>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Swatch Group innove dans la présentation de ses...
Evénements

Swatch Group innove dans la présentation de ses nouveautés 2019

lundi, 20 mai 2019
fermer
Editor Image
Fabrice Eschmann
Journaliste indépendant

“Il faut se méfier des citations sur Internet !”

« Une grande histoire aux multiples auteurs : ainsi en est-il de la vie. Ainsi en va-t-il aussi de l’horlogerie. Sans rencontres, point d’histoire. »

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

Après sa sortie fracassante de Baselworld, Swatch Group devait trouver une solution alternative pour présenter ses nouveautés à la presse. C’est chose faite avec « Time to Move », un roadshow horloger qui a permis au numéro 1 mondial de sortir ses muscles industriels.

C’est un message très fort qu’a voulu faire passer Swatch Group : même sans Baselworld, il reste le numéro 1 mondial de l’horlogerie, sur le plan financier comme sur le plan industriel. Après avoir accueilli ses détaillants à Zurich il y a quelques semaines en marge du salon bâlois, le Groupe a convié quelque 200 journalistes de 20 pays à « Time to Move », un roadshow à travers la Suisse horlogère. De Bienne à la Vallée de Joux, en passant par La Chaux-de-Fonds et Genève, les invités ont pu visiter les manufactures d’Omega, Jaquet Droz, Harry Winston, Glashütte Original, Blancpain et Breguet avec, parfois, la possibilité d’accéder à des lieux où aucun public n’était jamais allé. L’occasion, pour les marques, de présenter leurs nouveautés, bien sûr, mais surtout d’exhiber leurs muscles. Une opération de communication inédite mais qui restera unique : « Nous ne ferons pas deux fois la même chose », prévient déjà Marc A. Hayek, Président & CEO de Blancpain.

Une carte postale horlogère

Après le coup de sang de Nick Hayek, qui, en plein milieu de l’été dernier, annonçait à la surprise générale le retrait de Swatch Group de Baselworld, les conjectures allaient bon train sur les solutions alternatives qu’allait trouver le CEO. Une première réponse est venue avec l’accueil des détaillants du Groupe à Zurich, en marge du salon bâlois. « Ils ont un autre rythme que les journalistes, souligne Raynald Aeschlimann, président et CEO d’Omega. Ces rencontres ont été beaucoup plus qualitatives, car nous étions dans nos locaux et nous avons pu nous adapter. »

Marc A. Hayek
Marc A. Hayek

La presse quant à elle, du moins une partie – 190 personnes étaient conviées contre 1’500 accréditations à Baselworld du temps de sa grandeur –, a dû patienter jusqu’à mi-mai pour découvrir les nouveautés des six maisons haut de gamme du Groupe. Et le format est sans précédent, les journalistes ayant eu droit à une véritable carte postale de la Suisse horlogère : à Bienne, siège mondial de Swatch Group, Omega a présenté sa dernière « manufacture industrielle » high-tech, inaugurée à fin 2017 ; à La Chaux-de-Fonds, ville classée au Patrimoine mondial de l’Unesco pour son urbanisme horloger, Jaquet Droz a mis en avant son savoir-faire unique en matière d’automates ; à Genève, épicentre du luxe, Harry Winston a fait la démonstration de sa maîtrise des pièces joaillières, tandis que Glashütte Original, habituellement basée en Allemagne, recevait dans un grand hôtel pour vanter ses processus qualité ; à la Vallée de Joux enfin, creuset de la tradition, Blancpain a insisté sur ses capacités à fabriquer 100 % des composants d’une montre, alors que Breguet célébrait son fondateur visionnaire, inventeur du tourbillon et du décor guilloché.

Nous avons voulu favoriser la qualité plutôt que la quantité.
Marc A. Hayek
Lien entre nouveautés et manufacture

De mémoire d’horloger, on n’avait jamais vu ça. « Nous avons voulu favoriser la qualité plutôt que la quantité, affirme Marc A. Hayek. La technologie change pour tout le monde, même pour la presse : il y a 10 ans, les retombées de Baselworld se prolongeaient pendant un ou deux mois après le salon. Aujourd’hui, toutes les nouveautés sont sur Internet une heure après l’ouverture, et tout s’arrête deux heures après la fermeture. Il était donc nécessaire de trouver un autre format. »

À travers les six étapes proposées, les invités ont ainsi pu faire le lien direct entre les nouveautés présentées et leur fabrication, accédant au passage à des lieux habituellement interdits, comme l’atelier de Haute Joaillerie chez Harry Winston ou celui de guillochage chez Breguet. Une manière, pour Swatch Group, d’afficher sa puissance industrielle face à des concurrents souvent accusés de ne viser que la rentabilité à court terme.

Manufacture Blancpain
Manufacture Blancpain

Reste les 12 autres marques du Groupe qui n’entraient pas dans le concept « Time to Move ». Parmi elles, Longines et Tisso, les deux seules, avec Omega, à dépasser le milliard de francs de chiffre d’affaires annuel. Pour ces Maisons, la solution passe par des lancements individuels, organisés localement sur les marchés internationaux. « Swatch Group possède un portfolio de marques très large, qui ont toutes des besoins différents, confirme Marc A. Hayek. Celles qui font du volume sortent des nouveautés tout au long de l’année. Imaginer un seul événement pour les dix-huit maisons du groupe n’est donc pas approprié. »

Haut de page