>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2021 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Richard Mille bientôt dans le club des marques milliardaires
Modes & Tendances

Richard Mille bientôt dans le club des marques milliardaires

mercredi, 13 janvier 2021
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

En 2020, Richard Mille aurait dû franchir le cap du milliard de francs de chiffre d’affaires, n’était-ce le Covid-19 qui a entraîné des retards de production. Ce n’est que partie remise pour cette Maison qui présentait en décembre dernier son chrono le plus compliqué. Question de marquer le coup à l’aube de la nouvelle année.

Dans l’ultra-luxe, « tout va très bien Madame la Marquise ». Cette rengaine, on aurait très bien pu l’entendre dans les couloirs de la manufacture Richard Mille aux Breuleux. Au terme de son exercice 2020, la Maison devait en effet rejoindre le club très fermé des marques horlogères ayant franchi le cap du milliard de francs de chiffre d’affaires et ce, à l’aube de son 20e anniversaire. Alors si le coronavirus en a décidé autrement, ce n’est certainement que partie remise, vu que depuis son lancement la marque n’a jamais pu satisfaire la demande. Comme le précisait au Temps fin octobre dernier Dominique Guenat, cofondateur de Richard Mille, les retards dus à la crise sanitaire, synonymes d’une fermeture d’usine pendant près de deux mois, ont en effet retardé cette échéance. En d’autres termes, alors que la marque prévoyait un volume de production de 5’200 montres pour l’année 2020, en ligne avec la progression de 10 à 15 % enregistrée au fil de ses exercices, elle doit se « contenter » de 4’300 pièces. Au prix moyen de ses montres proche des CHF 200’000, le compte est vite fait.

RM 27-04 © Richard Mille
RM 27-04 © Richard Mille

Il faudra donc attendre encore quelques mois pour voir Richard Mille devenir la 8e marque horlogère helvétique milliardaire, suivant le chemin tracé par Audemars Piguet en 2019. Faut-il s’étonner de voir ces deux Maisons au coude-à-coude ? On se souvient en effet qu’en son temps Audemars Piguet avait pris une participation de 10 % au capital de Richard Mille, qui, de son côté, travaille depuis toujours en collaboration avec Audemars Piguet Renaud et Papi au Locle pour la réalisation de certains de ses mouvements. En tout état de cause, Richard Mille se donne clairement les moyens de ses ambitions. Car si 2020 a été une année noire pour l’horlogerie helvétique, elle n’a certainement pas freiné les multiples projets de la Maison, surtout en seconde partie d’année. Projets sportifs notamment, avec l’entrée en lice de l’écurie automobile Richard Mille dans les épreuves d’endurance avec, au volant, quatre femmes pilotes. Projets artistiques également qui ont vu le danseur-chorégraphe Benjamin Millepied et le compositeur-chef d’orchestre Thomas Roussel participer au lancement de la RM 72-01 Chronographe Lifestyle Maison.

RM 71-02 Jessica © Richard Mille
RM 71-02 Jessica © Richard Mille

Côté produits, c’est tout d’abord la RM 27-04 qui a marqué les esprits, soit le 9e modèle développé pour Rafael Nadal en 10 ans de partenariat. Une montre d’exception, comme il se doit, avec son mouvement à tourbillon suspendu sous un tamis métallique pour un poids total de 30 grammes, bracelet inclus. Mais Richard Mille n’allait pas s’en contenter. Dans le registre féminin, qui représente aujourd’hui près de 40 % de ses ventes, la Maison invitait à faire connaissance de Bianca, Carmen, Diana, Donna, Gloria, Grace et leurs « copines ». « En 2018, Richard Mille lançait la RM 71-01 Tourbillon Automatique Talisman, une nouvelle collection à la fois puissante et féminine de 10 montres, puisant son inspiration à la fois dans l’Art déco et les arts premiers, explique la Maison. En 2020, la nouvelle RM 71-02 Tourbillon Automatique Talisman jaillit dans une éruption de pierres colorées célébrant l’énergie brute autant que le glamour empreint de l’indomptable liberté des années 1970. » Avec ces 10 nouveaux modèles, déclinés en séries limitées de 7 pièces intégralement serties selon des motifs et des assortiments de pierres différents, Richard Mille célèbre ainsi une décennie marquée par la musique électronique et le disco qui ont envahi les clubs de noctambules toujours en quête d’extravagance. Au cœur de la montre, le calibre tourbillon maison à remontage automatique.

RM 65-01 © Richard Mille
RM 65-01 © Richard Mille

C’est toutefois du côté technique que Richard Mille jouait sa dernière carte de l’année 2020 avec la RM 65-01, soit le chronographe le plus compliqué jamais sorti de ses ateliers ayant nécessité 5 ans de développement en collaboration avec Vaucher Manufacture pour l’orchestration de ses 480 composants. Pas question ici de série limitée, avec ce nouveau chrono automatique intégré à haute fréquence, doté d’une rattrapante, d’un quantième, d’un sélecteur de fonctions et d’un poussoir de remontage rapide – une première –, la Maison a voulu présenter une pièce d’usage quotidien conçue pour la décennie à venir. En d’autres termes, un garde-temps précis au 1/10 de seconde mais avec un affichage au 1/5 par soucis de lisibilité, résistant à tout avec son boîtier en Carbone TPT®, dont la légèreté n’a d’équivalent que la robustesse, et hautement fonctionnel avec ses codes couleur. Au prix de CHF 270’000, la nouvelle RM 65-01 a de quoi faire tourner les têtes !

Haut de page