>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Royaume-Uni : spécificités et perspectives du marché...
Economie

Royaume-Uni : spécificités et perspectives du marché horloger

Wednesday, 24 February 2010
Par Michael Balfour
fermer
Michael Balfour

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Le bilan, au demeurant positif, de la 20e édition du Salon International de la Haute Horlogerie reflète parfaitement l’état du marché en 2009 au Royaume-Uni. Une situation qui se résume en quelques mots : « il faut se serrer la ceinture ».

L’un des exemples londonien les plus marquants tient à la fermeture du département horloger de Theo Fennell qui, à contre cœur, a renoncé à sa concession dans l’espace horloger de Harrods, tout en faisant appel à son ancienne directrice générale, Barbara Snoad. De son côté, s’il a certes conservé un portefeuille considérable d’actions dans cette société cotée en bourse, Theo Fennell se concentre désormais sur son activité dédiée au design international.

L’un des principaux bénéficiaires des changements en cours est le Groupe Veso, dirigé par Alastair Laidlaw qui n’est autre que le créateur du magasin Jura Watches à Mayfair et le propriétaire de la Watch Gallery située, depuis mai 2009, à deux pas de Theo Fennell. De taille modeste mais très fréquentée, la boutique Jura Watches a commencé, vers la fin de l’année dernière, à vendre des montres Sinn rapidement devenues l’une des marques phares du magasin. La Watch Gallery offre également un large choix de modèles parmi lesquels des garde-temps Bell & Ross, Bremont, Chronoswiss, Girard-Perregaux, Graham, Jaeger-LeCoultre (JLC), Panerai, Parmigiani, Speake-Marin, TAG Heuer et Zenith. Selon Alastair Laidlaw, ce sont les marques JLC et Panerai qui tirent leur épingle du jeu. Une riche sélection qui sera complétée par le retour de la marque IWC dès avril 2010.

Commerce en ligne fructueux

La troisième entité du Groupe Veso, www.thewatchdepartment.co.uk, a été créée afin de répondre à la demande croissante d’achats en ligne. Durant la période qui précède les fêtes de Noël, Alastair Laidlaw a ainsi enregistré de fortes demandes pour des pièces financièrement plus accessibles ou des modèles de luxe plus éclectiques. La nouvelle marque Jorg Gray connait d’ailleurs un succès remarquable, probablement du fait que le président Obama a jeté son dévolu sur une Jorg Gray 6500 Chronographe.

 

Premier revendeur de montres Rolex sur le territoire britannique, Goldsmith compte toujours cette marque parmi ses produits-phares.

Autant pour une entreprise privée qui colle à la réussite. Par ailleurs, on trouve le détaillant Goldsmith (160 boutiques), fondée en 1779 avec un premier magasin à Newcastle toujours ouvert. Très tôt, cette chaîne a fabriqué le Trophée de la Coupe d’Angleterre de football, un évènement annuel majeur au Royaume-Uni, ainsi que celui de la Ligue de Rugby. Premier revendeur de montres Rolex sur le territoire britannique, Goldsmith compte toujours cette marque parmi ses produits-phares et développe un commerce en ligne des plus fructueux portant notamment sur les marques TAG Heuer, Omega, Emporio Armani, Gucci, Tissot, Raymond Weil et Longines. Des modèles de la marque Ebel sont désormais également disponibles sur le site.

Symbole de l’incroyable période dans laquelle nous vivons, TAG Heuer, Tissot et probablement d’autres marques explorent activement le potentiel de Holition, un système récent de webcam en ligne basé à Londres qui permet d’essayer « virtuellement » une montre en admirant l’effet sur son poignet. Pour information, la Fédération de l’industrie horlogère suisse indiquait récemment que huit marques sur dix ne disposaient toujours pas de points de ventes mono-marques en ligne. Le marché est donc plus que prometteur.

Optimisme timide pour 2010

Le Groupe Goldsmith coté en bourse possède également un département “occasion”, représentant officiel dans ce secteur de marques telles que Breitling, Cartier, Patek Philippe ou Rolex. Moins importante en terme de taille, la société David Duggan, sise à la Burlington Arcade de Mayfair, s’est elle aussi spécialisée dans la vente de montres anciennes mais à titre privé. Si elle se consacre essentiellement aux marques les plus emblématiques, il lui est toutefois difficile de rivaliser avec les ventes aux enchères des Maisons reconnues. Elle est cependant parvenue à maintenir le niveau général de ses prix, excepté certaines pièces Rolex très rares moins prisées récemment auprès des collectionneurs. Il en ressort également que les modèles Longines, Omega et Vacheron Constantin datant du début des années 50 et des années 60 sont bien en dessous de leur valeur, même en ces temps de crise.

Comme chacun le sait, les exportations de montres suisses haut de gamme ont connue une diminution drastique depuis plus d’un an. Dans l’ensemble, cela s’est traduit par une baisse des importations horlogères suisses au Royaume-Uni de 15,1% en 2009 à CHF 544,5 millions ($ 506,4 mios). Une baisse qui a changé la physionomie du marché horloger. Certains revendeurs de montres se sont intéressés à des marques moins réputées pour se concentrer sur des modèles originaux et complexes en éditions limitées, à l’instar de Marcus, dans Old Bond Street. Son propriétaire Marcus Margulies, en fin stratège du marketing, va lancer en juin 2010 plusieurs éditions limitées d’au maximum 200 à son enseigne, collections signées Audemars Piguet, Corum, F.-P. Journe, Greubel Forsey, HD3, Hublot ou Richard Mille.

La Maison William & Son a elle aussi pignon sur rue à Mayfair dans le domaine des montres de luxe. William Asprey propose des marques telles qu’Arnold, Audemars Piguet, Charles Oudin (pour femmes), De Bethune (revendeur exclusif), F. -P. Journe (en exclusivité), Graham, H. Moser & Cie (en exclusivité), Jaeger-LeCoultre, Romain Gauthier (en exclusivité) et Piaget.

Qu’en est-il des marques indépendantes suisses haut de gamme qui disposent de leurs propres réseaux de distribution ici au Royaume-Uni ? Selon Leonard Thompson, de Girard-Perregaux et JeanRichard, « les résultats de l’année 2009 pour GP sont au-delà de mes espérances, notamment pour ce qui est de la ligne « 1966 ». D’après ce que j’ai pu voir ou entendre, cela correspond à des perspectives 2010 répondant à un optimisme timide.

Haut de page