>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Un moment avec l’Endeavour Perpetual Calendar Purity de H....
Plus de vidéos
Regards de connaisseurs

Un moment avec l’Endeavour Perpetual Calendar Purity de H. Moser & Cie

Monday, 23 October 2017
fermer
Editor Image
Alex Ballmer
Spécialiste des réseaux sociaux et amateur de Haute Horlogerie

“Le temps qui passe est à jamais perdu.”

« La Haute Horlogerie, c’est pire qu’une addiction. »

Lire plus

CLOSE
2 durée
X
endeavour_perpetual_calendar_purity_1800-0200_profile (1)

Le minimalisme se dit de l’art qui réduit ses moyens d’expression au maximum. Nous avons testé l’Endeavour Perpetual Calendar Purity de H. Moser & Cie pour comprendre comment un tel concept  se matérialise dans un garde-temps. Revue de détail.

De prime abord, la présence d’un quantième perpétuel (définition ici) ne saute pas aux yeux. Comment lit-on le mois ? Où se trouve l’indicateur de l’année bissextile ? La lecture demande en effet un bref instant d’analyse. Puis, le regard absorbé, comme hypnotisé par le cadran bleu nuit fumé, révèle la praticité, l’ingénuité et l’équilibre qui se dégagent de ce garde-temps  comme une évidence. Dans cette ambiance feutrée et apaisée, tout prend  tout à coup du sens: 12 heures sur un cadran, 12 mois dans une année. La petite aiguille située au centre du cadran permet ainsi d’inférer le mois en cours en fonction de l’heure pointée : à sept heures, nous sommes au mois de juillet. L’énigme une fois dévoilée laisse place à de l’admiration pour une astuce aussi simple qu’efficace. De son côté, la date à 3 heures ne fait pas preuve de la plus grand discrétion, proportionnée pour faciliter la lecture à l’utilisateur. A l’opposé de la date, on trouve l’indicateur de réserve de marche. L’aiguille descend très lentement au fil du temps,  à mesure que se décharge le mouvement manuel d’une autonomie de 7 jours.

Afin de pouvoir qualifier cette montre de quantième perpétuel, un dernier élément se doit d’être présent: l’indicateur de l’année bissextile. Là encore, seule une observation minutieuse permet de le dévoiler. Afn de préserver les lignes épurées du cadran, l’indicateur n’est visible qu’au dos de la montre, presque caché sur le mouvement. En maître du minimalisme, H. Moser & Cie offre ainsi un cadran au design le plus pur.

Toujours dans cette volonté de sobriété, la marque a fait preuve d’une cohérence certaine en évitant toute inscription sur le cadran. Seule l’indication de la marque sur le mouvement et son logo discret sur la couronne permettent de remonter la filiation. Une fois encore, H. Moser & Cie se démarque d’une tradition horlogère pourtant très  ancrée, et dénonce par là même  l’excès d« over-branding ».

Pour accueillir le calibre HMC 800, la marque a fait évoluer le boîtier de la collection Endeavour. Agrandie à 42mm avec des courbes plus dynamiques et un fond incurvé, cette parure en or blanc assure un confort optimal au poignet.

« Efficace simplicité, authentique sobriété », tels sont les termes qui ont été choisis pour représenter la marque sur le site web de H. Moser & Cie. Véritable hymne à l’épure esthétique, ces notions  résument parfaitement l’ADN de cette montre limitée à 50 exemplaires. Un garde-temps réduit à l’essentiel pour mieux en révéler la pureté horlogère.

Haut de page