>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Richemont crée son Campus Genevois de la Haute Horlogerie
Economie

Richemont crée son Campus Genevois de la Haute Horlogerie

mardi, 24 avril 2012
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

Initiative d’envergure pour Richemont à Genève. Le Groupe annonce un projet immobilier de CHF 100 millions devant abriter de nouvelles capacités de production et, surtout, un centre de formation innovant.

S’il est un maître mot qui est revenu tout au long de la conférence de presse tenue à Genève par Richemont en début de semaine, c’est bien celui de la transmission des savoirs. D’autant que, comme tout le monde le sait maintenant, les métiers de Haute Horlogerie sont « exigeants pour évoluer dans un environnement certes d’exception mais contraignant », selon les mots de Richard Lepeu, codirecteur général de Richemont. Cette préoccupation clairement affichée est à la base de l’initiative prise par le Groupe consistant à créer son Campus Genevois de la Haute Horlogerie.

« Un projet ambitieux, poursuivait Richard Lepeu, avec comme objectif d’ancrer les métiers horlogers et les métiers d’art au cœur de Genève via des modules de formation continue et certifiante. » « Les métiers de la Haute Horlogerie constituent en effet une classe à part, renchérissait Claude Vuillemez, de Stern Créations. Exigeant une créativité sans bornes, ils souffrent d’un manque de relève. En d’autres termes, les ressources humaines sont saturées et, globalement, nous manquons de spécialistes. »

Un projet comprenant trois nouveaux bâtiments

Le cadre étant posé, Richemont y a répondu à sa manière : en grand. Car ce Campus s’intègre dans une vision à long terme beaucoup plus large intégrant plusieurs manufactures du Groupe. Concrètement, 30’000 m2 de surface vont être construits sur un site à Meyrin, à proximité de Roger Dubuis, répartis en trois nouveaux bâtiments pour un investissement global de CHF 100 millions (USD 110 millions / EUR 83 millions). Outre le doublement de ses surfaces de production à Plan-les-Ouates, à un pas du centre-ville, genevois et son extension prévue à la vallée de Joux (VD), Vacheron Constantin va installer de nouveaux ateliers dans une partie des locaux de Roger Dubuis. C’est d’ailleurs Vacheron Constantin qui va inaugurer ce nouveau programme de formation en ouvrant dès septembre une dizaine de places d’apprentissage.

Sur dix ans, Richemont a prévu d'investir CHF 60 millions dans la formation et la recherche.

Autant pour la répartition des surfaces existantes, auxquelles viendront s’ajouter un édifice administratif dédié au groupe Richemont, à l’étroit dans son siège de Bellevue, un deuxième pour les ateliers genevois à venir de Van Cleef & Arpels et un troisième pour la Manufacture Stern Genève 1898, future fusion de Stern Créations (cadrans haut de gamme) et de la Manufacture genevoise de Haute Horlogerie (composants de mouvements 100 % Poinçon de Genève). C’est ce même bâtiment qui logera le centre de formation, lui-même couplé à un centre de recherche en horlogerie à créer au service du Groupe. Sur dix ans, Richemont a prévu d’investir CHF 60 millions (USD 66 millions / EUR 50 millions) dans la formation et la recherche. Dans ce contexte, l’appellation « Campus » prend tout son sens pour réunir à terme sur un même site plus de 900 collaborateurs, contre 400 actuellement. Les travaux de construction devraient débuter en septembre 2012.

La formation couplée à un centre de recherche

Côté formation, le projet est tout aussi ambitieux puisqu’il vise rapidement 45 postes à pourvoir, à comparer avec les 186 places d’apprentissage actuellement répertoriées dans l’ensemble du canton dans le secteur horloger. Si les premiers cursus seront orientés sur une Attestation de formation professionnelle (AFP) d’opérateur en horlogerie, ils devraient rapidement être complétés par des modules consacrés aux métiers d’art, devenus une des pierres angulaires de la Haute Horlogerie, voire aux activités dites « soft » comme l’informatique ou le commercial. La force du concept réside bien évidemment dans la proximité des ateliers des quatre manufactures du Groupe, privilégiant la formation duale, en parallèle aux AFP et autres Certificats fédéraux de capacité (CF). Des partenariats avec d’autres Maisons sont d’ailleurs à l’ordre du jour, comme c’est déjà le cas avec l’École d’horlogerie de Genève. Dans le même ordre d’idées, la formation a été pensée de manière évolutive, ouverte à de nouveaux concepts allant de pair avec la formidable marche en avant de la Haute Horlogerie.

« Si l’on songe que Jean-Marc Vacheron a engagé son premier apprenti en 1755 déjà, il était des plus naturels pour Vacheron Constantin de s’engager dans ce projet visant à susciter et encourager la passion des jeunes au sein de ce futur centre névralgique de Richemont », exposait Juan-Carlos Torres, patron de la Maison. Même son de cloche du côté de Roger Dubuis : « Il y a évidemment une raison géographique à la participation de la manufacture à cette démarche du Groupe, commentait Jean-Marc Pontroué, à la tête de la Maison. Mais au-delà, il faut bien identifier les défis auxquels nous sommes confrontés, à savoir l’innovation issue de la recherche et du développement, et la formation. Ce nouveau centre va certainement y répondre ».

Le Poinçon de Genève en filigrane

En filigrane, la montée en puissance des capacités de Richemont en matière de Poinçon de Genève, certification par excellence de la Haute Horlogerie, surtout depuis l’édiction de ses nouveaux critères, effectifs dès l’été 2012. Certification qui, rappelons-le, caractérise la totalité de la production Roger Dubuis, seule manufacture à pouvoir revendiquer une telle prouesse. Le conseiller d’État Charles Beer, en charge de l’instruction publique de la culture et du sport, a salué l’initiative, stratégique pour un canton qui connaît un tel dynamisme dans son secteur horloger. Initiative saluée également par la Fondation de la Haute Horlogerie, qui s’est résolument engagée sur le terrain de la formation depuis plusieurs années.

Haut de page