>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Sotheby’s dévoile à New York un secret bien gardé de Patek...
Culture

Sotheby’s dévoile à New York un secret bien gardé de Patek Philippe

vendredi, 06 juin 2014
fermer
Editor Image
Fabrice Eschmann
Journaliste indépendant

“Il faut se méfier des citations sur Internet !”

« Une grande histoire aux multiples auteurs : ainsi en est-il de la vie. Ainsi en va-t-il aussi de l’horlogerie. Sans rencontres, point d’histoire. »

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

Entre 2000 et 2004, la manufacture de Plan-les-Ouates a réalisé quelques pièces en titane pour un collectionneur privé. Des références jamais divulguées et inconnues du grand public. Elles apparaissent aujourd’hui à la faveur de la mise en vente de cette collection hors norme.

New York se prépare à nouveau à devenir le centre du monde des enchères horlogères. Les 10 et 11 juin prochains, et avant une pause estivale de deux mois, Sotheby’s et Christie’s devraient assurer le show en drainant passablement de collectionneurs internationaux attirés par quelques pièces exceptionnelles, voire hors du commun. La première nommée signe en effet un véritable coup de maître en proposant une série de 10 montres-bracelets Patek Philippe issues d’une collection privée, dont 5 références tout simplement inconnues jusqu’ici ! Antiquorum quant à elle, qui projetait une session le 7 juin à Hong Kong et une autre le 25 à New York, a finalement décidé de n’en maintenir qu’une seule, le 28 à Hong Kong.

Des pièces personnalisées

Trois millions de dollars, tel est le montant que devraient rapporter à elles seules les 10 commandes spéciales Patek Philippe composant une collection privée exceptionnelle proposée à l’encan par Sotheby’s. Sur 175 lots au total, ces objets font figure non seulement de pièces maîtresses de la vente mais également, pour cinq d’entre elles, de découvertes historiques. Réalisées en titane ou en platine et personnalisées, leurs références, connues d’un petit nombre seulement de collaborateurs de la manufacture, n’avaient tout bonnement jamais été rendues publiques. Il s’agit d’une Sky Moon Tourbillon Réf. 5001T (5002 normalement), d’une Celestial Réf. 5102T (5102), d’une Répétition Minutes et Calendrier Annuel Réf. 5033T (5033), d’une deux aiguilles Réf. 3928T affublée d’un incroyable diamant de 4,99 ct en guise de fond transparent et d’une Répétition Minutes et Calendrier Perpétuel Réf. 5103P (5104).

Pas moins de 12 complications.

La première, une version titane de la Sky Moon Tourbillon, une pièce à double cadran proposant pas moins de 12 complications, est estimée entre USD 1 et 1,5 million (lot 30). Produit habituellement en or jaune, rouge ou blanc ainsi qu’en platine, ce modèle unique se distingue par des motifs de panier tressé gravés sur la carrure et le cadran, là où figurent normalement des croix de Calatrava. De même, la lunette arbore les index des heures en chiffres romains, également gravés dans la masse. En titane toujours, la référence 3928T-001 (lot 141, est. USD 300’000-500’000) pousse la personnalisation un pas plus loin encore : à première vue, cette heures-minutes de 33 mm de diamètre au cadran argenté, affublé de chiffres et d’aiguilles Breguet, paraît banale. Mais c’est en retournant la montre que la coquetterie apparaît. En lieu et place de l’habituelle glace saphir, Patek Philippe a orné le fond d’un diamant plat, poli et de forme octogonale de 4,99 ct. De couleur D, il est parfaitement transparent pour laisser admirer le mouvement.

Une montre d’officier qui vaut des millions

Autre pièce unique à la référence tenue secrète jusqu’aujourd’hui : la Grande Complication Réf. 5103P. Combinant d’ordinaire l’or rouge et le platine, ce modèle semi-squeletté proposant les fonctions répétition minutes, calendrier perpétuel, date rétrograde, phase de Lune et indication des années bissextiles, est ici entièrement en platine. Il s’illustre de plus par des décors en formes de gouttes sur les flancs de la boîte, des gravures particulièrement fines sur la platine et la masse oscillante ainsi que par des aiguilles feuilles remplies d’émail bleu translucide (lot 81, est. USD 500’000-700’000). Enfin, seul lot vintage de la collection, la montre d’officier baptisée « 1923 Officier » pourrait à elle seule s’envoler au-delà des deux millions de dollars (lot 175, est. USD 800’000-1’200’000). Premier chronographe monopoussoir à rattrapante de tous les temps produit par la manufacture et seule du genre à arborer un cadran blanc en émail Grand Feu, cette pièce avait été adjugée USD 2,97 millions en 1999 chez Antiquorum. Elle est considérée par les collectionneurs comme l’une des plus importantes montres réalisées par Patek Philippe.

Patek Philippe de forme tonneau Réf. 5033 (lot 366 chez Christie’s, est. USD 340’000-380'000).

Au chapitre des pièces anciennes, et pour terminer avec Sotheby’s qui fait décidément très fort, une pendule de table signée Cartier de 1928 promet aussi une belle bataille entre amateurs (lot 45, est. USD 300’000-500’000). Représentant une tortue, symbole de longévité en Chine, et réalisée en nacre, lapis-lazuli, onyx et or dans un style Art déco, elle est un excellent exemple de créativité des pièces Cartier de l’époque. « Cette pendulette vaut beaucoup plus que son estimation », assure Arnaud Tellier, fondateur de Tellier Fine Art.

Plus prolixe avec 360 lots mis à l’encan mais moins chanceuse dans ses trouvailles, la Maison Christie’s, outre une Patek Philippe de forme tonneau Réf. 5033 (lot 366, est. USD 340’000-380’000) et un intéressant chronographe Rolex en acier de 1970 (lot 352, est. USD 150’000-250’000), possède néanmoins dans son panier quelques belles montres de poche d’époque. Datée du début du XIXe siècle, cette pièce en or et émail miniature signée William Ilbery, horloger anglais (1760-1839) connu pour avoir fait décorer à Fleurier un petit nombre de montres de forme avec de l’agate herborisée pour le marché chinois, pourrait bien être âprement disputée (lot 121, est. USD 80’000-120’000).

Antiquorum absente

Seule absente dans la Grande Pomme au mois de juin : Antiquorum. Programmée initialement le 25 juin, sa session a finalement été déplacée à Hong Kong le 28. « Le marché asiatique est plus porteur », explique le Managing Director Julien Schaerer, qui confirme également les informations parues sur le site Businessmontres : « La société Izzi Trip [ndlr : anciennement Antiquorum SA jusqu’au 6 février 2013, mais coquille vide en vertu d’un transfert de patrimoine à la société Antiquorum Genève SA en date du 22.06.2011] a bien été mise en faillite dernièrement. Mais cela n’a rien à voir avec Antiquorum Genève ! » Pour mémoire, la société de vente a annoncé le 7 mai dernier l’arrivée d’un nouveau partenaire financier, la firme zurichoise d’investissements institutionnels FIDES Business Partner.

Haut de page