>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

SIHH 2018, les coups de cœur du FHH Journal
SIHH

SIHH 2018, les coups de cœur du FHH Journal

vendredi, 16 février 2018
Par La rédaction
fermer
La rédaction

Lire plus

CLOSE
7 min de lecture

Le temps de laisser retomber l’effervescence du Salon International de la Haute Horlogerie, le temps de se laisser imprégner par les nouveautés de l’année, de se laisser charmer et voilà la sélection de la rédaction : 10 montres qui inspirent et font rêver, 10 coups de cœur horlogers.

A. Lange & Söhne Triple Split

Avec sa Triple Split, A. Lange & Söhne réalise le chronographe à rattrapante ultime. Ce dernier permet de réaliser une mesure non pas sur une minute, comme c’est généralement le cas, mais sur 12 heures ! Cependant, c’est ici encore la forme qui, à mes yeux, l’emporte sur le fond. Avec son magnifique mouvement aux finitions exceptionnelles, cette montre attire immanquablement le regard côté fond plutôt que côté cadran. Que voulez-vous, quand on aime les pièces de Glashütte, on ne peut pas oublier la beauté de leur mécanique. (Grégory Gardinetti)

Triple Split © A. Lange & Söhne
Triple Split © A. Lange & Söhne
Baume & Mercier Clifton Baumatic

Nous attendions depuis longtemps un grand « coup » de Baume & Mercier, qui a une place à part dans de nombreux cœurs passionnés de belle horlogerie. Coup magistral s’il en est avec le premier mouvement maison de la marque nommé Baumatic. Même s’il ne s’agit pas là à proprement parler d’un mouvement maison, étant donné que Baume & Mercier, dépourvu d’outil industriel, a bénéficié de l’ensemble des compétences du groupe Richemont, il n’en est pas moins « game changer » qui introduit de nouveaux standards dans un segment très compétitif : spiral en silicium, entretien espacé, précision chronomètre, résistant aux champs magnétiques et… 5 jours de réserve de marche pour un prix de moins de CHF 3 000.- ! Présenté ici dans une boîte classique Clifton, nul doute que ce mouvement se prépare un bel avenir au sein d’une marque qui pourrait voir son blason redoré grâce à ce pas majeur vers la qualité et le client. (Pascal Ravessoud)

Clifton Baumatic © Baume & Mercier
Clifton Baumatic © Baume & Mercier
Cartier Montre Tank Cintrée

Le SIHH 2018 a encore une fois donné l’occasion aux marques de faire revivre leurs icônes horlogères. Le vainqueur de cette bataille nostalgique est encore Cartier avec sa Tank Cintrée. Longtemps ignorée par la marque, cette montre créée en 1921 revient avec un design quasi identique : ligne svelte et galbée qui épouse parfaitement les courbes du poignet de tout Dandy du XXIe siècle voulant s’abreuver aux sources du passé. Une très belle réussite pour la marque, qui souhaite se recentrer sur ses modèles historiques. (Alex Ballmer)

Tank cintrée © Cartier
Tank cintrée © Cartier
Girard-Perregaux Neo Tourbillon sous Trois Ponts

La robustesse d’un boîtier en titane conjuguée à l’élégance des trois ponts Girard-Perregaux trônant sous un verre saphir inrayable, voilà qui suffit déjà à convaincre. Le mouvement plutôt complexe ne semble absolument pas faire obstacle à sa transparence. Avec ses ponts cintrés qui « tiennent » la composition, le mouvement squelette se révèle ici équilibré et harmonieux. Un choix signé Girard-Perregaux qui donne à sa signature emblématique une nouvelle architecture tout à la fois intense et aérienne. Une pièce qui en impose par son boîtier de 45 mm, conçu toutefois pour flotter sur le poignet ! (Mehdi Fazlija)

Neo Tourbillon Sous Trois Ponts Squelette © Girard-Perregaux
Neo Tourbillon Sous Trois Ponts Squelette © Girard-Perregaux
Montblanc 1858 Geosphere

Pour peu que vous soyez un amoureux du bronze, matériau chaud et vivant, pour peu que le design rétro des montres du passé ne vous laisse pas insensible, pour peu enfin que les modèles robustes taillés pour l’aventure sachent vous séduire, alors n’attendez pas un instant de plus, car cette Montblanc 1858 Geosphere avec boîtier bronze est une édition limitée. Elle a certainement déjà fait de l’œil aux plus placides avec ses deux hémisphères cartographiés en guise de fuseaux horaires, une complication utile, ludique et franchement irrésistible. Avec bracelet de force, c’est du bonheur à l’état pur. Les plus lents pourront toujours se rabattre sur la version acier… (Christophe Roulet)

1858 Geosphere © Montblanc
1858 Geosphere © Montblanc
Officine Panerai Luminor Due 3 Days Automatic Acciaio 38 mm

Avec ce boîtier à la silhouette amincie, on aurait pu craindre que Panerai perde son âme en cherchant de manière trop visible à élargir ses horizons commerciaux. Rien de tout cela : la maison italienne est parvenue à adapter son design iconique révélé en 1950 sans se priver d’une once de ce qui a fait son succès depuis lors. Le boîtier coussin en acier, l’imposant protège-couronne de remontage, le cadran de construction sandwich, le mouvement automatique de manufacture assurant 3 jours de réserve de marche et l’indication de la date… Rien ne manque dans ce format de 38 mm, le plus petit jamais produit par Panerai, qui a le bon goût de faire de l’œil aux dames sans en avoir l’air. Mon coup de cœur indiscutable lors de ce SIHH 2018 ! (Marie de Pimodan)

Luminor Due 3 Days Automatic Acciaio 38 mm © Panerai
Luminor Due 3 Days Automatic Acciaio 38 mm © Panerai
Piaget Altiplano Ultimate Automatic 910P

Élégante, raffinée, contemporaine, cette Piaget Altiplano Ultimate Automatic 910P est d’une beauté à se pâmer. Avec une épaisseur de seulement 4,30 mm, Piaget confirme sa prédominance dans l’univers de la montre extra-plate. Une fois de plus, la manufacture excelle et remporte un record de finesse, faisant preuve d’une maîtrise technique hors du commun. En utilisant le terme « Ultimate », Piaget serait parvenu aux limites de l’extra-plat dans l’univers des montres automatiques ? Avant d’en avoir confirmation, pourquoi pas l’essayer ! (Isabelle Zakher)

Altiplano Ultimate Automatic © Piaget
Altiplano Ultimate Automatic © Piaget
Ressence e-Crown

Dans le meilleur des mondes, une montre mécanique serait aussi précise qu’une horloge atomique. Dans le meilleur des mondes, les plus grands designers de produits et d’interface parleraient aux horlogers traditionnels. Dans le meilleur des mondes, on arrêterait de considérer les montres connectées comme de simples extensions du téléphone. Avec la Type 2, Ressence et Tony Farrell, inventeur de l’iPod, ont enfin réuni ces deux mondes. Une future montre iconique ? Elle en a toutes les caractéristiques. Dans le meilleur des mondes, faut-il le rappeler, les garde-temps seraient enfin construits pour les acheteurs finaux et leurs petites sœurs connectées ne seraient plus de simples extensions du téléphone. Et si le futur commençait avec la Type 2 ? (Raphaël Ly)

Type 2 e-Crown Concept © Ressence
Type 2 e-Crown Concept © Ressence
Richard Mille RM 53-01

C’est la montre qui restera LA « talking piece » de ce SIHH 2018. Comme d’habitude, serait-on tenté de dire. Mais tout de même, il est fort, ce Richard Mille ! Conçue pour le joueur de polo argentin Pablo Mac Donough, la RM 53-01 possède quelques caractéristiques qui la rendent indestructible – ou presque. Il y a d’abord ce qui ne se voit pas : la glace saphir est en fait un verre feuilleté à l’intérieur duquel les ingénieurs ont intercalé un film de polyvinyle. Comme un pare-brise de voiture, il ne volera jamais en éclats. Et puis, il y a ce câble d’acier tressé, que l’on croirait destiné à un téléphérique s’il n’avait pas 0,27 mm de diamètre. Maintenu par 10 poulies et 4 tendeurs, il suspend le mouvement au milieu du boîtier pour une résistance au choc inégalée. Du grand art ! (Fabrice Eschmann)

RM 53-01 Tourbillon Pablo Donough © Richard Mille
RM 53-01 Tourbillon Pablo Donough © Richard Mille
Voutilainen 217 QRS

L’interprétation septentrionale de l’horlogerie par Kari Voutilainen ne me lasse jamais, et la montre 217 QRS ne fait pas exception. La dernière-née de l’horloger finnois se laisse découvrir – j’allais dire « apprivoiser » –, petit à petit (un peu comme son créateur). Il faut prendre le temps de l’admirer, de la scruter afin de vraiment en apprécier toute la subtile harmonie. Derrière le splendide cadran guilloché bleu se cache un mécanisme efficace indiquant l’heure de manière traditionnelle ainsi qu’un affichage rétrograde de la date tout en douceur. De quoi vous faire attendre la fin de chaque mois avec impatience ! (Emmanuel Schneider)

217 QRS © Kari Voutilainen
217 QRS © Kari Voutilainen
Haut de page