>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Tourbillon Historique, le flash-back de F.P.Journe
Nouveautés

Tourbillon Historique, le flash-back de F.P.Journe

jeudi, 31 octobre 2013
Par Louis Nardin
fermer
Editor Image
Louis Nardin
Journaliste et consultant

“De l’audace, toujours de l’audace.”

Georges Jacques Danton

« Une montre de qualité concentre de la créativité, des compétences techniques et scientifiques rares, des gestes anciens. Elle touche au désir d’être unique, de se distinguer, d’afficher un savoir, une puissance, un goût. Une montre raconte plusieurs histoires à la fois, dont les détails et les secrets font la saveur. »

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

Pour marquer ses 30 ans d’activité, l’horloger reproduit en version montre-bracelet la première montre entièrement conçue et construite par ses soins. Surprise : avec son boîtier officier en argent et or guilloché, ce garde-temps tient du nec plus ultra horloger actuel.

Le Tourbillon Historique de F.P.Journe dévoilé le 18 octobre dernier à Tokyo célèbre la carrière de son auteur, un horloger-artisan qui a su transformer son nom en une marque de Haute Horlogerie dotée de ses propres capacités de production. Réplique en format montre-bracelet de sa première montre jamais réalisée, la désormais surnommée entre connaisseurs « T30 » (pour « tourbillon » et « 30 ans ») fait vibrer passé et présent à l’unisson. Ce faisant, elle a immédiatement été considérée comme un must d’élégance horlogère contemporaine. Le boîtier en argent guilloché avec lunette en or dévoile un splendide mouvement à tourbillon derrière un fond mobile aussi inattendu qu’intrigant. Développé pour « remercier tous les clients qui ont soutenu la marque depuis ses débuts et leur offrir une part de l’histoire de la marque », dixit l’horloger, le Tourbillon Historique est disponible à 99 exemplaires pour USD 90’000.- l’unité.

Défi et patience

Quand il s’attaque à la conception de sa toute première montre, en 1978, François-Paul Journe a 21 ans. Il vit toujours à Paris, là où il a obtenu son diplôme deux ans auparavant, et affine sa connaissance et sa technique en travaillant dans l’atelier de son oncle Michel, horloger-restaurateur réputé. Cette année-là, il décide donc de réaliser sa première montre de poche. Durant cinq ans, il passe ses week-ends à dessiner, fabriquer et assembler chaque élément pour y ajouter la touche finale en 1983.

« Je voulais fabriquer une montre avec un tourbillon, car, à l’époque, cette complication était pour ainsi dire inconnue, raconte François-Paul Journe. En effet, les seuls à disposition dataient du XIXe siècle et appartenaient à des musées ou des particuliers. À l’époque, il était donc rarissime d’y avoir accès. Tout le contraire d’aujourd’hui. » Si le modèle original disposait d’un échappement à détente, le nouveau calibre en or 1412 de la T30 comporte aujourd’hui un échappement tourbillon 1 minute à ancre suisse. Autre évolution, le remontage se fait par une couronne à la place de la clé initiale.

Côté boîtier, la reprise de l’argent et de l’or surprend avant de séduire. Ce à quoi s’ajoute le guillochage, concentrique et parfaitement régulier, qui renforce encore la singularité de la pièce. « La boîte originale reprenait les caractéristiques des chronomètres de poche du xixe siècle, soit une combinaison d’argent et d’or, l’or étant cher et rare à l’époque. » Quant au cadran en argent grené, il a été fabriqué sur le même mode que celui des chronomètres de marine français du XVIIIe siècle. Les aiguilles sont de type Breguet. Une association d’éléments qui prouve que, « à l’époque, je n’avais pas encore mon propre style », constate l’horloger.

Verso de la montre de poche d’origine © F.P. Journe
Le premier pas

Si François-Paul Journe a décidé de reproduire cette « première » en montre-bracelet, c’est parce qu’elle « incarne précisément le début de ma carrière d’horloger-inventeur, déclare-t-il. Depuis, je n’ai jamais arrêté de concevoir et de construire ». Admirateur inconditionnel d’Abraham-Louis Breguet, François-Paul Journe possède en effet l’un des catalogues les plus riches et structurés parmi les marques d’inspiration classique. Un style qu’il a d’ailleurs adopté en référence à sa propre définition de la montre, soit « un instrument scientifique destiné à indiquer le temps. » Quant à sa patte personnelle, clairement reconnaissable aujourd’hui, François-Paul Journe l’explique par le fait qu’« au moment de créer ma première collection, plusieurs marques connues proposaient des modèles classiques ; je n’aurais pas trouvé de clientèle. Je me suis donc volontairement éloigné de ce qui existait au niveau tant du design que de la mécanique ».

Inaugurée en 2003, la boutique tokyoïte est la première de la marque, celle à qui François-Paul Journe réserve toutes les premières pièces de ses collections limitées. Pour ce lancement, l’horloger l’a doublement honorée en lui dédiant une édition limitée à 10 exemplaires de la T10, soit une déclinaison de la T30 avec microcadrans noirs.

Une destinée horlogère actuelle

Né en 1957 à Marseille, François-Paul Journe cumule les honneurs. Prix Gaïa du meilleur horloger, Chevalier des Arts et des Lettres, ces deux distinctions lui rendent directement hommage. En parallèle, 15 récompenses ont déjà été décernées à ses créations depuis la fondation de la marque, en 1999, année où l’horloger dévoile sa première collection. Sise au cœur de Genève, la manufacture F.P.Journe, où sont conçus et produits ses garde-temps, annonce une production annuelle de 900 pièces.

Haut de page