>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Ta montre, elle tue !
Masterpieces

Ta montre, elle tue !

lundi, 04 avril 2016
Fermer
Editor Image
Mathilde Binetruy
Journaliste indépendante

“Et pourtant, elle tourne.”

Galilée

Le premier événement auquel elle a assisté, c’était la Coupe du Monde de football en 1998. Depuis, c’est le SIHH et Baselworld qu’elle vit de l’intérieur. Là aussi, on y joue la montre.

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

Vous aimez les pirates ? Les lâchers de zombies pour Halloween ? Lorsque vous étiez enfant, vos livres de chevet étaient des « Chair de Poule » ? Les montres qui suivent sont pour vous. Mortelles !

D’habitude, dans les modèles horlogers à haut potentiel de désirabilité, on trouve des diamants, des complications ou le chiffre « 8 », porte-bonheur en Asie. L’avènement d’éditions avec tête de mort sur le cadran joue d’emblée avec malice sur ce présupposé. Il faut les voir portées au poignet des élégants pour comprendre qu’elles sont pourtant non dénuées de classe et de poésie. Elles ont un côté rebelle, héros romantiques noirs, Johnny Deep en boucles d’oreilles et fichu sur la tête. Punk, oui, mais gentilles. Le crâne humain, meilleur ami du dandy ?

La tête de mort serait donc au chic type ce que la voiture est au bobo : une digression. Désireux de s’emparer d’un peu de hooliganisme dans sa vie rangée, le plus de 35 ans s’acoquine avec des modèles provocateurs mais techniques, à l’image de la montre Skull Maori signée HYT. Provocatrice, la pièce n’en demeure pas moins régie par la mécanique des fluides dont le développement a donné des sueurs froides à ses créateurs. En cause : les quatre angles que le capillaire adopte, dont deux à presque 90 degrés à sa base. « Il a fallu revoir la puissance suffisante pour passer ces angles vifs, tout en la maîtrisant parfaitement de manière à ce que le fluide indique la bonne heure en se déplaçant à la bonne vitesse et avec une parfaite régularité sur 12 heures », explique Vincent Perriad, CEO de HYT. Avec ses dessins tribaux et ses tatouages, la Skull Maori symbolise le temps qui passe, une sorte de memento mori. Si vous êtes un de ces gars qui brûlent la vie par les deux bouts, l’objet peut être une sorte de carpe diem.

Si la vie n’a pas de prix, la mort, si.
Tempête sous crânes

L’important n’est pas le plumage mais le ramage, semblent dire les horlogers. Au jour où il n’est pas un foulard, une bague ni même un bonbon qui n’arborent sa tête de mort, les marques justifient leur choix esthétique par symbolisme. Bell & Ross demeure fidèle au côté talisman de la tête de mort. Sa BR 01 Skull Bronze Tourbillon Only Watch 2015 affiche résolument un crâne barré par des ossements en croix dessinés par la lunette et les vis, à l’image des drapeaux pirates d’autrefois. Et son cadran à relief alvéolaire met en scène des aiguilles en forme de sabre et de poignard. La célèbre « Jolly Rogers » n’est pas ici un élément seulement décoratif, mais aussi mythologique.

Bell & Ross BR 01 Skull Bronze Tourbillon Only Watch 2015
Bell & Ross BR 01 Skull Bronze Tourbillon Only Watch 2015

Si la vie n’a pas de prix, la mort, si. Fiona Krüger, qui s’est fait une spécialité de pièces ornées de skull, affiche des prix de vente allant de CHF 13 000.- à 25 800.-. On s’achète donc bien une image audacieuse et originale mais pas à moindres frais. Ses dernières créations, la série Petit Skull, limitée à 18 exemplaires, s’adressent d’ailleurs à de véritables amateurs de belle horlogerie. Elles sont dotées d’un mouvement mécanique à remontage automatique entièrement squeletté. Quant à leur cadran délicatement découpé en forme de crâne, il tient davantage de l’œuvre d’art que du satanique.

Fiona Kruger Petite Skull
Fiona Krüger Petite Skull
La mort vous va si bien

Une âme de rockeuse dans le corps d’une fille au QI de 120. C’est à peu de chose près le message que les modèles féminins doivent véhiculer. Chez Hublot, on brode autour du thème de la mort. C’est dans leurs ateliers de Saint-Gall, près de Zurich, que les artisans de Bischoff ont réalisé une broderie sur organza de soie aux motifs d’arabesques florales qui vient orner le cadran de la Big Bang Broderie Sugar Skull. Sa grande sœur avait déjà été récompensée au Grand Prix d’Horlogerie de Genève 2015 dans la catégorie Montre Dame. Hublot réitère donc cette année mais dans un registre plus subtil : il faut s’approcher de près pour deviner le motif tête de mort qui se détache tout en couleurs au centre de la lunette sertie.

Hublot Big Bang Broderie Sugar Skull
Hublot Big Bang Broderie Sugar Skull

Pianoter sur son portable toute la soirée, s’éventer grossièrement, en appeler au rouge carmin de ses ongles pour attirer l’attention vers sa montre est un bonheur qu’aucune femme n’a vraiment envie de vivre. C’est la raison pour laquelle De Grisogono a imaginé la Crazy Skull, une montre de haute couture pleine de folie. Aussi glamour que décalée, cette pièce d’exception a nécessité près d’un an de mise au point. En tant que joaillier d’actrices qui montent les marches du Festival de Cannes, on peut faire confiance à la marque pour un « effet waouh ». Imaginez, une tête de mort avec deux cadrans qui donnent l’heure à la place des yeux, un fermoir composé de deux os pavés de diamants ou de rubis monté sur un bracelet en galuchat et une mâchoire à 7,70 carats de diamants blancs baguette ? À mourir de désir, non ?

de Grisogono Crazy Skull
de Grisogono Crazy Skull
Montres & ...
Les horlogers à la conquête de l’univers
vendredi, 28 avril 2017
Victoria Townsend
9 min de lecture
4
Economie
Exportations horlogères : la croissance est de retour
vendredi, 28 avril 2017
La rédaction
2 min de lecture
3
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Masterpieces
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5