>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2020 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Swatch Group débarque sur le marché de la montre connectée
Economie

Swatch Group débarque sur le marché de la montre connectée

lundi, 23 mars 2020
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

Une redistribution des cartes est à venir dans l’univers de la montre connectée. À l’occasion de sa conférence de presse annuelle, le Swatch Group a présenté la tant attendue T-Touch Connect Solar.

En ces temps troublés où rien n’est « comme avant », c’est dans une salle totalement vide, ou plutôt remplie de nounours en guise d’invités, que la direction du Swatch Group a tenu sa conférence annuelle, retransmise sur son site internet. Avec, comme auditoire immédiat, ces peluches destinées à une opération menée par Omega avec l’hôpital ophtalmologique volant d’Orbis International, Nick Hayek a donc pu présenter les comptes du Groupe 2019 et, surtout, faire la part belle à deux annonces majeures : le lancement de la première « vraie » montre connectée du Groupe signée Tissot et les nouvelles Swatch, personnalisables au gré des envies des clients. Question de rassurer quant aux capacités de Swatch Group de rester aux avant-postes de la profession.

Rassurer d’abord

Tradition oblige, le directeur financier Thierry Kenel a tout d’abord passé en revue les résultats 2019, déjà connus, de la compagnie. Objectif premier : rassurer sur la solidité financière du Groupe, malgré un recul des ventes comme du résultat opérationnel à CHF 8,24 milliards (– 2,7 %) et à 1,2 milliard (– 11,4 %), respectivement. De fait, avec des liquidités nettes de CHF 1,35 milliard et des fonds propres de CHF 11,5 milliards représentant 84 % de son total de bilan, Swatch Group jouit d’une position extrêmement saine, même avec des stocks à hauteur de CHF 6,8 milliards, « nécessaires pour assurer le cycle d’approvisionnement du Groupe » et dûment détaillés par Thierry Kenel. « Pour cette année 2020, qui vit des changements rapides et imprévisibles, il n’est donc pas question de changer la stratégie du Groupe qui a fait son succès, commentait Nick Hayek, patron de la multinationale. Une stratégie basée sur l’indépendance par rapport aux banques, une saine structure de capital et une vision à long terme. »

« Dans un proche avenir, nous allons donc connaître un effet rebond, j’en suis persuadé. »
Nick Hayek

Certes, Swatch Group n’échappera pas aux conséquences du Covid-19, synonyme de fermetures de boutique et de réduction des capacités de production mais sans fermetures d’usine. Pour Nick Hayek, qui s’est toutefois refusé à chiffrer les retombées de la paralysie ambiante vu le caractère instable de la situation, c’est du côté des opportunités qu’il faut se retourner : « Cette situation est temporaire et dure depuis même pas deux mois, alors que janvier a encore été une très bonne période pour le Groupe, rappelait-il. Ce que nous ont appris les crises précédentes, c’est qu’elles se soldent immanquablement par une reprise. Dans un proche avenir, nous allons donc connaître un effet rebond, j’en suis persuadé. »

Une réponse à la baisse des volumes

Et pour le stimuler, Swatch Group compte bien sur la nouvelle T-Touch Connect Solar, la tant attendue montre connectée du premier horloger mondial. On aura tout entendu sur la prétendue léthargie de Swatch Group en la matière et le déclin des ventes enregistré par ses marques d’entrée de gamme, directement concurrencées par les Apple Samsung et autre Fitbit. Comme le rappelle le tout récent rapport de Morgan Stanley, l’an dernier, Apple a en effet vendu entre 26 et 30 millions de montres connectées, selon que l’on se base sur IDC ou Strategic Analytics, soit un volume supérieur aux 20,6 millions de montres suisses écoulées cette même année. Pire, depuis que la compagnie de Cupertino est apparue sur le marché avec ses Apple Watch en 2015, le premier segment de marché pour les montres suisses au prix de détail inférieur à CHF 500 a subi une perte de volume de 37 %. Même constat pour les garde-temps de la catégorie allant de CHF 500 à 1’200 en recul de 21 % sur le même laps de temps.

T-Touch Connect Solar © Tissot
T-Touch Connect Solar © Tissot

À n’en pas douter, la nouvelle T-Touch Connect Solar est là pour conjurer le sort. Et la montre ne manque pas d’atouts pour y parvenir, à commencer par un système d’exploitation propriétaire, le SwALPS, développé en collaboration avec le Centre suisse d’électronique et de microtechnique, sujet de 35 dépôts de brevet et compatible avec iOS, Android et Harmony de Huawei. Autre atout, son fonctionnement à énergie solaire assure 6 mois d’autonomie, voire 10 ans hors connexion. Pour ce qui est des fonctions, elles correspondent peu ou prou à celles de la gamme T-Touch auxquelles s’ajoutent les applications de base de toute montre connectée, en sachant que le système embarqué permet l’ajout de nouvelles fonctionnalités déjà promises pour la deuxième partie de l’année. Les dirigeants de Tissot parlent notamment de météo, de navigation par GPS ou encore de notifications en relation avec la National Basket Association, partenaire de la marque. Initialement prévue pour cet été, la présentation de cette T-Touch Connect Solar a ainsi été avancée pour bien marquer les esprits. D’ici juin ou juillet, elle devrait être commercialisée, d’abord en Suisse au prix avoisinant les CHF 1’000, avant de conquérir les autres marchés, notamment la Chine, où sa compatibilité avec le système de Huawei est un avantage. « Nous avons voulu faire de cette montre connectée un vrai produit horloger, étanche à 100 mètres et doté d’une lunette en céramique, d’un boîtier titane et d’un verre saphir », résumait la direction de Tissot. Le défi est cette fois parfaitement relevé par Swatch Group.

Haut de page