>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2020 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Riskers, une marque pour les « braves »
Culture

Riskers, une marque pour les « braves »

mercredi, 18 novembre 2020
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Riskers est désormais sur les rails avec des montres liées à des causes humanitaires et à ceux qui les portent, ces « hommes ordinaires qui font des choses extraordinaires ». Le produit : un garde-temps inspiré de la montre des « poilus ».

À première vue, avec Riskers, on pourrait facilement se croire dans un univers peuplé de militaires, fusil en bandoulière et jumelles à la main. D’autant que la devise de la Maison, « Design For Bravery », n’est pas sans évoquer le champ de bataille et l’indispensable force de caractère pour y survivre. Si cette impression n’est pas sans fondement, elle ne saurait à elle seule expliquer la raison d’être de Riskers, jeune marque qui débarque sur le marché après une levée de fonds sur Kickstarter. Car, aux yeux des fondateurs de Riskers, courage et altruisme vont de pair, deux valeurs fondamentales qui ne sauraient se limiter au théâtre d’opérations de la soldatesque. Il n’est reste pas moins que l’inspiration militaire en matière d’horlogerie a tout pour séduire. On ne saurait en effet trop rappeler l’importance qu’ont jouée les montres des différents corps d’armée non seulement pour définir le cahier des charges des garde-temps modernes mais également pour faire oublier la montre de poche, totalement inadaptée aux temps de l’action.

Une montre « généreuse »

C’est peu ou prou la genèse de Riskers. Séduit par un garde-temps dont il ignorait tout, Pierre Guerrier, cofondateur de Riskers alors encore en poste chez Piaget, apprend du journaliste qui la portait qu’il s’agissait là de la montre de poche de son grand-père, « bricolée » par un ami lui permettant de la porter au poignet plutôt que de l’oublier dans un tiroir. « J’ai alors commencé à faire des recherches et je suis très vite tombé sur la montre des “poilus”, ces soldats français de la Première Guerre mondiale qui avaient développé un vrai “artisanat des tranchées”, explique Pierre Guerrier. Au rang de leurs réussites, des montres de poche transformées de manière très ingénieuse en instruments de poignet, robustes, pratiques, lisibles. »

Riskers Prolog 1 et Albert Roche
Riskers Prolog 1 et Albert Roche

La montre Riskers avait trouvé ses racines. De fait, le premier modèle Prolog, jusqu’ici déclinée en différents « Chapters », présente un généreux boîtier galet en acier de 43 mm, réminiscence des pièces de gousset, avec une lunette amincie pour un maximum de lisibilité et une bélière qui prend position à 3 h en guise de protège-couronne. Glace bombée, aiguilles ajourées et sobriété du cadran avec date et chiffre « 12 » surdimensionné complètent la panoplie de cette montre au fonctionnalisme fringuant. Pour ce qui est de la motorisation, les modèles automatiques « Swiss Made » sont animés par des calibres STP, filiale de Fossile implantée au Tessin qui assure l’emboîtage et le réglage, et par des mouvements Ronda pour des pièces à quartz.

Les héros du quotidien

Autant pour le produit, qui pourrait presque passer pour un prétexte vers de plus nobles causes. Car chez Riskers, Maison inspirée par « ces hommes ordinaires qui font des choses extraordinaires », tous les modèles sont liés à un homme et à la cause qu’il défend. « De nos jours, on parle à tout-va de super-héros et de leurs super-pouvoirs alors que nous sommes entourés de vrais héros, poursuit Pierre Guerrier. Des personnes bien réelles engagées au quotidien dans des projets incroyables qui méritent attention et soutien. Ce sont ces gens-là dont nous voulons raconter les histoires. Il n’est ainsi pas question d’attirer l’attention via des partenaires choisis pour leur notoriété sur les réseaux sociaux. Chez Riskers, nous croyons en l’homme et nous avons décidé de soutenir des causes humanitaires en les associant à notre démarche et à une partie du produit de nos ventes. Telle est notre définition de l’authenticité, dont on parle tant dans les milieux horlogers. »

Riskers Chapter 2 et les Troupes de Montagne
Riskers Chapter 2 et les Troupes de Montagne

Comme tout a commencé par les poilus, Riskers s’est attaché au pas d’Albert Laroche, premier soldat de France, selon les termes du général Foch prononcés en 1918, un parfait anonyme aux faits d’arme proprement ahurissants. Et à travers Albert Roche, c’est à l’Œuvre nationale du Bleuet de France que Riskers s’est intéressé, soit une association qui soutient les anciens combattants, veuves de guerre, pupilles de la Nation, tout comme les militaires actuellement engagés. Guillaume d’Aboville, qui chapeaute Enfants du Mékong, une ONG fondée au Laos en 1958 qui s’occupe du parrainage d’enfants démunis dans les pays du Sud-Est asiatique, est un deuxième « brave » dans la troupe Riskers. Il est accompagné par le guide, médecin et aventurier Pierre Muller, engagé aux côtés de Douleurs Sans Frontières, association qui vient notamment en aide aux personnes atteintes de stress post-traumatique au sein des populations civiles des pays en guerre. Et c’est encore sans compter les Troupes de Montagne, brigade de l’armée de terre française, qui ont trouvé en Riskers le partenaire recherché pour façonner une montre à leur image. Un choix qui s’est porté, selon le général Grive, vers « une petite équipe soudée à la rude école de la Haute Horlogerie. Dynamique, accessible. Et qui se lance agrippée à ses valeurs, dans une belle aventure “risquée”. Ça nous parle et ça nous plaît ». Parole de soldat ! De ceux, précisément, dont s’occupe Entraide Montagne, autre association qui soutient les militaires de montagne blessés en opération ou à l’entraînement. Là également Riskers est de la partie.

Fort de cette philosophie, Riskers part à la conquête du monde après une levée de fonds sur Kickstarter. De quoi tenir côté production, avec des démarches en cours auprès de partenaires bancaires potentiels. La pandémie mondiale ne rend certes pas cette phase de démarrage des plus aisées. Mais Riskers ne manque pas d’atouts avec une équipe soudée et aguerrie, dont plusieurs anciens de Richemont, des montres typées et accessibles (< € 1 500 pour les pièces mécaniques ; < € 600 pour les pièces à quartz), de bons leviers digitaux pour assurer la communication et les ventes en ligne, et un univers qui suscite immanquablement l’adhésion.

Haut de page