaucoup. Plus anecdotique : la mini-vente thématique Paul Newman, promue au rang d’événement par la Maison, n’a pas obtenu le succès escompté. La combinaison ainsi que le casque de pilote automobile ayant appartenu à l’acteur n’ont pas dépassé les USD 56’250, un prix se situant dans le bas de la fourchette (lot 288, est. USD 50’000-70’000). De plus, l’un des objets associés à ce thème, un set Heuer de deux compteurs de bord utilisés dans le film Le Mans, tourné en 1970 avec Steve McQueen, n’a pas trouvé acquéreur.

Il n’empêche : l’esprit de Paul Newman a bien plané sur Madison Avenue ce 9 avril, mais là encore de manière surprenante. Annoncée comme le lot phare de la vacation, une Patek Philippe référence 5102 Celestial a dû laisser la première place à une Rolex Paul Newman ! Réalisé en 1970, ce chronographe en acier référence 6263 s’est envolé à USD 231’750, plus de trois fois son estimation haute (lot 289, est. USD 50’000-70’000). La Patek Philippe quant à elle, une montre astronomique atypique avec une carte du ciel de l’hémisphère Nord, l’heure de passage de l’étoile Sirius et de la Lune au méridien ainsi que l’indication des phases de la Lune, a été adjugée USD 207’750 (lot 162, est. USD 150’000-200’000). Et sur la troisième marche, une Patek Philippe également : le chronographe de 1948 en or jaune référence 1463 a atteint le prix de USD 147’750 (lot 302, est. USD 120’000-180’000).

Haut de page