>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Un premier semestre exceptionnel pour les acteurs du luxe
Economie

Un premier semestre exceptionnel pour les acteurs du luxe

lundi, 03 septembre 2018
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Les sociétés cotées en Bourse actives dans le secteur du luxe ont connu un début d’année en fanfare. Les taux de croissance sont à deux chiffres et les perspectives pour l’ensemble de l’année excellentes. Même constat pour les horlogers.

Après la grisaille des années 2015 à 2017, exercices durant lesquels l’horlogerie suisse a perdu de la substance, notamment en 2016 avec un recul de ses exportations de 10 %, l’heure est à nouveau aux réjouissances. Surtout après un premier semestre des plus reluisants pour l’industrie du luxe dans son ensemble. Si l’on s’en tient au secteur horloger, la reprise entamée lors du second semestre 2017 (+ 4,9 %) a en effet trouvé confirmation cette année. Comme le montrent les statistiques de la Fédération de l’industrie horlogère suisse, sur les sept premiers mois 2018, les exportations affichent une solide croissance de 10 %. C’est simple, sur les vingt premières destinations pour les montres suisses, seuls quelques pays européens s’inscrivent en net recul, le Royaume-Uni (– 8,3 %) en tête, où les conséquences potentielles du Brexit sont porteuses d’autres menaces que la dévaluation de la livre qui avait dopé la consommation. Sinon, tous les principaux marchés progressent vigoureusement à l’instar de Hong Kong (+ 29,3 %) et même des États-Unis (+ 7,6 %).

En attendant les résultats de Richemont après cinq mois, qui seront communiqués le 10 septembre au moment de l’assemblée générale, ceux du Swatch Group sont suffisamment parlants. Le premier horloger mondial a en effet connu un premier semestre 2018 record. En chiffres, cela se traduit par des ventes en hausse de 14,7 % à CHF 4,2 milliards pour un résultat opérationnel qui grimpe de 69,5 % à CHF 629 millions. La marge brute du Groupe reprend ainsi des couleurs à près de 15 % contre 10 % sur l’année 2017. La valorisation boursière de Swatch suit la tendance. Sur un an à fin août, les actions de la société s’inscrivent ainsi en hausse de près de 15 %.

Chiffre d’affaires semestriel record dans l’histoire de Swatch Group.
LVMH et Kering explosent en Bourse

Du côté de l’Hexagone et de ses acteurs du luxe, les performances sont tout aussi impressionnantes. Hermès, dont le chiffre d’affaires semestriel enregistre une croissance de 11 % à taux de change constants (+ 5 % à taux courants), a vu ses actions bondir de 25 % sur les six derniers mois de cotation. Son secteur horloger, à la peine ces dernières années, reprend également du relief avec des ventes en hausse de 9 % à EUR 77 millions entre janvier et juin 2018. Du côté de la rentabilité, Hermès continue de tutoyer les superlatifs pour s’attendre sur l’ensemble de l’année à une marge opérationnelle du même ordre que les 34,4 % obtenus l’an denier. On constate une progression similaire à celle de l’horlogerie Hermès au sein du pôle Montre et Joaillerie de LVMH, quoique sur des volumes autrement plus conséquents. Sur six mois, cette division, qui comprend notamment Hublot, TAG Heuer, Zenith et Bulgari, a réalisé un chiffre d’affaires de pratiquement EUR 2 milliards (+ 8 %) pour un résultat opérationnel courant qui explose de 46 % à EUR 612 millions. Les actions LVMH sont en hausse de 40 % sur un an !

Pour ce qui est des bonnes nouvelles, Kering n’est pas en reste. « Kering a réalisé des performances sensationnelles ce trimestre et sur les six premiers mois de l’année, au niveau tant du chiffre d’affaires que du résultat, rapportait François-Henri Pinault, PDG du Groupe, lors de la publication des comptes semestriels. Cette croissance de notre activité est extrêmement vertueuse en termes d’exclusivité et de désirabilité de nos marques. » L’avancée de 26,8 % du chiffre d’affaires de la compagnie sur six mois est ainsi portée par l’exceptionnelle envolée de Gucci (+ 36 % à EUR 3,8 milliards), qui se rêve déjà en première marque mondiale du luxe devant Louis Vuitton avec un chiffre d’affaires de EUR 10 milliards à moyen/court terme. Les autres Maisons, qui comprennent les manufactures horlogères Ulysse Nardin et Girard-Perregaux mais aussi Boucheron, Balenciaga ou encore Alexander McQueen, progressent quant à elles de 31,1 % à EUR 995,5 millions. Sur 12 mois, les actions Kering sont en hausse de 65 % ! Qui oserait encore parler de timide reprise, même en pleine guerre commerciale entre Washington et le reste du monde ?

Haut de page