>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2021 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Tudor décroche la certification Master Chronometer
Nouveautés

Tudor décroche la certification Master Chronometer

mercredi, 2 juin 2021
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

Jusque-là chasse gardée d’Omega, la certification Master Chronometer de METAS, l’une des plus exigeantes de la profession, vient d’être décrochée par Tudor et sa Black Bay Ceramic. Une petite révolution dans le landerneau horloger.

Le 9 décembre 2014, le Swatch Group convoque une conférence de presse en urgence. Pas question de laisser passer les fêtes de fin d’année sans divulguer une information de toute première importance. Prise de court, la communauté horlogère est sur les dents. Elle ne sera pas déçue. L’aéropage du premier horloger mondial réuni à Genève pour l’occasion annonce en effet le lancement de la nouvelle certification Master Chronometer. Coup de génie, il ne s’agit pas d’un poinçon de marque, de ceux qui commencent à pulluler au sein des manufactures, mais bel et bien d’un nouveau label, officiel et indépendant, puisque mis au point en collaboration avec l’Institut fédéral de métrologie (METAS). Inutile de dire que le Swatch Group avec Omega est sur les rangs pour essuyer les plâtres, bien conscient que cette nouvelle certification, dont les critères la positionnent d’emblée parmi les plus exigeantes de la profession, est l’ultime coup de pouce qui validera l’option stratégique prise par Nicolas Hayek sur le mouvement Co-Axial compris comme la signature d’Omega.

Black Bay Ceramic © Tudor
Black Bay Ceramic © Tudor

De fait, quelque mois plus tard, Omega présente une nouvelle Globemaster, première montre dont le calibre 8900 est certifié Master Chronometer. Et il y en aura d’autres, beaucoup d’autres, au point qu’au fil des ans Omega a réussi le tour de force de certifier la quasi-totalité de ses montres et mouvements co-axiaux selon les normes de METAS. Première marque à se confronter à de telles exigences, elle est également restée la seule pendant toutes ces années, au point qu’on aurait presque pu croire ce label taillé sur mesure pour Omega. L’entrée en scène de Tudor démontre aujourd’hui que ce Graal horloger n’est finalement pas l’apanage d’un seul conquérant.

Black Bay Ceramic © Tudor
Black Bay Ceramic © Tudor

La quête aura toutefois été de longue haleine, soit plusieurs années pour Tudor, dont les premiers contacts avec le METAS remontent à 2019. C’est que la certification Master Chronometer place la barre haut. Deux prérequis d’abord : la montre doit être Swiss Made et disposer de la Certification du contrôle officiel suisse des chronomètres (COSC). Pour les candidates, commence ensuite le parcours du combattant pour résister à des champs magnétiques de 15’000 gauss – l’équivalent d’une IRM –, à des plongées en eaux profondes et à des variations de température, en garantissant autonomie et bon fonctionnement avec des écarts de marche compris entre 0 et 5 secondes, précision mesurée dans six positions et à deux niveaux d’armage, 100 % et 33 %.

Black Bay Ceramic © Tudor
Black Bay Ceramic © Tudor

« La certification Master Chronometer de METAS est très complète, commente Tudor, couvrant les principaux attributs fonctionnels d’une montre, soit précision, résistance aux champs magnétiques, étanchéité et autonomie. » Pour la Maison, il s’agit assurément d’une étape cruciale de son développement. Chez Tudor, tout a (re)commencé avec un travail sur l’héritage de la marque, question de lui donner toute la profondeur et la légitimité voulues. La démarche s’est poursuivie sur les mouvements. En 2015, Tudor dévoilait ainsi son premier calibre manufacture avec le MT5621, un mouvement bien né, d’une construction robuste et fiable, parfaitement conforme à la philosophie de la marque. Les MT5601 et MT5602 devaient suivre rapidement grâce aux remarquables développements assurés par Kenissi, la manufacture horlogère à la base de cette montée en puissance de Tudor. Un travail à ce point remarquable que les mouvements Tudor devaient rapidement intéresser Breitling, qui, en échange, proposait son fameux calibre chronographe B01, scellant une entente d’autant plus rare dans l’industrie qu’elle était dévoilée au grand jour.

Calibre MT5602-1U © Tudor
Calibre MT5602-1U © Tudor

C’est avec le nouveau calibre manufacture MT5602-1U, qui équipe le modèle Black Bay Ceramic certifié Master Chronometer, que se poursuit l’aventure. Pour l’occasion, Tudor réalise une pièce avec un boîtier en céramique monobloc noire mate, surmonté d’une lunette également en céramique sur fond de cadran bombé noir. Sur bracelet hybride cuir et caoutchouc, la montre étanche à 200 mètres joue les contrastes avec ses aiguilles snowflake et index luminescents. Le calibre offre également une exécution entièrement noire avec spiral en silicium pour une réserve de marche de 70 heures. Pour Tudor, cette incursion dans l’univers des mouvements manufacture à haute performance, tout en restant fidèle à sa politique de prix accessibles, démontre tout le potentiel d’une Maison qui a toujours voulu placer la qualité à portée de poignet.

Haut de page