>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Roulez bolides !
Histoires de montres

Roulez bolides !

mercredi, 09 mars 2016
fermer
Editor Image
Mathilde Binetruy
Journaliste indépendante

“Et pourtant, elle tourne.”

Galilée

Le premier événement auquel elle a assisté, c’était la Coupe du Monde de football en 1998. Depuis, c’est le SIHH et Baselworld qu’elle vit de l’intérieur. Là aussi, on y joue la montre.

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Prenez, dans le désordre, Patrick Dempsey, les Mille Miglia, quelques chronos… Mélangez et secouez énergiquement. Accompagnez le tout d’une bonne dose de testostérone, d’une rasade d’adrénaline et d’un zeste de vitesse. Et dégustez sans attendre le menu 2016 du Salon international de l’automobile de Genève.

Une fois n’est pas coutume, la star du jour au Salon international automobile de Genève n’est pas une voiture, mais son pilote : Patrick Dempsey. L’homme poussait une pointe du côté de Palexpo pour inaugurer le stand exceptionnel de 1 000 m2 de la marque horlogère dont il est l’ambassadeur, TAG Heuer. Du haut de son aura de Dr Mamour dans la série Grey’s Anatomy, l’acteur, désormais au volant d’une Porsche dans son écurie Dempsey Racing, rameute les foules. Essayer de rassembler autant de monde pour un événement horloger est en temps normal aussi impossible que connaître la suite des aventures de Star Wars. Alors, bien sûr, cela ravit la marque de La Chaux-de-Fonds dirigée par Jean-Claude Biver. L’idée, c’est de fêter les différents partenariats maison. Cinq bolides rutilants témoignent d’ailleurs de son vif attachement au milieu automobile. Ils ont moins de succès que Patrick Dempsey, mais, pour reprendre l’expression que ce dernier glisse tandis qu’une femme parvient à franchir le barrage des coulisses pour obtenir une dédicace-Graal : « It’s okay! » En bon français dans le texte : « Ça roule ! »

Patrick Dempsey, ambassadeur TAG Heuer © TAG Heuer
Mécanique du plaisir

Ça n’a jamais aussi bien roulé, d’ailleurs, entre l’horlogerie et l’automobile. Un étage plus haut, Chopard tient aussi audience. Sur l’estrade trône un chevalet avec un tracé de la 34e course automobile Mille Miglia (du 19 au 22 mai 2016), dont la marque est partenaire et chronométreur officiel depuis 1988. L’histoire, le mythe, la beauté d’un parcours qui débute et se termine à Brescia – traversant la moitié de l’Italie avant et après Rome –, serrer la main du coprésident de Chopard, Karl Friedrich Scheufele, voilà ce qui branche ici l’assistance. L’ambiance qui règne dans la salle est studieuse. Combien de vieux briscards du monde automobile sont présents ? Ce sont des passionnés, des mordus de belles mécaniques, épris de détails techniques, de nombre de tours/minute et d’alternances/heure. Ils sont venus pour le partage et le plaisir de découvrir la nouvelle montre présentée ce jour : la Mille Miglia 2016 XL Race Edition.

Jacky Ickx et Karl Friedrich Scheufele © Chopard

Le coprésident de Chopard n’est pas étranger au partenariat que sa marque noue avec la compétition automobile : c’est un grand fan de voitures anciennes. Il a d’ailleurs appris à conduire dans un modèle de collection appartenant à son père et prend chaque année le départ des Mille Miglia aux côtés de Jacky Ickx. C’est précisément parce qu’il voyait entre l’horlogerie et l’automobile un véritable lien qu’il a décidé de soutenir l’événement et de créer des montres inspirées des deux univers. On ne saurait lui donner tort, tous deux ont une histoire commune.

Ces partenariats attestent qu’une belle mécanique reste une boîte à fantasmes.
Les horlogers au volant

Flash-back. Quand Jack Heuer crée la mythique Carrera en 1963, le succès est si soudain qu’elle devient une icône. Ce n’est pas à proprement parler une date fondatrice pour les relations entre les deux mondes – Alfred Dunhill avait précédemment proposé des équipements adaptés aux pilotes –, mais c’est un virage important. Le message est désormais clair : il y a du potentiel. Pour la plupart des marques horlogères et automobiles, c’est alors le début d’une nouvelle ère. Elles vibrent à l’unisson. Au fil des ans, les partenariats se multiplient : tout est bon pour faire la promotion de ce qui se trame sous un capot ou dans un boîtier. Les rapprochements entre Breitling et Bentley, Hublot et Ferrari, Richard Mille et Aston Martin, Parmigiani Fleurier et Bugatti ne sont donc pas des erreurs de parcours. Ces partenariats attestent qu’une belle mécanique est et restera une boîte à fantasmes. Alors pourquoi ne pas étendre l’osmose au monde de la course ? TAG Heuer est ainsi devenu partenaire et chronométreur officiel du championnat FIA de Formule E, Blancpain réitère son engagement dans le Lamborghini Blancpain Super Trofeo, Rolex signe la montre officielle des 24 Heures du Mans et s’arroge le statut de chronométreur officiel et montre de la F1. On note également le soutien de Richard Mille au sein des écuries McLaren Honda et Hass F1 Team et l’arrivée de TAG Heuer aux côtés de Red Bull Racing.

Nouveau partenariat horloger et automobile pour Richard Mille et Aston Martin © Aston-Martin
Bolides aux poignets

Côté vintage, l’horlogerie a également trouvé son bonheur dans des événements rassemblant une armée de nostalgiques de la voiture d’antan. Richard Mille, par ailleurs grand collectionneur de quatre roues à haut potentiel de désirabilité, participe au Mans Classic et au Concours d’élégance de Chantilly. Zenith s’est rapproché du Tour Auto. Chopard organise le Grand Prix de Monaco historique.

Ces chronos virils permettent de vivre une existence de pilote par procuration.

Au tour des principaux intéressés maintenant : les pilotes. Leur job étant tout sauf un jeu d’enfant – même s’ils font rêver le grand enfant qui sommeille en chaque supporteur –, les horlogers leur facilitent la tâche. Lire l’heure au volant de leurs bolides étant complexe et dangereux, ils imaginent des chronos techniques spécialement développés pour leur poignet. On n’aurait guère pu trouver meilleur vecteur de promotion en sachant que le sport automobile brasse des milliards. C’est ainsi que Richard Mille soutient Sebastien Loeb et Felipe Massa, qu’Audemars Piguet garde Michael Schumacher dans son écurie et que TAG Heuer couve Patrick Dempsey.

La bonne nouvelle, c’est que ces montres « automobiles » sont accessibles au commun des mortels, c’est-à-dire à tous ceux qui n’ont pas la chance de monter dans une voiture de course. Ces chronos virils, dont le design est plein de clins d’œil au milieu du sport auto, permettent de vivre une existence de pilote chevronné par procuration. Leur succès semble d’ailleurs indiquer que la profession de pilote passe devant celle de docteur sur la liste des métiers les plus prisés des garçons. Foi de Patrick Dempsey

Haut de page