>SHOP

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2018 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Richard Mille Talisman, un hymne à la femme
Nouveautés

Richard Mille Talisman, un hymne à la femme

mercredi, 11 juillet 2018
Fermer
Editor Image
Marie Le Berre
Rédactrice indépendante

“Comment le temps fait-il pour tourner rond dans des horloges carrées ? ”

Quino

« Porter à la connaissance du plus grand nombre des informations qui relèvent d’un secteur par trop méconnu. Vulgariser, au sens propre du terme. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Dans l’univers réputé très technique de Richard Mille, les montres féminines se sont frayé un chemin concordant couronné de succès. Avec les Talisman, l’heure est à l’émancipation.

Chez Richard Mille, les montres féminines ont fait leur apparition quatre ans après le lancement de la marque, en 2001. Elles répondaient à une prise de conscience, générale dans le secteur, de l’intérêt croissant des femmes pour les montres mécaniques. Aux automatiques lancées en 2005 ont succédé les manuelles à tourbillon lancées en 2009. Globalement, elles représentent aujourd’hui 25 à 30 % des ventes avec, en tête, les automatiques RM 07-01 Ladies (heures, minutes) et RM 037 Ladies (heures, minutes, grande date et indicateur de fonction) lancées en 2014 à l’occasion de l’Année de la femme Richard Mille. À noter également, le succès rencontré par l’édition limitée à 30 exemplaires de la RM 19-02 Fleur présentée en 2015. Avec son tourbillon qui se dévoile sous les pétales mobiles d’un camélia, c’est sans doute la pièce la plus radicalement féminine dans une collection généralement féminisée, composée de créations adaptées aux femmes plutôt que vraiment créées pour elles. Aurait-elle donné l’impulsion nécessaire à la création de la nouvelle RM 71-01 Talisman ? Belle surprise que sa découverte.

Ultra-féminines, les montres RM 71-01 Talisman n’en sont pas moins robustes et puissantes.
Un calibre manufacture

À l’évidence ultra-féminines, les montres RM 71-01 Talisman n’en sont pas moins robustes et puissantes, dotées d’un mouvement qui, malgré une apparence un peu frêle, ne déroge en rien aux exigences habituelles de la marque. Il s’agit en outre d’un calibre novateur, le premier doté d’un tourbillon à remontage automatique conçu à l’interne, huitième au rang des développements maison. Signe particulier, il est particulièrement resserré (30,7 x 23,7 mm), fin (6,2 mm) et léger (8 g), une prouesse corroborée par le choix des matériaux, essentiellement du titane, et la transparence de la construction. Platine et ponts dessinent un squelette aérien, composé d’axes longitudinaux cintrés qui épousent parfaitement la forme tonneau du boîtier, en dégageant une large vue sur le fascinant tourbillon. Cette conception a servi de fil rouge à la création des 10 cadrans savamment différenciés de la collection Talisman.

Talisman © Richard Mille
Talisman © Richard Mille

En général, les nouvelles collections de montres se présentent avec un design unique, décliné en différentes variantes selon les couleurs et les matériaux. Ce n’est qu’au fil du temps qu’une diversification plus marquée peut intervenir. Avec la RM 71-01 Talisman, Richard Mille modifie la donne : les 10 cadrans proposés d’emblée sont structurellement différents. Ils se distinguent par des compositions singulières de par leurs formes, leurs volumes et leurs décors. À la découverte du tourbillon automatique, « je me suis enthousiasmée et, plutôt que de me limiter à une idée, j’ai dessiné plusieurs versions. Très rapidement, il est devenu assez évident pour tout le monde que nous proposerions des versions distinctes », précise la créatrice. Ainsi est née l’idée d’une collection au sens de la Haute Couture ou de la Haute Joaillerie.

Aussi distincts soient-ils, les cadrans ont néanmoins un indéniable air de famille. Ils s’inscrivent parfaitement dans la structure du mouvement dont ils respectent, chacun à leur manière, les lignes et perspectives. Tous viennent couronner la cage de tourbillon dans un style qui conjugue Art déco et Arts premiers, à travers des motifs tantôt floraux, tantôt urbains composés avec de l’or rouge, de la nacre, de l’onyx et des pierres précieuses. Autant de talismans auxquels répondent en écho les décors du boîtier.

Une créatrice à la barre

Concept cher à Richard Mille, mouvement, cadran et boîtier forment un tout indissociable, ici des plus aboutis. Chaque cadran trouve son propre prolongement sur la lunette et la carrure. Droites et courbes dessinent une multiplicité de zones dûment harmonisées avec, caractéristiques de la marque obligent, la préservation des vis spline et des liserés de sécurité qui permettent d’assurer l’étanchéité aux bords intérieurs et extérieurs de la lunette. Qu’il soit en or rouge ou en or gris, le boîtier à fond saphir de 52,2 x 34,4 x 12,5 mm est richement orné de gravures et de pierres précieuses, diamants ou saphirs noirs, serties à grains ou neige, avec des gemmes de différents diamètres présentés sous différents angles.

Un cap est franchi : la féminité prend ses distances pour emprunter une voie exclusive chargée de promesses.

Au final, la collection RM 71-01 Talisman se compose de 10 modèles totalement singularisés, édités à 5 exemplaires chacun. Elle relève d’un concept qui associe Haute Horlogerie et Haute Joaillerie comme jamais, tant l’une et l’autre se combinent à merveille. On s’éloigne sensiblement des montres féminines Richard Mille précédentes, des automatiques avec leurs cadrans posés à plat sur une partie du mouvement, des modèles à tourbillon avec leurs boucliers ajourés illuminés de diamants ainsi que des versions à sculptures intégrées qui, bien que très sophistiquées, trouvent des pendants au masculin. Un cap est franchi : la féminité prend ses distances pour emprunter une voie exclusive chargée de promesses et ce, sous l’impulsion d’une femme.

Richard Mille Talisman

Sollicitée il y a trois ans pour donner un nouveau souffle aux collections féminines, la créatrice Cécile Guénat – fille de Dominique Guénat, ami et associé de Richard Mille – est issue du monde de la joaillerie : apprentissage technique chez un bijoutier de Lausanne et formation théorique à la Haute École d’Art et de Design (HEAD) de Genève avant de partir pour Londres et de travailler chez le designer Scott Wilson à la conception de bijoux pour diverses marques et maisons de couture. « Après avoir bien insisté sur le fait que je ne venais pas du monde de l’horlogerie, j’ai bien sûr accepté la proposition qui m’était faite, très motivée par mon désir d’essayer de conduire l’horlogerie vers quelque chose de nouveau », précise-t-elle. De fait, Cécile Guénat a réussi à créer pour Richard Mille une collection inédite et singulière, du sur-mesure de vaste ampleur !

Haut de page