>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Séduction mécanique
BaselWorld

Séduction mécanique

mercredi, 29 mars 2017
Fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
7 min de lecture

Si la femme est l’avenir de l’homme, elle est aussi celui de l’horlogerie. Depuis quelques années, les Maisons ont bien compris tout le potentiel de cette clientèle aussi sensible aux charmes d’un tourbillon bi-axial qu’à ceux d’un mouvement squelette. Baselworld 2017 s’en est fait l’écho.

En matière d’horlogerie, les femmes, c’est bien connu, sont des personnes de peu d’inclination pour la chose mécanique. Donnez leurs quelques diamants et vous les verrez glousser de contentement, comme Marilyn, qui avouait reconnaître en eux « ses meilleurs amis ». Même si de tels poncifs ont la vie dure, ils ont fort heureusement perdu de leur pertinence au sein de la gent horlogère. Cela fait des années que les Maisons déclarent à l’envi en avoir fini avec la tradition voulant que l’on « servait » aux femmes des montres masculines déclinées en petites tailles. Il est en effet loin le temps où seul comptait l’« habillage » d’une montre dame, censé masquer somptueusement la vacuité de son cœur qui n’émouvait personne. Les mouvements à quartz restent certes monnaie courante dans les montres dame actuelles, notamment dans les pièces joaillières. Cela n’empêche pas les manufactures d’insister sur les efforts consentis pour développer ex nihilo des calibres pensés et conçus pour les amatrices de belle horlogerie. Et si de telles assertions sont devenues des arguments de plus en plus pertinents, c’est qu’ils touchent désormais une corde sensible.

Omega Speedmaster 38 mm
Omega Speedmaster 38 mm
Relais de croissance au féminin

Ce soudain intérêt des Maisons horlogères pour leur clientèle féminine n’est pas né d’un quelconque désir de combler un coupable oubli. Au moment même où les marchés de la montre pour homme commençaient à donner des signes d’essoufflement pour cause de saturation, il est devenu très opportun d’identifier leurs compagnes comme d’excellents relais de croissance. Des relais au demeurant tout à fait consentants. Pour quelle raison la montre mécanique serait-elle restée l’apanage des hommes ? À mesure que les marques présentaient leurs modèles dame équipés de mouvements de manufacture, le public pour les accueillir gagnait ainsi en force et en puissance. Dans un premier temps, les horlogers se sont donc ingéniés à répondre à ce nouvel engouement avec des montres certes mécaniques mais qui jouaient encore pleinement la carte de la féminité, notamment avec des complications « poétiques » comme l’indication des phases de lune multipliée jusqu’à saturation. C’était encore une fois se leurrer sur la profondeur du marché. Quand les Maisons se sont rendu compte que nombre de femmes se reportaient par défaut sur des modèles masculins, elles ont enfin compris que toute distinction devenait superflue, voire préjudiciable.

Patek Philippe Calatrava Squelette référence 5180
Patek Philippe Calatrava Squelette référence 5180

Comme on a pu s’en rendre compte à Baselworld, il n’est pratiquement plus de registre horloger qui échappe à une déclinaison féminine, et c’est tant mieux. L’empierrage n’a évidemment pas disparu de la surface des montres dame, symbole désuet mais néanmoins omniprésent, mais il n’est de loin plus le seul critère qui attire l’œil des amatrices, tant s’en faut. Omega l’a bien compris pour proposer désormais son emblématique chronographe Speedmaster dans une version de 38 mm de diamètre qui a pour principaux atours ses remarquables performances mécaniques, avec échappement co-axial, enrobées d’un cadran soleillé bleu et d’une lunette en aluminium bleue également avec échelle tachymétrique. Un vrai chrono, sans pierres ni phases de lune, celles-ci étant réservées, une fois n’est pas coutume, à une déclinaison plus masculine de la gamme, en référence à l’historique de cette montre « lunaire » choisie par la Nasa. La montre sportive, utile et robuste, ayant désormais investi les poignets féminins, il n’y avait aucune raison pour qu’elle ne gagne pas l’univers aquatique. C’est désormais chose faite avec les plongeuses Happy Ocean de Chopard et Patravi Scuba Tech de Carl F. Bucherer, toutes deux équipées d’un calibre mécanique.

Chopard Happy Ocean
Chopard Happy Ocean
Toujours plus technique

Après ces préliminaires d’excellent augure, les plus convaincues n’allaient assurément pas s’arrêter en si bon chemin. D’autant qu’un calibre mécanique avec ses parties mobiles, rouages et échappement, comme ses composants fixes, platine et ponts, recèle une beauté intrinsèque qui ne saurait laisser insensible toute personne pour qui cette imbrication technique s’apparente à un tableau « vivant » et mystérieux. Adieu cadran de nacre sculpté, oublié la peinture miniature sur émail, place aux pivots, pignons, raquettes et autres balanciers-spiraux qui offrent un spectacle autrement saisissant pour qui sait en apprécier la rigueur géométrique. Ajourage des cadrans et mouvements squelettes font ainsi leur apparition au cœur même de l’offre qui intéresse désormais les femmes, comme chez Patek Philippe, qui célèbre les 40 ans de son fameux calibre 240 extra-plat avec une Calatrava référence 5180/1. « Le raffinement et la transparence avec lesquels le calibre 240 SQU met en scène le passage du temps en font une véritable œuvre d’art miniature en mouvement », explique la Maison. Même démarche chez Corum et sa Golden Bridge Rectangle équipée du fameux mouvement baguette qui a fait les belles heures de l’horloger, ou encore chez Bulgari, qui propose une Serpenti Incantati Tourbilllon Lumière dont « le mouvement mécanique à remontage manuel ciselé dans l’or a été finement sculpté et ajouré pour laisser entrer la lumière au cœur de la montre grâce à ses glaces saphir ». Chanel n’est pas en reste avec sa Première Camélia Squelette munie du deuxième mouvement maison de la marque, fruit d’une recherche poussée pour faire de ce calibre une fleur de camélia mécanique.

Bulgari Serpenti Incantati Tourbillon Lumière
Bulgari Serpenti Incantati Tourbillon Lumière

Comme la technique ne rebute plus, bien au contraire, les Maisons horlogères ont bien compris tout son pouvoir de séduction lorsqu’elle est mise à nu. Graff réalise ainsi un Tourbillon floral conjuguant un parterre de fleurs en émail avec un tourbillon. Plus technique, la Breguet Tradition Dame 7038 qui positionne les principaux composants du mouvement côté face dans une approche néo-rétro qui exerce toute sa fascination. Encore plus techniques, la TAG Heuer Carrera Heuer 02T qui voit son chrono apparent avec tourbillon sobrement rehaussé par un rang de diamants baguette sur la lunette ou la Hublot MP-09 Tourbillon Bi-Axis, une véritable pièce d’ingénierie horlogère pour les plus férues de micromécanique de pointe. Même les horlogers créateurs indépendants qui, pendant longtemps, ont considéré les femmes comme des entités négligeables ont dû retourner leur veste. Après Urwerk, notamment, c’est au tour de Romain Gauthier de proposer une Insight Micro-Rotor dont la douceur est une composition toute… mécanique !

Haut de page
IWC Da Vinci Automatic Phase de lune 36
Nouveautés
SIHH, honneur aux dames
lundi, 09 janvier 2017
8 min de lecture
6
Chopard Esprit de Fleurier Peony L.U.C XP 35mm
Regards de connaisseurs
Des montres « tout feu, tout flamme »
vendredi, 04 novembre 2016
9 min de lecture
5
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Histoire & Pièces d'exception
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5