>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Tous les yeux sont rivés sur Bâle
Baselworld

Tous les yeux sont rivés sur Bâle

Thursday, 03 April 2008
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Baselworld 2008, c’est 2’087 exposants, plus de 100’000 visiteurs attendus et un chiffre d’affaires généré CHF 1,2 milliard uniquement sur le territoire suisse. Le temps d’une semaine, la cité rhénane se meut en capitale mondiale du luxe.

Le 36e Salon Mondial de l’Horlogerie et de la Bijouterie Baselworld 2008 vient d’ouvrir ses portes pour une semaine de course folle à la nouveauté. En ouverture, les organisateurs se sont plus à souligner l’importance d’une telle manifestation réunissant 2’087 exposants en provenance de 45 pays sur une surface de 160’000 m2, manifestation qui attend plus de 100’000 visiteurs dont 2’500 journalistes du monde entier et qui occupe 30’000 personnes sur les stands et 30’000 autres travailleurs pour le montage et démontage des infrastructures. C’est simple, à lui seul, Baselworld représente des retombées économiques directes et indirectes de CHF 1,2 milliard uniquement pour la Suisse hors régions limitrophes, selon les calculs de l’institut économétrique bâlois BAK. Cette édition 2008 n’échappe évidemment pas à sa grandiloquence coutumière pour avoir mis l’accent cette année sur le secteur joaillier.

Nous avons entièrement remodelé ce secteur avec de nombreuses extensions à la clé.
Sylvie Ritter
Avancée du projet « Centre de Foires 2012 »

« L’évolution la plus marquante est à relever dans le secteur de la bijouterie qui a vu se développer de nombreuses nouvelles marques, exposait Sylvie Ritter, Directrice de Baselworld, lors de la conférence de presse inaugurale. Preuve en est, la Halle 2 qui ne suffit plus à répondre aux demandes de surfaces des dites marques qui, pour se présenter, nécessitent des espaces plus importants et plus prestigieux. C’est pourquoi nous avons entièrement remodelé ce secteur avec de nombreuses extensions à la clé. »

Mais si l’édition 2008 reste placée sous le signe de la croissance, c’est une nouvelle fois le « Centre de Foires 2012 » qui a été mis en avant, soit un projet « monumental » confié au célèbre bureau d’architecte Herzog & de Meuron censé densifier le site via la construction d’un bâtiment venant littéralement chapeauter les halles existantes. Dernière étape décisive du projet avant le premier coup de pioche: la votation populaire du 1er juin prochain.

L'ombre du « subprime »

Au risque de se répéter, Baselworld entame sa semaine de marathon après une année 2007 exceptionnelle. « L’année de tous les records, rappelait Jacques Duchêne, président du Comité des Exposants. Nos exportations ont bondi à 16 milliards, soit une augmentation de 16%, c’est à dire une croissance de plus de 50% en quatre ans. Depuis 18 ans, l’horlogerie suisse n’avait plus connu pareille envolée. » Fort de ces premières considérations, Jacques Duchêne n’a toutefois pas voulu cacher certaines interrogations qui l’interpellent, à commencer par la crise du « subprime » américain.

« Nous avons besoin de rester lucides et pragmatiques car notre industrie et notre économie pourraient être fragilisées à tout instant, nul n’étant à l’abri de tels événements pouvant affecter nos projets de développement, poursuivait-il. La question que l’on pourrait alors de poser serait: récession ou non récession? Il ne s’agit certes pas de peindre le diable sur la muraille, comme le montre la croissance de 20,2% enregistrée sur les exportations helvétiques des mois de janvier et février. Ces événements récents nous obligent toutefois à rester vigilants et à réfléchir. Ils vont demander à nos entreprises de tabler sur la façon dont elles vont aborder leur avenir et leur évolution. »

A la pointe de l'innovation

Et dans ce registre, il faut bien reconnaître que la situation ne manque pas de paradoxe. D’un côté, les affaires se sont considérablement développées et demandent de plus en plus d’investissements, les délais de production s’allongent et la main d’oeuvre se raréfie. Quant à l’envers du décors, il se caractérise par une situation conjoncturelle en phase de ralentissement et par des marchés financiers heurtés de plein fouet par la crise du « subprime », susceptible de prendre l’économie réelle en tenaille. En d’autres termes, l’horlogerie suisse peine à maîtriser sa croissance au moment même ou les investissements consentis pourraient se retourner contre elle. « Heureusement, nous n’en sommes pas là, poursuivait Jacques Duchêne. Et ce dont je suis certain, c’est que nos entreprises d’horlogerie et de bijouterie, contrairement à leur croissance, maîtrisent parfaitement bien leur dynamisme. Ces branches sont tellement innovantes que, quoi qu’il arrive, elles resteront toujours à la pointe du progrès et par voie de conséquence de leur développement. Premier bilan jeudi prochain! »

C’est assurément sur cette note positive que les horlogers veulent jouer leur partition 2008: « excellence et innovation technique seront au rendez-vous de Baselworld 2008 », promettaient les exposants suisses, toutes générations confondues. La réponse, comme d’habitude, dépendra du consommateur.

Haut de page