>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Trop d’événements ?
Points de vue

Trop d’événements ?

mercredi, 02 novembre 2011
fermer
Editor Image
Franco Cologni
Président du Comité Culturel de la FHH

“Le talent nécessite toujours de l’effort, de l’engagement, des heures passées à perfectionner un geste qui devient, jour après jour, un don.”

Entrepreneur dans l’âme, Franco Cologni, pourtant homme de lettres, s’est rapidement lancé dans les affaires pour devenir un personnage clé du groupe Richemont.

Lire plus

CLOSE
2 min de lecture
T

Les montres naissent en Suisse. Elles sont conçues, assembles, réalisées dans ces vallées. C’est ici que les manufactures ont leur siège. Elles sont fières à juste titre de leurs ateliers, de leurs musées, de leurs immeubles, souvent historiques ou dessinés par de grands architectes contemporains.

Nombreux sont les journalistes spécialisés qui connaissent à fond cette réalité et l’ont décrite dans des articles tantôt colorés, tantôt admiratifs, parfois simplement précis. Mais il existe aussi beaucoup de journalistes spécialisés qui, de plus en plus souvent, suivent les diverses marques dans les multiples « pèlerinages » organisés pour présenter les nouveaux modèles tout autour du globe : courts ou longs, ces voyages se déroulent désormais à un rythme qui laisse bouche bée. Surtout parce qu’on se demande quand les dits journalistes trouvent le temps d’écrire, de rechercher, en deux mots de faire ce travail de rédaction que – nous l’imaginons – leurs rédacteurs en chef attendent d’eux.

Si, d’une part, cette énergie organisationnelle est louable, parce que non seulement elle stimule l’économie mais donne aussi une image vitale et contemporaine de l’univers de l’horlogerie, d’autre part, il faut peut-être se demander si le moment n’est pas venu de remettre un peu ces événements en question. Et je crois que les journalistes spécialisés ne m’en voudront pas si je forme le vœu pour que ces voyages hypergalactiques soient un peu moins nombreux.

Il va de soi que l’organisation d’événements dans les marchés émergents permet de mieux fidéliser le client, qu’elle aliment l’attrait de la nouveauté et nourrit la stratégie des Maisons de la branche. Mais qui sait si ces nouveaux clients potentiels et les journalistes locaux ne seraient pas plus heureux d’embarquer de temps à autre pour la Suisse et d’admirer « in situ » la naissance d’une nouvelle montre plutôt que de voir débarquer chez eux des centaines de personnes invitées pour un seul événement.
Peut-être, comme toujours, la vertu se situe-t-elle dans le juste équilibre.

Haut de page